#SP81 – Les Outrepasseurs, tome 4: Ferenusia, de Cindy Van Wilder

Cette beauté *_*

Moi qui redoutais d’être perdue dans ce tome 4, avec mes souvenirs un peu trop flous du tome 3, je suis très heureuse de vous dire que ça n’a pas du tout été le cas.

Il faut dire aussi que l’adorable Cindy Van Wilder a eu la gentillesse de me rafraîchir la mémoire sur certains points alors que je m’apprêtais à ouvrir le livre.

Entre ses petits rappels et mes lambeaux de souvenirs, j’ai donc réussi à rentrer dans l’histoire facilement. D’autant que les premiers chapitres sont tout de même écrits de manière à re-situer un peu le contexte de la fin du tome 3. 

En somme, l’entrée en matière s’est faite en douceur et sans anicroche. Et toute la lecture dans son ensemble aussi. J’ai trouvé le roman un peu court, peut-être, mais rondement mené et très agréable à lire. Ce quatrième roman, sans vraiment constituer un roman à part entière, m’a fait l’effet d’un bon gros épilogue, qui prend les Ferreux comme prétexte pour faire nos adieux à cet univers.

Sans être un coup de coeur, j’ai beaucoup aimé ma lecture, beaucoup aimé retrouver Peter et Arnaud, mais aussi d’autres personnages, secondaires dans les tomes précédents, mais qui deviennent ici personnages principaux à l’heure où les Ferreux se battent pour leur liberté et leurs droits. Je salue particulièrement les messages et valeurs véhiculés dans ce roman: la lutte nécessaire contre l’intolérance, l’acceptation de l’autre, la compassion, le droit de chacun à la liberté (de mouvement, d’expression…). J’ai été agréablement surprise par la présence de personnages LGBT, chose assez rare dans la littérature jeunesse (quoique ces derniers temps on remarque des progrès). Bon si je veux être vraiment honnête, j’ai trouvé la proportion finale de couples LGBT assez élevée par rapport à la quantité totale, mais je pense que nous avons ici quelque chose qui tenait vraiment à coeur à Cindy Van Wilder, et je respecte totalement. Quoiqu’il en soit, je suis ravie du coming out de deux personnages en particulier! Je n’en dirai pas plus (même si ceux qui l’ont lu verront TRÈS BIEN de qui je parle haha). Enfin, que dire de plus sinon qu’on en aurait bien demandé plus?^^ Mais toutes les bonnes choses ont une fin et j’ai été ravie de suivre cette saga de bout en bout, d’avoir découvert cet univers mais aussi son auteure, Cindy Van Wilder, très abordable sur les réseaux sociaux (comme IRL paraît-il!) et avec qui l’échange est facile et naturel.

Pour conclure, je suis ravie d’avoir découvert ce quatrième tome, Ferenusia, qui nous offre une ultime plongée dans l’histoire des Outrepasseurs. Une belle histoire qui vient clore une belle saga – saga que je vous conseille une bonne fois pour toutes si vous n’avez toujours pas tenté! Vous m’en direz des nouvelles 😉 Je vous souhaite de belles lectures à toutes et tous!

PS: en plus les livres sont juste superbes, ils embelliront vos étagères!

Tag – Mes 10 romans préférés

Bon, j’ai plusieurs tags de retard, mais celui-ci m’a beaucoup plu car c’est toujours plaisant de parler des livres qu’on aime. Je le dois au blog Les Instants Volés à la Vie et il s’agit de faire un Top Ten de mes romans chouchous. Je sais que je vous ai déjà parlé de plusieurs d’entres eux mais j’espère, à force de répétition, convaincre un maximum d’entre vous que, vraiment, il FAUT lire ces livres 😉

bg

Harry Potter, de JK Rowling

HP, of course <3

Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls: Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure donc sa naissance et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom ?

Pourquoi ce livre?

