Outlander, intégrale 2 – Le Talisman, de Diana Gabaldon

71enmvw4yrl

Je suis arrivée au bout de Outlander intégrale 2, ce bon gros pavé de 947 pages ! Il y a un mois (ou plus ?) j’ai eu une soudaine envie de retrouver l’univers d’Outlander… Une soudaine envie dûe aux teasings de folie sur la saison 2 de la série TV.

Voilà voilà

Voilà voilà

Je me suis alors rappelée ma lecture du tome 1, mon presque-coup de cœur dévoré pendant que j’étais au Pérou. (Euh oui, pendant que mes pieds foulaient le Machu Picchu ma tête rêvait d’Écosse… un mélange exotique n’est-ce pas ?) Mais bref, j’ai ressenti l’envie, presque le besoin, de me replonger dans cet univers dense qui m’avait tant plu dans le tome 1… et c’est mon homme qui a pu exaucer ce souhait en m’offrant l’intégrale 2 ! *hiiii*

Je ressors à peine de ce pavé qui m’a donc tenu la jambe un bon moment et je dois dire que je suis ravie du voyage ! Moi qui ne lis jamais de roman historique, j’ai découvert avec ce tome 2 ce que d’autres trouvent dans ce genre, à savoir une immersion totale dans une autre époque, ce qui peut finalement être tout aussi dépaysant qu’être immergé dans un monde imaginaire. Que ce soit en France ou en Écosse, j’ai aimé ce mélange entre la fiction inventée par l’auteure et les éléments réels de l’Histoire. Ça fait tout drôle de se dire « Et si ça s’était vraiment passé comme ça !? ».

Pour faire une comparaison avec le tome 1, parce que je devais bien en faire une, je ne saurais pas trop dire si j’ai plus ou moins aimé ce tome 2. Dans ce tome 2 j’ai été moins dérangée par le seul élément qui m’avait fait tiquer dans le premier livre, à savoir l’adultère de Claire. Parce que ok, Jamie est gentil, attentionné, protecteur, sexy et tendre (et tout ce que vous voulez) il n’empêche que Claire est déjà mariée ! J’avais trouvé que Frank Randall était vite mis de côté, le pauvre. *coucou c’était la minute moraliste de la chronique* Donc dans ce tome 2, l’intrigue étant plus centrée sur l’Histoire (la révolution jacobite) que sur la relation amoureuse Jamie-Claire j’ai été moins gênée – même si un petit côté de moi repensais souvent à Frank Randall qui se retrouve vraiment le dindon de la farce dans tout ça, mais passons. Cela dit, j’ai aussi trouvé ce tome 2 un peu long… Certains lecteurs ont parlé de passages à vide. Personnellement je n’ai pas vraiment ressenti de « passages à vide » mais vers la fin du livre, malgré l’intérêt évident que je portais à l’histoire j’ai commencé à me dire « bon allez, que ça finisse, que je passe un peu à autre chose ». En fait, j’ai adoré ce roman, ne vous y trompez pas, mais je crois que je l’aurais mieux apprécié s’il avait été plus court.

Cela étant, j’ai adoré ma lecture et j’y ai vraiment trouvé ce dont j’avais envie à ce moment-là : une immersion totale dans un univers riche et dense. Même si ce roman n’est pas un coup de cœur, il se classe malgré tout dans mes excellentes lectures car j’ai ressenti un vrai plaisir de lecture, et ce pour un genre qui ne m’attire pourtant pas souvent : le genre historique. Pour l’instant, j’ai d’autres projets de lecture mais je crois bien que je lirai la suite à l’occasion. Il me reste encore beaucoup à lire dans cette saga mais je pense faire comme pour ce tome 2 : attendre le bon moment pour me replonger dedans, quand j’en aurai vraiment envie. Histoire d’apprécier le livre à sa juste valeur !

En bref, je suis heureuse (et presque un peu étonnée) d’avoir passé un si bon moment de lecture, pile poil ce que je voulais lire au moment où je voulais le lire. Je suis ravie !

IZombie – Saison 1

Marquee_iZombie_550772f603dc95.54749361

Sur un coup de tête, et sur les chaudes recommandations de Smells Like Rock, j’ai commencé IZombie à tout hasard il y a quelques temps et je vous retrouve aujourd’hui pour vous en parler puisque j’ai dévoré la saison 1.

Mais commençons par le commencement: de quoi ça parle?

