IZombie – Saison 1

Marquee_iZombie_550772f603dc95.54749361

Sur un coup de tête, et sur les chaudes recommandations de Smells Like Rock, j’ai commencé IZombie à tout hasard il y a quelques temps et je vous retrouve aujourd’hui pour vous en parler puisque j’ai dévoré la saison 1.

Mais commençons par le commencement: de quoi ça parle?

Olivia Moore, surnommée Liv, une étudiante transformée en zombie lors d’une soirée qui a très mal tourné, travaille en tant que médecin légiste afin de pouvoir profiter du festin que représentent pour elle les cervelles des défunts. A chaque bouchée, elle hérite des souvenirs de la personne. Cherchant désespérément un sens à sa vie, elle se rend compte qu’avec l’aide du détective Clive Babinaux, elle peut résoudre les affaires de meurtres et calmer ainsi les voix qui la tourmentent dans sa tête…

Trailer

Mon avis

17cdf43ed56afab68b3c27b1fa26eb7c.jpg

Franchement, je ne m’attendais pas à grand chose en regardant cette série et pourtant j’ai drôlement bien accroché. Alors certes il faut être prévenu, le côté zombie est carrément moins réaliste que dans Walking Dead mais ce n’est pas plus mal puisque ça apporte une nouvelle vision du zombie, dans l’esprit « je ne me prends pas au sérieux et j’assume l’aspect mangeur-de-cerveaux ».

D’autant qu’on retrouve dans cette série beaucoup d’autres choses: un côté policier avec les enquêtes (une nouvelle par épisode à peu près), l’humour des personnages et le cocasse de certaines situations (notamment le flic Clive qui pense que Liv est une médium et qui tombe à l’occasion sur ses repas sans soupçonner qu’il s’agit de cerveau…), le côté humain et sentimental (avec la relation de Liv et ses proches)… Et bien entendu le fil rouge qui se révèle de plus en plus en arrivant vers la fin de la saison: l’origine de la mutation « zombie ». Sans parler du capital sympathie des personnages, notamment Ravi qui est génial: à la fois geek et scientifique, il est le principal allié et soutien de Liv. 

recaps-izombie

On apprécie même les méchants, enfin surtout LE grand méchant, Blaine, qui a un côté badass pas désagréable 😀

izombie-blaine-saison1-brainclub-02

Enfin, mention spéciale pour les références à la pop culture distillée dans toute la série, des clins d’oeil qui rajoutent une touche fun. J’ai noté des références à Fight Club, Orange is the New Black… entre autres.

Bref, ça me plaît beaucoup. Ce n’est pas non plus une révélation mais plutôt une agréable surprise! Retrouver Liv, Ravi, Major et Peyton dans chaque épisode est un plaisir. Sans mentionner le générique très orienté comic dont je suis vite devenue fan… 

Alors, ça vous dit de tester?

Mes adieux à Downton Abbey (avec SPOILERS!)

downton-abbey-christmas-special-finale

Ça y est. C’est fini. Je suis partagée entre l’envie de me rouler en boule pour pleurer dans mon coin et celle de m’épancher sur mon amour éperdu pour cette série. Je viens de voir le tout dernier épisode de Downton Abbey, le Christmas Special 2015, et j’en suis encore toute émue.

downton_1_630_jan28_1acg0u9-1acg0uj

C’est donc l’épisode 9 de la saison 6 qui vient clôturer cette aventure so British qui a enflammé mon petit coeur. Et quelle fin! Tout finit par s’arranger pour tout le monde… et j’en suis bien contente! Pas de drame, pas de mort, pas de scandale… Que du bonheur.

[ALERTE SPOILERS]

downton-christmas-special-finale-edith-wedding

On commence bien sûr avec la situation d’Edith. EDITH A ENFIN SA FIN HEUREUSE : ELLE SE MARIE ! Eh oui, Bertie revient finalement vers elle et nous serre le coeur avec sa réplique « La seule chose à laquelle je ne pourrai jamais m’habituer est une vie sans vous » Edith nous fait flipper une seconde quand elle décide de jouer cartes sur table avec la marquise… mais OUF, tout se conclut bien.

