L’Assassin Royal #6 – La Reine Solitaire, de Robin Hobb

l-assassin-royal-tome-6-la-reine-solitaire-cover

Je me rends compte tout à coup que j’ai oublié de chroniquer le dernier tome que j’ai lu de l’Assassin Royal et je vais immédiatement réparer cet oubli. J’ai donc terminé depuis un moment le tome 6 de l’Assassin Royal, à savoir le dernier du premier cycle de la saga. Et Mon Dieu que j’aime cette saga !

Alors que le tome 5 devenait très intéressant, du fait de cette Voie Magique qui avait un drôle d’effet sur Fitz, le dernier tome gagne encore en intérêt au fil des pages! Pour commencer, on en apprend enfin sur les Anciens ! Ces fameux Anciens que Vérité voulait retrouver pour sauver les Six-Duchés des Pirates Rouges.

* Attention, spoilers en pagaille dans cette chronique ! *

On est mis sur leur piste lors de l’excursion étrange de Fitz dans la ville endormie, tandis qu’il observe des tapisseries représentant des dragons.

On découvre enfin la véritable identité de Caudron qui n’est pas la simple bonne femme qu’elle prétend être : elle est en réalité une artiseuse d’un ancien clan dont elle a été bannie il y a longtemps. Elle est devenue presque immortelle grâce à la force de son Art.

Mais surtout, ce qui marque un tournant définitif à l’histoire : Fitz et sa bande retrouvent enfin Vérité ! Mais dans quel état ? Il est devenu très vieux, très maigre et semble vide, complètement ailleurs. Il n’a pas réussi à réveiller les Anciens… qui s’avèrent être les dragons de pierre endormis que la bande a admiré plus tôt. C’est pour cela qu’il a décidé de créer son propre « Ancien » : il passe ses journées et ses nuits sans dormir ni manger pour sculpter son propre dragon avec son Art. C’est à ce moment là que Caudron fait son coming-out pour mettre son Art au service du roi.

Je ne vous cache pas que ce tome est tout bonnement passionnant, on obtient une foule de réponses sur une quantité de questions qu’on se posait auparavant. On passe aussi par de grands pics d’excitation ou d’émotion, je pense notamment au moment où Fitz découvre que Burrich est amoureux de Molly et qu’il va se marier avec elle afin de protéger la petite Ortie.

Vérité, avec l’aide de Caudron et de Fitz, parvient enfin à donner la vie à son dragon – ce qui revient aussi à finir sa vie en tant qu’humain. On souffre pour Kettricken qui a lutté si longtemps pour rejoindre son époux et qui doit lui dire adieu alors qu’elle vient à peine de le retrouver… Vérité-Caudron le dragon s’envole sur le champ pour sauver les Six-Duchés tandis que Fitz et le Fou tombent aussitôt dans une embuscade tendue par Royal. Bien sûr Royal n’est pas là en personne, mais il utilise Guillot. Dans la bataille acharnée que livrent Fitz, Œil-de-Nuit et le Fou, Fitz comprend comment réveiller les Anciens : il faut du sang et le Vif. Les Anciens se réveillent finalement tous et le Fou les emmène à la rescousse de Vérité. Fitz se retrouve alors seul avec Guillot agonisant. Il profite de la faiblesse de son ennemi pour atteindre Royal avec la force de son Art et porter un coup fatal.

On découvrira par la suite que Fitz n’a pas tué Royal mais lui a lavé le cerveau et lui a imposé une fidélité sans bornes à Kettricken, ce qui est tout aussi savoureux. De toute façon, Royal finira par mourir quand même, déchiqueté dans son sommeil par une créature inconnue : sûrement le petit rongeur qui avait croisé la route de Fitz et qui cherchait vengeance pour la mort de son maître.

On finit par comprendre le phénomène de Forgisation qui découlait à l’origine des passages répétés des dragons au-dessus des Ouîtriliens et qui leur enlevait à chaque fois un peu plus d’émotions (puisque les dragons tirent leur vie des émotions des humains) Les Pirates Rouges avaient fini par comprendre ce phénomène et s’en étaient servis pour se venger, des générations plus tard.