Hum vais-je me lancer dans la réponse à cette question… J’hésite car je pourrais en écrire…des romans justement. Ne vous fiez pas à l’allure très jeunesse de cette couverture et de ce résumé. Harry Potter c’est pour tout le monde, pour tous les âges. Cette saga est juste irremplaçable à mes yeux.

bg

Les Liaisons Dangereuses, de Choderlos de Laclos

« On s’ennuie de tout, mon ange, c’est une loi de la nature ; ce n’est pas ma faute. Si donc je m’ennuie aujourd’hui d’une aventure qui m’a occupé entièrement depuis quatre mortels mois, ce n’est pas ma faute. Si, par exemple, j’ai eu juste autant d’amour que toi de vertu, et c’est sûrement beaucoup dire, il n’est pas étonnant que l’un ait fini en même temps que l’autre. Ce n’est pas ma faute. […] Aujourd’hui, une femme que j’aime éperdument exige que je te sacrifie. Ce n’est pas ma faute. […] Crois-moi, choisis un amant, comme j’ai fait une maîtresse. Ce conseil est bon, très bon ; si tu le trouves mauvais, ce n’est pas ma faute. Adieu, mon ange, je t’ai prise avec plaisir, je te quitte sans regret : je te reviendrai peut-être. Ainsi va le monde. Ce n’est pas ma faute. »

Pourquoi ce livre?

Pour l’époque, pour la langue raffinée, pour les complots, les trahisons, l’intelligence redoutable et cruelle des deux protagonistes… Pour la puissance de ce roman épistolaire tout simplement. Ce livre est une perle de la littérature, tout bonnement savoureux.

bg

Le Trône de Fer, de George RR Martin

Le Royaume des Sept Couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer, tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors s’en sortiront indemnes…

Pourquoi ce livre?

Sans doute ma saga préférée juste après Harry Potter. Ce n’est pas un mince compliment. J’ai découvert Game of Thrones en VO quand j’étais en Australie. Je voyais des gens qui, tous les matins dans le métro, lisaient cette saga et j’avoue que ça a bien piqué ma curiosité. J’ai ensuite attendu un mois en liste d’attente à la bibliothèque pour emprunter le tome 1. Et quand je l’ai eu en main, j’avoue que j’ai failli renoncer: un énorme pavé, écrit tout petit, en anglais. Mais comme j’avais attendu pendant un mois, je me suis dit qu’il était dommage de ne pas essayer. Ouf! Sinon je serais passée à côté de ça! Impensable. Bon pour abréger, c’est de la fantasy médiévale adulte, dans un monde médiéval en apparence réaliste mais qui intègre petit à petit des touches de fantastique. Ça parle de complots, d’honneur, de trahison, d’alliances… et de trône à conquérir, par tous les moyens. L’univers est hyper riche, les personnages très travaillés (et nombreux aussi), il y a du suspense, de l’humour aussi parfois, de l’espoir, de l’injustice… C’est trop bien quoi.

bg

Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand

A la fin de l'envoi, je touche!

Poète, philosophe, auteur dramatique, homme d’esprit, bretteur incomparable, Cyrano Savinien-Hercule de Bergerac ne manque pas de panache. Mais il est aussi affligé d’un nez considérable, d’un nez si disgracieux que Cyrano se croit laid. Véritable héros romantique, il n’ose avouer à Roxane l’amour qu’il éprouve pour elle car elle aime Christian, fier, intrépide et beau mais dénué d’esprit. Cyrano propose alors au jeune homme un étrange marché : Christian fera sa cour à la belle, avec les mots de Cyrano…

Pourquoi ce livre?