7KG1PS2

Lady Mary passe en second plan dans ce dernier épisode (eh oui, laissons un peu la gloire à sa soeur pour une fois) mais sa vie n’est pas exempte de conclusion heureuse: alors que Henry Talbot trouve un nouveau travail en la compagnie de Tom Branson, elle lui annonce qu’un heureux événement se profile à l’horizon! (Bébééééé!)

12376391_1766324180262133_5482576803979213416_n

En parlant de bébé, chez les Bates, l’événement tant attendu arrive enfin: Anna accouche d’un petit garçon en parfaite santé…. dans la chambre de lady Mary! Haha, c’est Carson qui en fait presque une attaque.

da-s5-characters-slidenumber-merton-1-hires-crop-648x327

Mrs Crawley finit enfin par faire voir le vrai visage de son fils à Lord Merton. Ayant appris qu’il avait une « anémie pernicieuse » (qu’il allait bientôt mourir), elle décide alors de s’occuper de lui et… de l’épouser! C’est pendant le mariage d’Edith qu’ils apprennent que l’anémie de Lord Merton n’est pas pernicieuse et qu’il ne va pas mourir de sitôt. Oh joie pour les amoureux!

Daisy finit par se rendre compte qu’Andrew est sans doute un jeune homme digne de son intérêt et de son amour. Sur les dernières minutes, on a un petit aperçu d’une éventuelle amourette entre Mr Mason qui semble beaucoup apprécier Mrs Patmore.

De même pour Molesley et Baxter. Alors que Molesley s’en va pour devenir professeur à plein temps, il fait ses adieux à Baxter en lui exprimant son souhait de la revoir:

“We won’t lose touch,” he muttered.

“No, we won’t lose touch, you can be sure of that,” she replied, with a twinkle in her eye.

Du côté de Tom Branson nous assistons également à la naissance d’un nouvel amour avec Miss Edmunds qui attrape le bouquet de lady Edith. (Mariaaaage!)

Même dans le couple de Lord et Lady Grantham nous avons une sorte de conclusion: le comte se retrouve stupéfait de voir ce que sa femme réalise pour l’hôpital et de constater que les gens l’aiment – il se rend alors compte de la chance qu’il a de l’avoir pour épouse et le lui dit. C’est mignoooon…

thomas

Thomas Barrow, après s’être remis de sa tentative de suicide, trouve un nouveau travail chez un couple de noble et s’en va de Downton l’âme en peine… jusqu’à ce qu’un concours de circonstance amène Lord et Lady Grantham à lui proposer la place de majordome, la place de Carson. Si si!! Je dois dire que j’ai été très émue par la situation de Thomas Barrow. On a commencé la série en le détestant à mort, en souhaitant qu’il passe sous les roues d’une auto pour tout le mal qu’il faisait autour de lui… et on finit presque en ayant envie de lui faire un bisou comme Baxter. Les événements, la vie, les coups du sort et surtout l’aide apportée par des personnages bons et généreux comme Baxter ont enfin réussi à le changer et à en faire un homme meilleur. Moi je décide de lui donner une deuxième chance!

downton-christmas-special-finale-carson

Enfin le seul point un peu triste dans ce dernier épisode est la découverte chez Carson de cette maladie qu’avaient son père et son grand-père avant lui, une maladie incurable qui fait trembler ses mains. Bien qu’à l’époque elle ne soit pas encore connue, on comprend qu’il s’agit de Parkinson. C’est donc le coeur lourd que Carson doit quitter son travail de majordome (au profit de Barrow, vous y croyez ça?!) mais avec tout l’amour de la « sainte famille »: il peut garder le cottage, rester sur les terres de Downton et percevoir une rente. Il ne quitte donc pas vraiment la famille heureusement…

[FIN DES SPOILERS]

Bref, tout est bien qui finit bien. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants…