La scène finale m’a fait un vrai pincement au cœur : Fitz vit retiré en ermite avec son loup et un aide, Cal, d’une dizaine d’années, inconnu du monde à l’exception des visites occasionnelles d’Astérie. Patience règne à Guet-de-Négoce tandis que Kettricken a retrouvé le trône des Six-Duchés et a mis au monde un garçon bien portant du nom de Dévoué. (Heu, au passage, on me fera pas croire que ce garçon est celui de Vérité hein. C’est bien avec la virilité de Fitz qu’il a été engendré ce petit…) De leur côté, Burrich et Molly vivent ensemble et s’occupent d’Ortie et du petit Chevalerie pendant qu’un 3ème est en route. Umbre est devenu conseiller de la reine et le Fou est parti, on ne sait où, sûrement retrouver les siens… ? The End

* Fin des spoilers *

Bref, j’espère que vous m’excuserez pour la longueur de cet article mais ce tome est tellement dense, on a tant de réponses et de révélations et de conclusions que je trouvais important de souligner les principales. Je suis un peu triste de la situation finale de Fitz… On aurait espéré mieux pour lui… Mais je me console en me disant que tout n’est pas encore fini puisque nous retrouverons bientôt notre héros dans un nouveau cycle (le cycle du Prophète Blanc)! Et en attendant, je vais pouvoir aller faire un tour en mer avec les Aventuriers de la Mer et y retrouver peut-être un personnage étrangement familier… Huhu. Je vous en reparlerai l’heure venue. En tout cas, je suis catégorique : l’Assassin Royal est définitivement monté sur le podium des meilleures sagas ever depuis Harry Potter. À bon entendeur 😉

coup-de-coeur

Coup de coeur

frise

imaginaire

Janvier 2016 – Bilan lectures

Malgré un mois placé sous le signe de la déprime (espérons que le mois de février soit moins triste), je constate que niveau lecture ça a été bien rempli. C’est toujours ça de positif. J’ai lu 11 livres en Janvier dont 1 album pour enfants, 1 Artbook, 1 BD humoristique, 1 livre illustré, 1 grosse intégrale et 6 romans. Du chiffre et de la diversité!

Mon GROS COUP DE COEUR du mois

51nfriAA5xL._SX341_BO1,204,203,200_

Évidemment. J’ai bien essayé de m’empêcher de me jeter sur ce livre… Mais j’ai cédé. Et qu’est-ce que j’ai aimé… ❤ Ma chronique du tome 4, du tome 5 et je vous fais bientôt ma chronique de la troisième et dernière partie de cette intégrale, soit le tome 6 qui vient clôturer le premier Cycle de l’Assassin Royal. J’attends de prendre un peu de recul car je suis encore toute bouleversée d’avoir achevé le cycle.

J’ai eu deux autres coups de coeur ce mois-ci.

(Eh oui, moi qui n’en ai jamais… j’en ai eu 3 en un mois: record absolu!!)

1510-coverama_org

Le Coverama de Marc Simonetti (ma chronique ici) que j’ai pris le temps d’étudier en détails: une vraie merveille ⭐

Dernière terre Collage

La saga La Dernière Terre, de Magali Villeneuve. Je ne devais lire que le tome 1 (ma chronique ici) mais je n’ai pas résisté et j’ai enchaîné avec le tome 2 (ma chronique ici). J’attends maintenant la suite avec impatience!

Les autres livres ont tous été des lectures agréables / sympathiques :

Janvier Collage

À l’exception de ma grosse déception du mois:

wishing-spell

Malgré une couverture sublime et une idée de base qui me plaisait beaucoup, je n’ai pas du tout accroché… (ma chronique)… Dommage 😦

L’Assassin Royal #5 – La Voie Magique, de Robin Hobb

jl6363-2009

Mon avis sur les 3 premiers tomes

Mon avis sur le tome 4

Je continue donc sur ma lancée car plus rien ne m’arrête. Même pas ma culpabilité de délaisser mes SP. Lire l’Assassin Royal est un régal de lecture comme je n’en ai plus eu depuis longtemps et je dévore cette saga avec une avidité que je croyais ne plus retrouver avant longtemps.

* Attention, cette chronique peut contenir de petits spoilers…*

Alors que le tome précédent n’était qu’une suite de questionnements et d’hésitations quant à l’avenir de Fitz, c’est dans ce tome 5 que la vraie expédition – celle qu’on savait devoir arriver – commence. Et comme par hasard, Fitz finit par se retrouver entouré de personnages importants: il retrouve le fou et Kettricken sans même les avoir vraiment cherchés. Si certaines circonstances s’arrangent facilement pour notre héros, on ne peut pas nier qu’il souffre bien comme il faut, de façon régulière. C’est à se demander comment il peut survivre à tout ça! C’est dans ce tome aussi qu’on se rend compte que deux personnages qu’on croyait secondaires sont finalement plus importants que ça: Astérie, la ménestrelle (qui a fini par bien m’agacer) et Caudron, la vieille qui en sait un peu trop sur tout. Je la soupçonne d’être de la famille de Fitz, soit de la branche de sa mère (la grande inconnue) soit de celle des Loinvoyants.