Gros coup de cœur pour cette pièce de théâtre que j’ai lue presque par hasard. Il a fallu que mon petit frère l’étudie en cours pour que j’aie enfin la curiosité de découvrir l’oeuvre à l’origine de la tirade du nez. Cette pièce est à mes yeux un chef d’oeuvre. C’est écrit en vers et pourtant ça se lit tout seul. C’est plein d’humour et d’esprit, ça peut aussi être triste et émouvant. C’est beau. Et Cyrano est simplement génial. Lisez Cyrano de Bergerac, vous ne pouvez qu’adorer.

bg

Orgueil & Préjugés, de Jane Austen

La couverture <3

Mme Bennet a cinq filles et compte bien les marier toutes, ce qui n’est pas une tâche facile dans l’Angleterre du début du XIXe siècle. Non que les demoiselles Bennett soient laides, mais elles n’ont pas de fortune. Et cinq maris riches, ce n’est pas si facile à trouver. Surtout quand les filles en question s’en mêlent ; elles qui ont des préjugés, éprouvent des sentiments, et n’agissent pas forcément toujours pour trouver « un bon parti ».

Pourquoi ce livre?

Pour l’écriture, pour le côté British, pour l’époque, pour la romance, pour l’humour et l’esprit de Jane Austen, pour Mr Darcy aussi. Parce que cette histoire me fera toujours rêver

bg

Les Oiseaux se Cachent pour Mourir, de Colleen McCullough

oiseaux

Sur ces terres brûlantes d’Australie, les Cleary vont entamer une nouvelle vie, loin de la misère qu’ils ont connue dans leur Nouvelle-Zélande natale. Pour Meggie, neuf ans, seule fille de cette famille de huit enfants, ce nouveau départ se présente sous les traits du père Ralph. Séduisant, doux, généreux, le jeune homme la marque à jamais, lui inspirant des sentiments qui ne cessent de grandir au fil des ans…Pour se délivrer de cette attirance réciproque, Meggie n’a plus le choix à présent : elle se résout à accepter les avances d’un saisonnier. Quant à Ralph, fidèle à sa vocation, il décide de poursuivre sa carrière ecclésiastique loin de cet amour qu’il croit impossible…

Pourquoi ce livre?

Hum, malgré le côté kitsch des couvertures et l’âge avancé de ce roman, j’aimerais pouvoir vous convaincre de lui laisser une chance. Superbe fresque familiale qui se déroule sur plusieurs générations et qui met en scène une histoire d’amour aussi intense que déchirante, le tout sur fond de bush australien (ah l’Australie ❤ ).

bg

Jane Eyre, de Charlotte Brontë

6c5244c3da21ed84992358160272e487

Après une enfance passée au pensionnat de Lowood, une sévère institution pour orphelines, Jane Eyre devient gouvernante. Elle vit désormais au château de Thornfield auprès d’Adèle, la jeune pupille d’Edward Rochester…

Pourquoi ce livre?

Parce qu’il est unique. Il mêle avec brio romantisme et roman gothique, avec d’un côté une romance parfaitement maîtrisée (c’est-à-dire bien meilleure que celles des romans chick-lit de bas étage) et de l’autre des éléments noirs et effrayants (des châteaux hantés, des ombres dans les couloirs la nuits, la folie qui rode…). Un mélange très réussi!

bg

Le Nom du Vent, de Patrick Rothfuss

J’ai libéré des princesses. J’ai incendié la ville de Trebon. J’ai suivi des pistes au clair de lune que personne n’ose évoquer durant le jour. J’ai conversé avec des dieux, aimé des femmes et écrit des chansons qui font pleurer les ménestrels. J’ai été exclu de l’Université à un âge où l’on est encore trop jeune pour y entrer. J’y étais allé pour apprendre la magie, celle dont on parle dans les histoires. Je voulais apprendre le nom du vent.

Mon nom est Kvothe.

Vous avez dû entendre parler de moi.

Son enfance dans une troupe de comédiens ambulants, ses années de misère dans une ville rongée par le crime, avant son entrée, à force de courage et d’audace, dans une prestigieuse école de magie où l’attendent de terribles dangers et de fabuleux secrets… Découvrez l’extraordinaire destin de Kvothe : magicien de génie, voleur accompli, musicien d’exception, infâme assassin. Découvrez la vérité qui a créé la légende.