Downton-Abbey-TV-show-on-ITV-and-PBS-season-6-series-finale-no-season-7

Je dois vous avouer que je suis toute chose à l’idée que ce soit fini. À l’idée de ne plus suivre ces personnages auxquels je me suis tellement attachée. A suivre leur vie, leurs amours, leurs espoirs, leurs échecs, leur réussites… on a l’impression d’être devenu ami avec eux, comme si on faisait partie de leur monde. C’est fou d’imaginer que la seule saga fictive à m’avoir fait ressentir ça pour ses personnages, de manière aussi forte, a été Harry Potter! Je crois que je n’ai jamais autant aimé une série TV. Et pourtant j’en ai vu quelques unes. Le Trône de Fer? Non, ils n’ont rien inventé, ce sont les romans qui sont extraordinaires. Sherlock? Je suis fan oui, mais ce n’est pas la même chose: on parle d’enquête, c’est amusant mais c’est froid, rationnel, cartésien. Non vraiment, aucune série TV ne m’a autant plue que celle-ci: le côté très British, les décors sublimes, le côté historique, les costumes magnifiques, la bande-son, la profondeur psychologique des personnages… et bien sûr toute cette foule d’émotions suscitées chez le spectateur. J’ai ri et pleuré devant Downton Abbey comme jamais auparavant: chaque épisode a su me faire monter les larmes aux yeux, que ce soit de joie ou de tristesse. Je me sentais ridicule et pourtant je ne pouvais pas nier avoir le coeur serré! Dire adieu à cette série me brise le coeur et pourtant tout est parfait. Elle a finit quand elle devait se terminer, de la meilleure façon possible… de telle sorte que je souhaiterais même pas avoir de suite, ni en série ni en film, car ça ne pourrait pas être aussi parfait que cette série telle qu’elle est aujourd’hui.

Vraiment, si vous n’avez toujours pas compris: Downton Abbey est une pure merveille, bien plus qu’une simple série TV à mes yeux. C’est un autre de mes mondes intérieurs qui s’est refermé mais qui restera toujours là, quelque part dans un coin de mon coeur.

tumblr_inline_n530i3rtaQ1qeeb8h

Une Étude en Rouge, de Arthur Conan Doyle

Sherlock-Holmes-Une-étude-en-rouge

Alors qu’un petit séjour en Angleterre se profile à l’horizon, je me suis dit qu’il était grand temps de tenter la lecture des romans d’Arthur Conan Doyle, le papa du célèbre Sherlock Holmes. Eh oui, n’ayant jamais été attirée par ces romans, il aura fallu la série Sherlock, avec Martin Freeman et Benedict Cumberbatch, pour éveiller ma curiosité. J’ai eu un vrai coup de foudre pour le personnage de Sherlock merveilleusement joué par Benedict Cumberbatch. Son physique atypique allié à un personnage sociopathe, très intelligent, très cynique et même parfois méchant mais aussi vulnérable en un sens… Bref, j’ai craqué et je me suis ainsi découvert un intérêt tout neuf pour les romans à l’origine d’une série si géniale.

8b7fe52d74fd76b2e46a7600c17ca9bc

1295466799599190482heartstrings

Je me suis donc lancée dans le premier tome des aventures de Sherlock, à savoir Un Étude en Rouge. Bien sûr, je m’attendais à une version beaucoup moins sexy de Sherlock, beaucoup moins bad-ass… Et finalement je suis agréablement surprise.

Bon évidemment, le « vrai » Sherlock n’avait sans doute pas le physique de Cumberbatch mais comme il y a assez peu de descriptions du physique du personnage, on peut se laisser aller à imaginer l’acteur!

sherlockjpg_2777748b

D’autant que les dialogues sont assez similaires à ceux de la série. Sherlock est sans doute moins « méchant » mais il a quand même ce cynisme agaçant, cette confiance en lui-même inébranlable (pour ne pas dire qu’il est un peu imbu de lui-même)… comme dans la série !

J’ai aussi été agréablement surprise de voir que le premier livre commence exactement comme le premier épisode de la série. Les dialogues de la rencontre entre Sherlock et Watson sont identiques, quasiment mot pour mot, dans le même contexte, et le premier crime auquel ils sont confrontés ensemble est très similaire. Vous vous souviendrez sans doute du cadavre accompagné d’une inscription tracée avec du sang « RACHE » (Rachel ? Ou « vengeance » en allemand ?) En fait, tout est très semblable malgré la différence d’époque entre les romans d’origine et la série. En fait, au lieu de prendre des taxis ils prennent des fiacres. Voilà.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture… même si j’avoue avoir été un peu déstabilisée par la deuxième partie. En effet, le roman se découpe en deux parties, la première centrée sur Sherlock et Watson et le crime qu’ils tentent d’élucider et, alors qu’on pense avoir trouvé le tueur, on part soudain sur une autre histoire, qui constitue notre deuxième partie, avec de nouveaux personnages, dans une traversée de l’Amérique aux côtés de Mormons. Heuuu, ok… Bon heureusement on comprend vite que ce flashback incongru va en fait nous expliquer le crime élucidé par Sherlock. Et là pour le coup, rien à voir avec les conclusions de la série tv – ce qui n’est pas plus mal.

