Excellente lecture·Mes Lectures·Services de presse

Un Été Près du Lac, de Heather Young

À la mort de sa grand-tante Lucy, Justine, trentenaire mère de deux fillettes, hérite d’un vieux chalet familial, niché sur les bords d’un lac du Minnesota. Pour la jeune femme, ce legs est un don du ciel, une chance unique de fuir San Diego et les accès de colère de son fiancé.
Mais, alors que Justine prend possession des lieux, elle est rapidement happée par l’ambiance étrange de cette bâtisse : ici, le temps s’est arrêté en 1935. Des objets, des photos, des vêtements, tout rappelle cette petite fille disparue à l’âge de six ans, Emily.
Et bientôt, Justine découvre le journal de sa grand-tante Lucy, ainsi que la terrible histoire d’une famille détruite par les drames…

Que s’est-il passé ce matin de l’été 1935 ? Que savait Lucy de la disparition de sa petite soeur? Et si c’était à elle, Justine, de trouver la vérité pour libérer les siens d’un secret vieux de soixante ans? 

Ça fait un moment maintenant que j’ai lu ce roman, un service de presse, et je prends enfin le temps de le chroniquer. Pas trop tôt…

J’ai tout de suite été attirée par cette association thriller/secret de famille – typiquement le genre de duo genre+thème qui marche bien avec moi – et j’ai été ravie de le recevoir.

Pour commencer, un premier bon point pour ce roman: j’ai réussi à rentrer dedans et à le dévorer alors même que je pensais un tel exploit impossible, incompatible avec mon état psychologique à la fin de mes énormes journées de formation au travail.

Dès la première page, j’ai accroché…et suis restée ferrée jusqu’à la fin. Le style est fluide sans être simpliste et la narration alternée passé-présent, quoique classique, fonctionne très bien. On comprend tout de suite qu’une ombre plane sur cette famille, un secret inavoué, un événement qui a créé un avant/après dans l’histoire de la famille.

Et c’est bien évidemment ce qui nous tient en haleine. Je ne peux pas vraiment dire que je me sois attachée à Justine et ses filles, même si elles sont touchantes, mais j’ai été plus attendrie par la jeune Lucy et sa vision d’enfant innocente qui ne comprend pas vraiment ce qu’elle voit ou ressent.

Les parties au passé sont celles que j’ai préférées, pour cette tension du récit qui tend vers la révélation finale bien sûr, mais aussi pour cette ambiance « vintage », cette nostalgie du discours, d’un temps béni mais révolu, destiné à disparaître.

Pour ce qui est de la fin, des lecteurs plus attentifs et plus perspicaces que moi auront sans doute deviné, à partir de certains indices où tout ça nous menait, mais j’avoue n’avoir vu venir cette fin qu’assez tardivement.

En conclusion, ce roman m’a apporté tout ce que j’en espérais à ce moment là: une plume prenante, une histoire à suspense, un sombre secret de famille. J’ai dévoré ce livre en une semaine, ce qui est un exploit quand on considère la semaine que je subissais passais. Sans faute pour ce roman qui devrait plaire à tous! À lire sans réserve.

Publicités

8 commentaires sur “Un Été Près du Lac, de Heather Young

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s