Pourquoi ce livre?

Ma révélation fantasy de l’année (jusqu’à présent). Une très belle plume, poétique et musicale, un art de la narration, un héros à la fois vulnérable et bad-ass et un univers riche, plein de très bons éléments fantasy, notamment le rapport à la magie. Ce pavé se lit tout seul! Si vous aimez la fantasy vous ne pouvez pas passer à côté de ce roman! Ma chronique

bg

Derrière la Porte, de Sarah Waters

Angleterre, 1922. La guerre a laissé un monde sans hommes. Frances, vingt-six ans, promise à un avenir de vieille fille revêche, habite une grande maison dans une banlieue paisible de Londres avec sa mère. Pour payer leurs dettes, elles doivent sous-louer un étage. L’arrivée de Lilian et de Leonard Barber, tout juste mariés, va bousculer leurs habitudes mais aussi leur sens des convenances. Frances découvre, inquiète et fascinée, le mode de vie des nouveaux arrivants : rires, éclats de voix, musique du gramophone fusent à tous les étages.

Pourquoi ce livre?

Ma deuxième grande claque de l’année avec Le Nom du Vent! (Quoique l’année n’est pas finie…) Un roman qui mélange les genres: entre le roman noir, le roman érotique, le roman de mœurs… Superbement écrit, une plume envoûtante, un suspense qui va crescendo. J’ai connu un véritable book hangover après ma lecture – c’est vous dire à quel point ce roman m’a happée et rendue accro. J’ai hâte de pouvoir lire d’autres livres de l’auteure ❤ Ma chronique

bg

Les Royaumes du Nord, de Philip Pullman

a-la-croisc3a9e-des-mondes

Pourquoi la jeune Lyra, élevée dans l’atmosphère confinée d’une prestigieuse université anglaise, est-elle l’objet de tant d’attentions ? De quelle mystérieuse mission est-elle investie ? Lorsque son meilleur ami, Roger, disparaît, victime des ravisseurs d’enfants qui opèrent dans tout le pays, elle n’hésite pas à se lancer sur ses traces… Un voyage vers le Grand Nord, périlleux et exaltant, qui lui apportera la révélation de ses extraordinaires pouvoirs et la conduira à la frontière d’un autre monde.

Pourquoi ce livre?

Superbe saga de fantasy jeunesse. Une des meilleures que j’ai lu, elle peut se lire à différent niveaux: l’action et les rebondissements au premier plan, les sous-entendus adultes (sur Dieu, la religion, l’Histoire) au second plan.

bg

Voilà pour ce tag. J’espère que ça vous aura donné des idées de lecture car rien ne pourrait me faire plus plaisir que de savoir que vous pourriez piocher un de ces romans pour vos futures lectures. Et si c’est le cas n’hésitez pas à venir m’en donner des nouvelles 😉

PS: je tague quiconque serait intéressé par ce TopTen 😀

SP#34 – Witch Fall, d’Amber Argyle

Ouf, un service de presse de plus terminé. J’en ai beaucoup en ce moment, et en même temps j’ai une PAL d’été que j’aurais aimé finir, des emprunts à rendre rapidement… et des lectures improvisées auxquelles je n’ai pas résisté. BREF je suis over-bookée et c’est le cas de le dire !

J’ai donc fini Witch Fall d’Amber Argyle, qui m’a finalement pris plus de temps que je ne l’aurais pensé. Je dois dire j’ai bien aimé ma lecture mais je ressors un peu déçue.

Pourtant tout avait bien commencé ! Une saga qui me faisait envie depuis longtemps dont j’allais enfin pouvoir connaître un peu l’univers, une couverture sublime d’une maison d’édition que j’adore, un résumé prometteur… On avait donc de bons points au départ. Et je dois dire que j’ai beaucoup aimé la première partie du roman. Particulièrement le côté oriental, avec l’empereur, les concubines, le palais, l’éléphant… et Han aussi. Et puis, au milieu du roman tout est retombé comme un soufflet au moment où Lilette rejoint La Sylve. Le rythme se casse et soudain… je me suis ennuyée. J’ai momentanément perdu mon envie de continuer… J’aurais pu arrêter ma lecture à ce moment-là et ne rien regretter. J’ai quand même persévéré et mon intérêt est revenu, bien que moins soutenu.