Olivia Moore, surnommée Liv, une étudiante transformée en zombie lors d’une soirée qui a très mal tourné, travaille en tant que médecin légiste afin de pouvoir profiter du festin que représentent pour elle les cervelles des défunts. A chaque bouchée, elle hérite des souvenirs de la personne. Cherchant désespérément un sens à sa vie, elle se rend compte qu’avec l’aide du détective Clive Babinaux, elle peut résoudre les affaires de meurtres et calmer ainsi les voix qui la tourmentent dans sa tête…

Trailer

Mon avis

17cdf43ed56afab68b3c27b1fa26eb7c.jpg

Franchement, je ne m’attendais pas à grand chose en regardant cette série et pourtant j’ai drôlement bien accroché. Alors certes il faut être prévenu, le côté zombie est carrément moins réaliste que dans Walking Dead mais ce n’est pas plus mal puisque ça apporte une nouvelle vision du zombie, dans l’esprit « je ne me prends pas au sérieux et j’assume l’aspect mangeur-de-cerveaux ».

D’autant qu’on retrouve dans cette série beaucoup d’autres choses: un côté policier avec les enquêtes (une nouvelle par épisode à peu près), l’humour des personnages et le cocasse de certaines situations (notamment le flic Clive qui pense que Liv est une médium et qui tombe à l’occasion sur ses repas sans soupçonner qu’il s’agit de cerveau…), le côté humain et sentimental (avec la relation de Liv et ses proches)… Et bien entendu le fil rouge qui se révèle de plus en plus en arrivant vers la fin de la saison: l’origine de la mutation « zombie ». Sans parler du capital sympathie des personnages, notamment Ravi qui est génial: à la fois geek et scientifique, il est le principal allié et soutien de Liv. 

recaps-izombie

On apprécie même les méchants, enfin surtout LE grand méchant, Blaine, qui a un côté badass pas désagréable 😀

izombie-blaine-saison1-brainclub-02

Enfin, mention spéciale pour les références à la pop culture distillée dans toute la série, des clins d’oeil qui rajoutent une touche fun. J’ai noté des références à Fight Club, Orange is the New Black… entre autres.

Bref, ça me plaît beaucoup. Ce n’est pas non plus une révélation mais plutôt une agréable surprise! Retrouver Liv, Ravi, Major et Peyton dans chaque épisode est un plaisir. Sans mentionner le générique très orienté comic dont je suis vite devenue fan… 

Alors, ça vous dit de tester?

Mes adieux à Downton Abbey (avec SPOILERS!)

downton-abbey-christmas-special-finale

Ça y est. C’est fini. Je suis partagée entre l’envie de me rouler en boule pour pleurer dans mon coin et celle de m’épancher sur mon amour éperdu pour cette série. Je viens de voir le tout dernier épisode de Downton Abbey, le Christmas Special 2015, et j’en suis encore toute émue.

downton_1_630_jan28_1acg0u9-1acg0uj

C’est donc l’épisode 9 de la saison 6 qui vient clôturer cette aventure so British qui a enflammé mon petit coeur. Et quelle fin! Tout finit par s’arranger pour tout le monde… et j’en suis bien contente! Pas de drame, pas de mort, pas de scandale… Que du bonheur.

[ALERTE SPOILERS]

downton-christmas-special-finale-edith-wedding

On commence bien sûr avec la situation d’Edith. EDITH A ENFIN SA FIN HEUREUSE : ELLE SE MARIE ! Eh oui, Bertie revient finalement vers elle et nous serre le coeur avec sa réplique « La seule chose à laquelle je ne pourrai jamais m’habituer est une vie sans vous » Edith nous fait flipper une seconde quand elle décide de jouer cartes sur table avec la marquise… mais OUF, tout se conclut bien.

7KG1PS2

Lady Mary passe en second plan dans ce dernier épisode (eh oui, laissons un peu la gloire à sa soeur pour une fois) mais sa vie n’est pas exempte de conclusion heureuse: alors que Henry Talbot trouve un nouveau travail en la compagnie de Tom Branson, elle lui annonce qu’un heureux événement se profile à l’horizon! (Bébééééé!)