Ce tome-ci nous interroge aussi beaucoup sur le personnage du Fou, personnage qui ne m’a jamais autant plu/intrigué que dans ce tome. On apprend qu’il est le Prophète blanc qui va faire en sorte, en guidant le Catalyseur (alias Fitzounet), de sauver le monde de l’anéantissement. J’aime beaucoup sa relation avec Fitz même si on en vient à se demander, notamment grâce aux piques d’Astérie, quelle est la vraie nature de cette relation. « Le Fou est une femme et elle est amoureuse de vous. » J’ai hâte d’en apprendre plus sur lui (elle?) et sur Caudron.

En attendant, Fitz doit se débrouiller pour survivre à la route d’Art sans se faire repérer ou attaquer par les sbires de Royal l’infâme… ce qui n’est pas gagné!

À suivre donc…

coup-de-coeur

Coup de coeur

frise

imaginaire

L’Assassin Royal #4 – Le Poison de la Vengeance, de Robin Hobb

1507-1

Mon avis sur les premiers tomes

Bien que je lise actuellement la très belle intégrale des éditions J’ai Lu, j’ai décidé cette fois-ci de donner mon avis tome par tome histoire de multiplier les occasions de vous vanter cette formidable saga.

Eh oui, en cette période où j’ai le moral dans les chaussettes, j’ai décidé de me faire plaisir et de reprendre ma lecture de la saga – quite à pénaliser un peu les SP que je lis en parallèle ( :-/ ) Mais je me rassure en me disant que 1) ça me fait du bien et 2) je fais baisser ma PAL, ce qui est quand même un de mes grands objectifs de ce début d’année.

Mais tout ça on s’en fiche. Ce qui importe plus c’est ce que j’ai à dire de ce nouveau tome. Et cette fois pas de spoilers 🙂

Ayant fini le tome 3 il y a très peu de temps, je dois dire que je suis retombée dans l’univers avec une facilité déconcertante. En plus, Robin Hobb a l’intelligence de revenir un peu sur les derniers événements au début du livre, ce qui aide notamment à se remettre en tête certains détails.

On retrouve donc Fitz, mais un Fitz bien différent de celui qu’on a connu dans les premiers tomes. Après l’événement majeur de la fin du tome 3, on le retrouve qui entame une nouvelle phase de sa vie… et c’est difficile. Il est déprimé, il se sent seul, inutile, nul quoi. Les jours passent dans la morosité. Heureusement, la compagnie d’Oeil de Nuit le soulage de ses tourments. Mais vient un moment où il faut se bouger… C’est donc à partir de là que l’histoire reprend. 

Je dois dire qu’il ne se passe pas grand chose dans ce tome. On suit Fitz dans ses questionnements, ses réflexions, ses peurs et ses doutes tandis qu’il essaie de fixer un nouvel objectif à sa vie. Finalement au cours du livre, l’objectif principal change 3 fois. Bref, Fitz tâtonne et on tatônne avec lui… ce qui explique que l’histoire n’avance pas des masses.

En revanche, on en apprend plus sur l’Art et surtout sur le Vif, ce que j’ai trouvé extrêmement intéressant! Évidemment, toutes les questions n’ont pas encore leurs réponses mais on en apprend malgré tout… « Le Lignage aide le Lignage » 

D’autre part on a aussi la satisfaction morbide d’être débarrassé dans ce tome de quelques personnages méchants. Bon pas les plus importants, certes, (sinon ce serait trop beau!) mais c’est toujours ça en moins.

En bref, un nouvel épisode de la saga qui marque le tournant sur une nouvelle phase du cycle de l’Assassin Royal mais dans lequel l’histoire n’avance pas beaucoup. Heureusement, les quelques péripéties de Fitz nous tiennent en haleine malgré tout – de même que les informations glanées sur l’Art et le Vif maintiennent notre intérêt. Hâte que Fitz atteigne son premier objectif!…

En tout cas mon amour pour cette saga se confirme bien. Quel bonheur de pouvoir trouver un tel plaisir de lecture. Et quel bonheur d’avoir encore plein de tomes pour se plonger dans cet univers. Je suis conquise…

tumblr_inline_mq8537cjmu1qz4rgp

frise

imaginaire

Coverama: Alternate Worlds, de Marc Simonetti

1510-coverama_org

Je crois qu’il est temps que je vous parle de ce livre que j’ai eu le bonheur de recevoir pour mon anniversaire.