Comment vous dire ? Il y a beaucoup d’aspects qui m’ont plu dans ce livre (toute la partie « orientale » déjà mentionnée mais aussi tout le concept de sorcières maîtresses des éléments) mais autant d’aspects qui m’ont refroidie.

Déjà n’ayant pas lu les précédents livres de cet univers je pense que j’ai raté une partie de l’intérêt de ce roman. Alors certes l’intrigue peut se comprendre séparément des autres romans, mais je pense qu’avoir lu les autres avant apporte beaucoup. Dommage pour moi… Ensuite j’ai trouvé que certains aspects de l’histoire manquaient sérieusement de développement : le passé de Lilette de manière générale, l’histoire d’amour avec Han, même le rôle des sorcières pourtant très intéressant manquait selon moi de quelque chose.

Pour résumer, malgré une intrigue bien pensée et très intéressante, j’ai trouvé qu’il me manquait trop d’éléments pour réellement apprécier ma lecture. N’avoir pas lu les autres romans d’Amber Argyle avant m’a, je pense, pénalisé. Dommage… Si j’ai l’occasion je lirai sans doute Witch Born et Witch Song, histoire de voir si j’y trouve certaines explications à ma déception. Une lecture très mitigée donc :-/

SP#29 – Les Outrepasseurs, tome 3 – Le Libérateur, de Cindy Van Wilder

20150701_183619

Les Outrepasseurs c’est fini. Snif ! C’était vraiment une aventure sympa et je vais d’ailleurs vous parler du dernier volet de cette histoire, le tome 3 « Le Libérateur ».

Je remercie encore les éditions Gulf Stream qui ont accepté de m’envoyer ce tome 3 (encore un livre sublime à exhiber sur mes étagères !!) et qui m’ont ainsi permis de découvrir la conclusion de cette trilogie à succès !

J’ai une fois de plus été agréablement surprise par le plaisir ressenti à me replonger dans cet univers… C’est extrêmement fluide et la narration est bien maîtrisée, alternant les points de vue régulièrement ce qui maintient toujours le suspense quant à la suite de l’histoire. Bon, je suis d’avis que l’ensemble est globalement prévisible même si on a droit à quelques éléments surprenants qui atténuent un peu cette prévisibilité. Mais comme pour les précédents tomes, tout l’intérêt de cette saga réside à mes yeux dans la réécriture des contes vraiment bien pensée et les personnages forts et complexes tels que Snezhkaïa et bien sûr le Chasseur ! S’il y a bien un personnage que je regrette de quitter, ce n’est pas Peter, qui est somme toute un héros jeunesse classique, mais bien le Chasseur, cet être à la fois horrible et fascinant, finalement très ambivalent, dont l’ambivalence se révèle complètement dans le rôle qu’il joue au dénouement de la saga. Mention spéciale pour les introductions de chapitres, narrés par le Chasseur lui-même. J’ai tellement aimé ces passages que j’en souhaiterais presque une histoire dérivée, un roman de la vie du Chasseur ! Et comment ne pas parler d’Arnaut, un personnage qu’on aime dès le premier tome et qu’on aime jusqu’au bout. Soit dit en passant, j’ai particulièrement apprécié la subtilité avec laquelle l’auteure décrit la relation qu’il tisse avec Peter… Vraiment bien joué !

Pour ce qui est du final j’en suis satisfaite même si je m’attendais peut-être à plus… Plus explosif, plus surprenant ou plus profond peut-être. Il n’empêche que c’est une bonne fin et que je suis triste de quitter certains personnages (suivez mon regard).