Bref, un premier Sherlock Holmes qui ne me déçoit pas ! Une lecture relativement courte, agréable, et qui m’a permis de me rendre compte que, au contraire de ce que j’imaginais, la série tv est restée assez fidèle aux livres. J’ai hâte de lire d’autres romans de A. C. Doyle pour découvrir plus en profondeur le caractère de Sherlock et Watson.

Downton Abbey (Saison 1)

Voilà, j’ai fini la première saison de Downton Abbey… et je suis irrémédiablement fan!

Vraiment, j’adore!

3cdb40c97f1c7bc6892c79b75b80865c

La classe, hein?

La raison de mon engouement?

Les acteurs, tous très bons…

f6ac12bb884a04ccc80704826cac7b41

Notamment McGonagall… heu Maggie Smith! 😀

l’ambiance British ET old-school (les tenues de l’époque, les codes sociaux, les traditions VS la modernité – petite mention pour l’apparition du téléphone très amusante!), la bande-son géniale (je suis déjà fan de celle du générique 😀 )…

…une façon de filmer très bien pensée (cadrage, lumières, gros plans et vues d’ensemble etc – en même temps il faut dire que le cadre du tournage s’y prête bien aussi!)… mais surtout des personnages attachants, qu’ils soient de la famille Crawley ou des domestiques. Ils ont chacun leur caractère, leurs aspirations, leur histoire personnelle… Et on a sans cesse envie de savoir ce qu’ils vont devenir, s’ils vont réussir… 

Il y a bien sûr la question de l’héritage qui est le fil conducteur de la série (on aimerait bien savoir comment ce sac de noeuds va se démêler!) mais il y a aussi toutes les histoires individuelles des personnages.

< Beware, spoilers sur la saison 1 – mais de toute façon j’imagine que tout ceux qui liront cet article sont à jour sur la série… >

L’intérêt de Sybil pour la politique, l’amour grandissant de Lady Mary pour Mathew Crawley, le flirt d’Edith avec Sir Anthony…

395840a7de9498d5c675f53a4c7eb424

…les ambitions professionnelles de Gwen

You-Know-Nothing-Jon-Snow!

You-Know-Nothing-Jon-Snow

les histoires de coeur de cette petite cruche de Daisy qui bade Thomas avant de se rendre compte que ce n’est qu’un CONNARD  et d’enfin remarquer le gentil William, les secrets de Bates et sa relation avec Anna ❤ …

Je les adore ces deux-là <3

Je les adore ces deux-là ❤

et enfin les complots de O’Brien et Thomas. Mais quels fouteurs de merde ces deux-là (et excusez ma vulgarité mais ils la méritent hein)!

44ce488e255f725cfd03cb0a18d10110

En même temps il faut bien quelques « méchants » pour pimenter un peu le tout 😉

Bon bref, la première saison s’achève donc à la fameuse réception donnée par les Crawley, très riche en « éléments perturbateurs »: Mary et Edith perdent toutes les deux leur prétendant, O’Brien cette pétasse apprend qu’elle a tué un bébé pour rien (et sinon c’est quand qu’elle se suicide?… bon ok je sors), Bates avoue plus ou moins craquer pour Anna, Gwen est acceptée en tant que secrétaire, Thomas donne sa démission (Hip Hip Hip Hourra!) et surtout… la guerre est déclarée, ce qui est tout de suite moins fun 😦 

Heureusement, j’ai déjà toute la saison 2, bien au chaud, qui n’attend qu’une chose… que je la dévore – ce que je vais faire de ce pas! See ya’

Top Ten Tuesday #3 – Les 10 livres que j’ai abandonnés

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. 
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

top-ten-tuesday

Le thème de cette semaine:

Les 10… 8 livres que j’ai abandonnés/failli abandonner.