Mais laissez-moi vous dire qu’en termes de « livre », ce Coverama est bien plus qu’un simple livre. C’est une beauté, un bijou… Je suis irrémédiablement fan et je ne me lasse pas de découvrir et re-découvrir son contenu.

Pour vous faire une présentation rapide, nous ne parlons pas ici d’un roman mais d’une compilation d’illustrations réalisées par mon illustrateur préféré, j’ai nommé Marc Simonetti. Ça m’étonnerait que son nom ne vous dise rien mais au cas où: Marc Simonetti est un illustrateur français (cocorico) né à Lyon et qui a illustré un bon nombre de romans célèbres, la plupart issus des littératures de l’imaginaire, dont les couvertures des éditions J’ai Lu du Trône de Fer, de George R. R. Martin. (avant que J’ai Lu ne décide de privilégier les images de la série TV, pfff…)

TDF Collage

Évidemment, en grande fan du Trône de Fer et en amie d’Eirilys pour qui les illustrateurs de fantasy n’ont plus de secret depuis longtemps, il était inévitable que je finisse par mémoriser le nom de M. Simonetti. D’autant qu’après le Trône de Fer, j’ai retrouvé son empreinte sur les couvertures de mes derniers gros coups de coeurs littéraires: Le Nom du Vent, de Patrick Rothfuss et L’Assassin Royal, de Robin Hobb.

Nom du Vent Collage

AR Collage

Déjà, avec un si bon choix de livres, cet illustrateur avait déjà marqué des points auprès de moi. Mais en plus d’avoir illustré des livres fantastiques, Marc Simonetti a réussi, par je ne sais quel tour de magie (le talent sans doute) à apporter encore plus d’éclat à ces romans qui n’en manquent pourtant pas. C’est simple: ses oeuvres sont de celles qui vous font s’exclamer « Mais c’est tellement ça! C’est exactement comme ça que je l’imaginais! » Il arrive à mettre des formes et des couleurs sur des images mentales qu’on pensait ne jamais pouvoir toucher du doigt. Il saisit l’essence d’un roman, son atmosphère et son univers… et ouvre ainsi des fenêtres magiques sur ces différents mondes

simonetti Collage

Ce coverama se composent donc d’une foule de fenêtres sur une foule de mondes encore inexplorés en ce qui me concerne. Je me suis arrêtée sur chaque illustration, me suis imprégnée de son atmosphère, de ses couleurs, je me suis perdue dans la profondeur des ombres et dans la beauté de la lumière, dans le mouvement, dans l’angoisse, dans la contemplation ou dans la peur… et je ressors de ce livre avec une bonne vingtaine de titres que je souhaite rajouter à ma wishlist. Ça en devient presque systématique: quand je découvre une nouvelle illustration de Marc Simonetti sur les réseaux sociaux, je me renseigne aussitôt sur le titre du livre illustré que je note dans un coin. Le dernier en date: Age of Myth, de Michael J Sullivan – un auteur dont je n’avais jamais entendu parler et qui tout à coup m’intéresse au plus haut point.

12339326_1137422522935459_8371818766811420512_o

N’est-ce pas magnifique??

Comme le dit judicieusement Marc Simonetti en introduction de son livre, si une illustration vous plaît il y a de fortes chances que le livre qu’elle a inspiré vous plaise aussi. J’en suis convaincue.

En bref, je ne peux que vous conseiller de vite découvrir les magnifiques dessins de Marc Simonetti. Je crois que s’ils me plaisent tant, c’est bien sûr par l’esthétisme même de ces illustrations (le trait, les palettes de couleurs – qui sont toujours sublimes) mais aussi par la forte relation qui existe entre les dessins et les mondes qu’ils représentent. Comme je vous le disais récemment, la littérature de l’imaginaire est vraiment celle qui parle à mon coeur… et trouver des illustrations qui mettent si parfaitement des formes et des couleurs sur mes mondes intérieurs c’est comme découvrir que je ne suis pas seule dans ces mondes imaginaires. C’est découvrir une communauté d’amis qui vivent aussi dans ces mondes et ça fait chaud au coeur ❤

coup-de-coeur

Coup de coeur

Retrouvez Marc Simonetti sur Facebook, Tumblr, Twitter, DeviantArt… Il est partout en fait ^^