En bref, ce tome 3 est une bonne conclusion à cette belle trilogie jeunesse. Ce n’est pas un coup de cœur car trop jeunesse à mon goût mais c’est quand même très intéressant, bien documenté et très intelligent pour une saga jeunesse. La réécriture de contes est très réussie, beaucoup plus travaillée que la plupart des réécritures que j’ai déjà lues (ne parlons même pas de ma déception à la lecture des Contes des Royaumes de Sarah Pinborough) et les personnages des fés sont vraiment fascinants. Et puis Arnaut… ❤ Même Noble parvient, sans être un fé, à se hisser parmi les personnages les plus intéressants. Si on rajoute à ces très bons éléments une grande fluidité dans le récit, tant dans le fond que dans la forme, je n’ai plus qu’à vous conseiller de lire cette saga ! Vous pouvez la mettre entre toutes les mains, petites ou grandes !!

Je rajoute ce livre au 2015 Reading Challenge de Popsugar dans la catégorie suivante: 

✔ A trilogy

.
2015 reading challenge

SP#21 – La Fille aux Licornes, de Lenia Major

La fille aux licornes

Ça y est! J’ai enfin terminé ce livre que j’aurais du finir il y a longtemps! Je remercie les éditions Talents Hauts de m’avoir envoyé ce roman qui m’intriguait!

Il s’agit d’une intégrale de ce qui est d’abord paru en trois tomes. La couverture de l’intégrale et la mention de licornes a tout de suite fait appel à mon côté paillettes et princesse. Oui, j’avoue.

Ascane a été choisie pour devenir licornière du roi, au grand dam de Séber, le maître licornier, qui ne veut pas d’une fille parmi ses apprentis. Aventureuse et tenace, la jeune fille réussit à s’imposer dans ce monde d’hommes grâce au pouvoir, hérité de son grand-père, de communiquer avec les licornes.
En compagnie de Météor, la licorne sauvage qu’elle a sauvée de la mort, Ascane va traverser des terres hostiles et lutter contre des forces obscures.

Qu’ai-je pensé de cette lecture « à partir de 10 ans »?

Eh bien, c’est une bonne lecture jeunesse que j’aurais sans doute fait lire à ma fille si j’en avais une. Bon évidemment pour mon goût, c’est dans l’ensemble un peu trop jeunesse mais ce n’est pas mauvais du tout et je suis sûre qu’à 10 ans, alors que je faisais de l’équitation et que je ne jurais que par les chevaux, j’aurais adoré ce roman! Il y a des aventures, des personnages sympathiques, une héroïne qui a tout pour charmer des lectrices du même âge (mais qui, personnellement, m’a souvent fait lever les yeux au ciel…! Bah, oui elle a beau être entourée d’adultes responsables, intelligents et hauts gradés, c’est toujours elle qui trouve les solutions à tout, qui mène le combat et limite qui donne des ordres aux autres. Evidemment…) Mais bon, avec mes yeux de 10-12 ans je l’aurais sans doute trouvée forte, courageuse et intelligente! J’ai beaucoup apprécié l’accent mis sur la relation avec les licornes (miroir évident des relations parfois spéciales que les hommes peuvent tisser avec les chevaux), même si, une fois de plus, cette relation se teinte souvent de… mièvrerie? Non, allez, disons juste que c’est mignon et que des petites filles passionnées de chevaux s’y retrouveraient sans doute. Malgré tout, j’ai eu une bonne surprise dans le dernier tome de la trilogie (le dernier tiers de mon livre) avec une intrigue un peu plus sombre, qui m’a bien plue et qui est venue atténuer cet excès de mignonerie des premiers tomes.  

En bref, vous l’aurez compris, j’ai sans doute passé l’âge pour ce genre d’histoire mais je n’ai pas pu m’empêcher d’aimer les licornes, surtout que cette lecture intervient au moment où je repense sérieusement me remettre à l’équitation. Une lecture sympathique, qui ravira les lectrices de 10 à 13 ans passionnées de chevaux.