12376391_1766324180262133_5482576803979213416_n

En parlant de bébé, chez les Bates, l’événement tant attendu arrive enfin: Anna accouche d’un petit garçon en parfaite santé…. dans la chambre de lady Mary! Haha, c’est Carson qui en fait presque une attaque.

da-s5-characters-slidenumber-merton-1-hires-crop-648x327

Mrs Crawley finit enfin par faire voir le vrai visage de son fils à Lord Merton. Ayant appris qu’il avait une « anémie pernicieuse » (qu’il allait bientôt mourir), elle décide alors de s’occuper de lui et… de l’épouser! C’est pendant le mariage d’Edith qu’ils apprennent que l’anémie de Lord Merton n’est pas pernicieuse et qu’il ne va pas mourir de sitôt. Oh joie pour les amoureux!

Daisy finit par se rendre compte qu’Andrew est sans doute un jeune homme digne de son intérêt et de son amour. Sur les dernières minutes, on a un petit aperçu d’une éventuelle amourette entre Mr Mason qui semble beaucoup apprécier Mrs Patmore.

De même pour Molesley et Baxter. Alors que Molesley s’en va pour devenir professeur à plein temps, il fait ses adieux à Baxter en lui exprimant son souhait de la revoir:

“We won’t lose touch,” he muttered.

“No, we won’t lose touch, you can be sure of that,” she replied, with a twinkle in her eye.

Du côté de Tom Branson nous assistons également à la naissance d’un nouvel amour avec Miss Edmunds qui attrape le bouquet de lady Edith. (Mariaaaage!)

Même dans le couple de Lord et Lady Grantham nous avons une sorte de conclusion: le comte se retrouve stupéfait de voir ce que sa femme réalise pour l’hôpital et de constater que les gens l’aiment – il se rend alors compte de la chance qu’il a de l’avoir pour épouse et le lui dit. C’est mignoooon…

thomas

Thomas Barrow, après s’être remis de sa tentative de suicide, trouve un nouveau travail chez un couple de noble et s’en va de Downton l’âme en peine… jusqu’à ce qu’un concours de circonstance amène Lord et Lady Grantham à lui proposer la place de majordome, la place de Carson. Si si!! Je dois dire que j’ai été très émue par la situation de Thomas Barrow. On a commencé la série en le détestant à mort, en souhaitant qu’il passe sous les roues d’une auto pour tout le mal qu’il faisait autour de lui… et on finit presque en ayant envie de lui faire un bisou comme Baxter. Les événements, la vie, les coups du sort et surtout l’aide apportée par des personnages bons et généreux comme Baxter ont enfin réussi à le changer et à en faire un homme meilleur. Moi je décide de lui donner une deuxième chance!

downton-christmas-special-finale-carson

Enfin le seul point un peu triste dans ce dernier épisode est la découverte chez Carson de cette maladie qu’avaient son père et son grand-père avant lui, une maladie incurable qui fait trembler ses mains. Bien qu’à l’époque elle ne soit pas encore connue, on comprend qu’il s’agit de Parkinson. C’est donc le coeur lourd que Carson doit quitter son travail de majordome (au profit de Barrow, vous y croyez ça?!) mais avec tout l’amour de la « sainte famille »: il peut garder le cottage, rester sur les terres de Downton et percevoir une rente. Il ne quitte donc pas vraiment la famille heureusement…

[FIN DES SPOILERS]

Bref, tout est bien qui finit bien. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…

Downton-Abbey-TV-show-on-ITV-and-PBS-season-6-series-finale-no-season-7

Je dois vous avouer que je suis toute chose à l’idée que ce soit fini. À l’idée de ne plus suivre ces personnages auxquels je me suis tellement attachée. A suivre leur vie, leurs amours, leurs espoirs, leurs échecs, leur réussites… on a l’impression d’être devenu ami avec eux, comme si on faisait partie de leur monde. C’est fou d’imaginer que la seule saga fictive à m’avoir fait ressentir ça pour ses personnages, de manière aussi forte, a été Harry Potter! Je crois que je n’ai jamais autant aimé une série TV. Et pourtant j’en ai vu quelques unes. Le Trône de Fer? Non, ils n’ont rien inventé, ce sont les romans qui sont extraordinaires. Sherlock? Je suis fan oui, mais ce n’est pas la même chose: on parle d’enquête, c’est amusant mais c’est froid, rationnel, cartésien. Non vraiment, aucune série TV ne m’a autant plue que celle-ci: le côté très British, les décors sublimes, le côté historique, les costumes magnifiques, la bande-son, la profondeur psychologique des personnages… et bien sûr toute cette foule d’émotions suscitées chez le spectateur. J’ai ri et pleuré devant Downton Abbey comme jamais auparavant: chaque épisode a su me faire monter les larmes aux yeux, que ce soit de joie ou de tristesse. Je me sentais ridicule et pourtant je ne pouvais pas nier avoir le coeur serré! Dire adieu à cette série me brise le coeur et pourtant tout est parfait. Elle a finit quand elle devait se terminer, de la meilleure façon possible… de telle sorte que je souhaiterais même pas avoir de suite, ni en série ni en film, car ça ne pourrait pas être aussi parfait que cette série telle qu’elle est aujourd’hui.