  • David Copperfield, de Charles Dickens

J’avais commencé ce livre il y a des années mais je crois que je ne m’attendais pas à ça: le style, les descriptions, la lenteur du récit… Peut-être que je n’étais pas prête. En tout cas, je n’ai jamais réessayé mais je referai une tentative un de ces jours!

  • Le Rouge et le Noir, de Stendhal

Dans la série des classiques, un de mes gros fails de lecture: avoir décroché lamentablement de ce fameux livre de Stendhal – un must de la littérature française. Le pire c’est que je ne sais pas si j’aurai le courage/l’envie de m’y remettre un jour. On peut survivre sans avoir lu Le Rouge et le Noir, non?

  • Retour à Cold Mountain, de Charles Frazier

Ce livre je le lisais en Australie… J’avais aimé le film alors quand j’ai trouvé le livre sur un marché de livres d’occasion, à tout petit prix, je l’ai acheté. J’en ai le souvenir d’une lecture difficile: un rythme trèèèès lent, de longues descriptions plus ou moins utiles, une façon d’écrire assez spéciale, un peu poétique… En même temps, il faut dire aussi que je le lisais en V.O. J’en étais arrivé aux deux tiers il me semble, mais…j’ai lâché. Je devrais réessayer mais en français cette fois, je suis sûre que ça passerait beaucoup plus facilement.

  • La Ferme Africaine, de Karen Blixen

Pour vous dire la vérité, je n’ai pas beaucoup de souvenirs de ce livre, malgré le fait que j’en avais lu plus de la moitié quand j’ai décroché. Encore une fois, c’est poussée par mon intérêt du film que j’avais commencé cette lecture. Tout allait bien pendant la première partie du livre, le rythme était lent mais la lecture intéressante (elle rendait bien l’ambiance, l’atmosphère) mais, si je me souviens bien, il y a eu un moment où le roman entre dans une seconde partie. D’un autre point de vue, ou sur un autre sujet, je ne pourrais plus dire mais je me souviens que le début de cette deuxième partie m’avait soudainement désintéressée. Je ne pense pas reprendre ce livre un jour.

  • L’Appel du Coucou, de J.K. Rowling (ou Robert Galbraith, comme vous voulez!)

J’ai déjà parlé de ce livre, arrêté récemment à 20% de lecture. Le récit n’est pas aussi entraînant ni aussi palpitant que ce à quoi je m’attendais. Je suis fan de J.K. Rowling (ou du moins de Harry Potter) pourtant je ne sais pas si je m’y remettrai un jour…

  • La saga Journal d’un vampire

Cette lecture (du premier tome) remonte à avant que je découvre la série Vampire Diaries. A l’époque (genre ça remonte à des années^^) je voulais essayer les livres avant d’essayer la série. Et là, la déconvenue! Aucun style, beaucoup de maladresses et d’omissions dans le récit, une écriture tellement simpliste qu’elle frise le ridicule. Je suis désolée si jamais des fan des bouquins passent par ici mais…je n’ai absolument pas accroché et, arrivée à la fin du premier tome, j’ai décidé de ne pas perdre mon temps (et mon vocabulaire!) dans la lecture de cette saga. Je suis passée directement à la série et là, en revanche, j’ai eu un énorme coup de coeur. Pour une fois qu’une adaptation télévisée est mieux que le livre!

  • City of Bones (Mortal Instruments), de Cassandra Clare

Ma tentative de lecture est plus récente mais je crois que je ne m’y remettrai pas. J’ai une fois de plus été rebutée par le style trop simpliste à mon goût, trop « jeune ». Il y a bien d’autres livres du même genre à lire en ce moment, tant pis pour celui-ci. D’ailleurs j’ai vu le film il n’y a pas longtemps et il ne m’a pas convaincue non plus donc c’est sans regret.

  • Fifty Shades Freed, de E.L. James

Pour ce bouquin j’ai déjà tout expliqué dans le billet précédent. J’ai bel et bien failli l’abandonner mais ça y est, je l’ai enfin fini!