Vraiment, si vous n’avez toujours pas compris: Downton Abbey est une pure merveille, bien plus qu’une simple série TV à mes yeux. C’est un autre de mes mondes intérieurs qui s’est refermé mais qui restera toujours là, quelque part dans un coin de mon coeur.

tumblr_inline_n530i3rtaQ1qeeb8h

Films & Séries

Mes séries

da_event_image_01

Ma série chouchou ❤ Ça fait déjà quelques semaines que j’ai fini la saison 5, en compagnie de ma maman et mon chéri que j’ai embrigadés depuis les premiers épisodes de la saison 1.

Je suis toujours aussi dingue de cette série et j’ai du mal à imaginer que la prochaine saison sera la dernière… D’autant que d’après les rumeurs, dame Maggie Smith ne devrait pas tarder à disparaître des écrans car son rôle devient beaucoup trop âgé pour le temps écoulé au fil de toutes ces saisons. Sans parler de Tom qui pense toujours à s’en aller… *Attention spoilers* J’ai été très émue pendant cette saison de la façon dont le secret d’Edith finit par être révélé à ses parents, notamment dans la scène où Lord Grantham vient annoncer à Edith qu’il sait et qu’il la pardonne. Gros moment d’émotion. En revanche l’histoire autour de Bates et Anna commence à me gaver un peu… Je trouve qu’il est temps d’y mettre un terme. Mais ça me plaît malgré tout, bien sûr ! Enfin dernier gros moment d’émotion à la fin, quand Carson et Mrs Hughes font ENFIN leur coming out ! *Fin des spoilers*

En bref toujours autant d’émotions pour moi dans cette série qui est déjà culte à mes yeux. J’en regrette presque de ne pas avoir de livre qui me permettrait de prolonger le plaisir que je prends à m’immerger dans cet univers. Un régal !

 walking-dead

Waling Dead, Saison 5. Une autre saison achevée dans cette série qui ne me lasse pas non plus ! L’univers et les personnages sont toujours aussi intéressants même si on passe dans cette saison une sorte de nouveau cap. La direction prise par la série semble un peu changer… On a aussi vers la fin une baisse d’action pour un focus appuyé sur la psychologie des personnages et la façon dont chacun gère ses démons et ses souffrances. Et malgré le « calme » apparent, l’angoisse reste toujours présente quand on voit certains personnages osciller sur la fine frontière entre raison et folie. Je mettrai sans doute cet article à jour dès que j’aurais vu l’épisode final!

Mes Films

films Collage

  • Une merveilleuse histoire du temps

Une belle histoire, émouvante et très bien filmée ! Je n’ai pas été bouleversée mais j’ai beaucoup apprécié ce film et son atmosphère, à la fois vintage et douce. Un beau film à voir.

  • Hacker

Un film visionné pour le plaisir du chéri. Par réellement mon genre de film mais on se laisse prendre par l’action et le suspense. Un scenario pas tendre pour ses personnages et une fin qui me laisse sceptique… Mais je recommande quand même pour les adeptes d’action et d’histoire d’espionnage/piratage.

  • Divergente 2

J’ai lu le livre il y a longtemps, et je ne l’avais pas relu avant d’aller voir le film. Alors forcément je suis indulgente par rapport aux différences livre/film. J’avais peut-être imaginé certaines scènes différemment mais ce film m’a quand même beaucoup plu car il m’a rappelé que j’avais vraiment adoré cette saga. Je me suis donc replongée dans cette histoire avec beaucoup de plaisir même si j’aurais parfois aimé que le film aille moins vite… En tout cas, ce film a ravivé mon envie de replonger dans les livres et pourquoi pas de m’acheter le coffret de la saga avec les superbes couvertures VO.

  • Cendrillon

Vu ce Dimanche au cinéma, dans une salle quasi-comble, je suis très contente d’avoir enfin vu ce film qui me fait envie depuis les premiers teasings officiels sur Facebook. Lady Rose (de Downton Abbey) en Cendrillon, Daisy (toujours de Downton Abbey) en méchante belle-sœur, Cate Blanchett en marâtre, Helena Bonham Carter en féé-marraine et surtout Robb Stark (de GoT) en beau Prince.

Un joli film, plein de paillettes et de magie, avec un casting de rêve. Bon, rien de surprenant dans cette adaptation et très peu d’éléments ajoutés/modifiés par rapport au Disney… mais un moment tout mignon et quand même très girly avouons-le. Mention spéciale pour les décors, costumes et effets spéciaux.

Voilà pour aujourd’hui. Je vous dis à très vite pour une chronique d’un livre que je suis (enfin!) sur le point de finir 😀

Petit bilan loisirs…

… parce que tout le monde sait que je ne vis que par et pour mes loisirs, n’est-ce pas? huhu

Films

boyhood1

Je suis allée voir Boyhood parce que, comme beaucoup d’autres personnes, j’étais intriguée par le concept même du film: un film tourné sur DOUZE ANNÉES avec les MÊMES acteurs. Durée du film: 2H43 (mieux vaut être bien installé). Comme vous le savez (sûrement) déjà, le film ne raconte rien de particulier si ce n’est la vie d’un petit garçon, Mason, qui devient adolescent puis jeune adulte. Rien de particulier donc, mais tout l’intérêt réside dans l’évolution de Mason: ses relations avec sa soeur, ses parents, ses premières histoires d’amour et ses questionnements sur la vie.

ellar_coltrane_boyhood

J’ai trouvé que les 2h43 passaient bien et j’ai trouvé ce film… tendre. Au sortir du ciné, je n’arrivais pas à trouver d’autre qualificatif. C’est mignon, un peu « américain » (normal me direz-vous!) mais c’est doux. Personnellement plusieurs passages m’ont fait penser à mon petit frère (qui a aujourd’hui 18 ans) et aussi par moments à moi. La lecture d’Harry Potter avec la maman, puis en grandissant la « fan-attitude » qui augmente au point de faire la queue avant l’ouverture des librairies pour avoir le nouveau livre Harry Potter… *souvenirs* ❤ Mais c’est fou comme Mason, à partir du moment où il atteint 15 ans (à peu près), m’a fait penser à mon frère. Déjà, physiquement ont ils quelques traits en commun, le même genre de visage, et après dans les attitudes ados: surtout quand le papa essaie d’avoir des conversations avec son ado de fils et que ce dernier répond par monosyllabes: « OK », « Cool », « Bien », « Normal ». Typique de mon frère quand on lui pose des questions… (Impossible d’avoir plus d’infos que ça!). Bref un film intéressant, audacieux et proche de la réalité: un bon moment ciné 🙂

D’autres en parlent ici:

http://www.madmoizelle.com/boyhood-film-critique-273431

http://lusionnelle.com/2014/08/03/film-boyhood-de-richard-linklader/#more-1162

Lectures en cours

artctualite-princesse-morte

De la Part de la Princesse Morte, de Kenizé Mourad

Quatrième de couverture:

«Ceci est l’histoire de ma mère, la princesse Selma, née dans un palais d’Istanbul…»

Ce pourrait être le début d’un conte ; c’est une histoire authentique qui commence en 1918 à la cour du dernier sultan de l’Empire ottoman.
Selma a sept ans quand elle voit s’écrouler cet empire. Condamnée à l’exil, la famille impériale s’installe au Liban. Selma, qui a perdu à la fois son pays et son père, y sera «la princesse aux bas reprisés».
C’est à Beyrouth qu’elle grandira et rencontrera son premier amour, un jeune chef druze ; amour tôt brisé. Selma acceptera alors d’épouser un raja indien qu’elle n’a jamais vu. Aux Indes, elle vivra les fastes des maharajas, les derniers jours de l’Empire britannique et la lutte pour l’indépendance. Mais là, comme au Liban, elle reste «l’étrangère» et elle finira par s’enfuir à Paris où elle trouvera enfin le véritable amour. La guerre l’en séparera et elle mourra dans la misère, à vingt-neuf ans, après avoir donné naissance à une fille : l’auteur de ce récit.

Voilà un de ces livres que je n’aurais sans doute jamais abordé de moi-même. Je ne le lis que parce que c’est ma chef (au boulot – avec qui on parle souvent bouquins)  qui me l’a chaudement recommandé. Je donne donc sa chance à ce roman autobiographique en me forçant un peu. Je n’en suis qu’au début et tout ce que je peux dire pour l’instant est que l’univers est très riche en détails, en informations de manière générale sur les us et coutumes de la cour du sultan, les hiérarchies, les parures…etc. Heureusement que le livre comprend un mini-arbre généalogique car il est encore assez difficile de se repérer parmi tous les membres de la famille qui ont tous des titres différents quoiqu’assez similaire. Bref, ce récit promet d’être assez « exotique »… mais ce n’est pas vraiment pour me déplaire puisqu’il s’agit de la Turquie, un pays que j’ai étudié avec plaisir en classe prépa puis visité en voyage avec l’amoureux. Un de nos premiers voyages ensemble, d’ailleurs, qui m’avait beaucoup emballée. On verra bien si l’histoire m’emporte, ce qui j’espère sera le cas 😛

dragonrouge1

Dragon Rouge, de Thomas Harris

Je m’attaque à la saga d’Hannibal Lecter parce que j’ai envie de palpiter… et d’avoir peur, aussi. J’ai tous les bouquin de la tétralogie consacrée à ce personnage terrible et je commence donc par le second roman de l’auteur qui se trouve être le premier dans lequel apparaît Hannibal.

Un psychopathe se faisant appeler Dragon Rouge sévit. Il massacre des familles sans histoires les soirs de pleine lune. Jack Crawford et Will Graham tentent de déterminer son identité. Will a le don de se mettre dans la peau des psychopathes qu’il traque. Cependant, lors de ses recherches, il doit interroger un autre tueur, le Dr Hannibal Lecter, dans sa cellule de prison. Ce dernier pourrait détenir certaines informations concernant le Dragon rouge susceptibles d’aider Will… ou inversement. (merci Wiki pour ce résumé)

Là encore je commence à peine le roman et n’ai pas encore pu me faire d’avis dessus. Je reviendrai en parler ici quand j’aurais plus avancé… suspens

Séries

Downton! Downton! Downton! downton!

Downton! Downton! Downton! Downton!

Downton Abbey

J’ai entamé la saison 3 de Downton Abbey et… je l’ai déjà dit ici mais je me répète: je suis amoureuse de cette série. Elle m’émeut comme aucune série ne m’a jamais autant émue. Alors oui, j’ai eu des périodes totalement hystérique devant des séries – notamment devant Vampire Diaries et la relation amoureuse-torturée de Damon & Elena – mais c’était plutôt du fangirling écervelé. Là je suis plus émue par plein de choses: les relations entre les personnages, les petits malheurs de chacun, les émotions refoulées de certain(e)s ou les bonheurs simples d’autres. Je me sens complètement attachée aux personnages… Par exemple, là je viens de finir l’épisode 2 de la troisième saison et… (*SPOILER*) je souffre pour Lady Edith qui n’a décidément pas de chance, la pauvre. Tout comme, d’un autre côté, j’ai trouvé très touchante la façon dont Carson s’est inquiété pour Mrs Hughes et comment, en apprenant la bonne nouvelle à la fin de l’épisode, on l’a surpris en train de fredonner « A la claire fontaine » (chanson dont on soupçonne rarement le fort pouvoir émotionnel – cf. le film « Le Voile des Illusions »!). Bref, je sais pas si je dois en avoir un peu honte mais cette série m’émeut. Voilà.

Les-Revenants-Poster

Les Revenants

Cette série date de 2012. Je viens de chercher sur internet et je suis surprise de n’en avoir entendu parler que cette année. Je n’ai vu que les deux premiers épisodes pour l’instant mais, comme toute bonne série qui se respecte, on accroche vite.

Comme le titre le laisse deviner, cette série parle de morts qui reviennent à la vie un beau matin, tout naturellement, tels qu’ils étaient au moment de leur mort et qui n’ont aucune conscience d’être mort. Ils ne réalisent pas que le temps a passé et ils débarquent dans leur familles comme s’ils étaient sortis le matin même. Bonjour le choc pour les proches.

L’atmosphère de la série est assez sombre, bien angoissante, et les morts, bien que d’apparence tout à fait normale, sont totalement flippants. Jai hâte de voir la suite!