Juste une Ombre, de Karine Giebel

CJn3_fUWsAAAzbN

Alors j’ai fini hier mon premier Karine Giebel. Il faut savoir que je me suis mise à lire cette auteure pour deux raisons 1) son grand succès sur la blogosphère qui m’a convaincue depuis longtemps, et 2) j’aurai peut-être la chance de la rencontrer d’ici quelques mois. J’ai donc attaqué Juste une Ombre qui me tentait énormément, surtout après avoir re-regardé la vidéo de Margaud Liseuse L’Auteur du Mois : Karine Giébel.

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde.
Tu manipules? Tu deviendras une proie.
Tu domines? Tu deviendras une esclave.

Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place.
Et puis un jour…
Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi.
À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche.
Juste une ombre.
Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré.
On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres.
On t’observe jusque dans les moments les plus intimes.
Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi.
Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule.
Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos.
Ou seulement dans ta tête?
Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard…

Alors je tiens à vous prévenir que cette critique n’est pas garantie sans spoilers. Evidemment je ne vous révèle rien d’important sur l’histoire, aucune grosse révélation qui vous empêcherait de lire le livre, je ne révèle ni la fin ni qui est qui… Mais je me suis sentie obligée de parler de certains éléments secondaires pour vous expliquer ce que j’ai ressenti pendant cette lecture… Donc libre à vous de me lire – ce que j’aimerais que vous fassiez quand même, je l’avoue ^^

Comme je m’y attendais j’ai très vite été happée par l’histoire et par la tension qui s’instaure dès le début. J’ai tout de suite trouvé curieux et intéressant que l’héroïne du roman soit une personne finalement assez désagréable et peu sympathique. Sans être foncièrement mauvaise, on comprend vite que Cloé n’est clairement pas sympa. Future PDG d’une boîte de pub, elle est imbue d’elle-même et méprise les gens en-dessous d’elle, que ce soit dans sa société ou dans la société de manère générale. C’était quand même osé de baser son histoire sur une héroïne ni gentille ni attachante et pourtant ça fonctionne ! Et oui ! Parce que malgré nous, on va vite compatir avec Cloé, avoir pitié d’elle, de sa vie qui tombe en ruines petit à petit, elle qui perd ses repères un à un au fil de l’histoire. On va finalement s’attacher à elle, à notre propre surprise, quand on la voit devenir de plus en plus seule, face à l’injustice et la cécité de son entourage qui ne la croit pas et la traite de plus en plus comme une folle. Arrive alors l’inspecteur Gomez et lui on l’aime dès le début. Cette brute de décoffrage qui cache un grand cœur, et surtout une blessure profonde. Et là, quand on assiste enfin à sa rencontre avec Cloé, qu’on trouve enfin un flic qui la croit et va mener l’enquête, on pousse un grand soupir ! Car tout n’est pas fini mais lui va pouvoir l’aider c’est sûr ! La sauver même ! Et pendant ce temps, l’histoire se poursuit et malgré la présence rassurante de l’inspecteur Gomez, l’angoisse est de plus en plus pesante, tant pour Cloé que pour le lecteur. A l’image de Cloé, on a hâte que tout se finisse, on attend la délivrance. Car ce roman est quand même très noir et très dur. Pas dans le sens gore et sanglant, car vous ne verrez (presque) pas une goutte de sang dans ce thriller, mais sombre sur tous les autres points de vue : Cloé qui se fait manipuler, abuser, traiter de folle par tous ses proches, qui revit des images de son passé traumatisant, qui est seule et abandonnée, Gomez qui a récemment vécu une tragédie personnelle puis une tragédie professionnelle qui le font vaciller au bord du gouffre, ces deux êtres brisés par la vie et par les circonstances qui se rattachent l’un à l’autre comme à des bouées de sauvetage, avec l’énergie du désespoir, le personnage de Bertrand cet immonde sal**d, les petits mots répugnants du psychopathe qui joue avec sa proie comme un sadique… BREF, ce livre est noir, lourd et pèse sur le lecteur de plus en plus au fil de la lecture. Alors on attend avec impatience la fin qui viendra enfin alléger notre cœur de lecteur et délivrer la pauvre Cloé qu’on a fini par comprendre et par aimer. Et c’est là qu’on se prend la fin du livre en pleine poire. Comme une gifle qui claque et fait résonner les murs. Et ça fait mal ! Vraiment mal.

Pour résumer, je ne sais pas quoi penser de ce roman que j’ai trouvé très prenant et très effrayant par sa noirceur et l’intensité de l’angoisse qu’on ressent par compassion avec Cloé, mais qui m’a fait ressortir de ma lecture quasi-traumatisée, vraiment déprimée. Bon, je préciserai aussi que j’ai eu hier une journée très difficile et éprouvante et finir mon livre dans la soirée m’a un peu achevée. Il n’empêche que c’est un roman très efficace et je lirai sans doute un autre roman de l’auteur pour comparer.

Book Haul d’Avril – Ma PAL gargantuesque

Aujourd’hui je n’ai pas moins de 15 livres à vous présenter. Ouais. Je n’en reviens toujours pas de ce chiffre. Tout comme je ne me remets que difficilement de l’hystérie joyeuse ressentie à la réception de ces romans ❤ Il y a eu de tout ces dernières semaines: des réceptions attendues avec impatience, des service de presse quasi-oubliés qui sont enfin arrivés, des surprises ô combien agréables, des cadeaux, des trouvailles de vide-grenier, des gains concours… BREF, une joyeuse profusion qui me console (un peu) de la fin de mon dernier contrat de travail. Allez, trève de suspense, je vous présente mes futures lectures!

IMG_20150413_182020

3 SP: deux romans des éditions l’Archipel, dont Le Siège des Dieux que j’attendais avec beaucoup d’impatience, et un roman des éditions Baudelaire.

IMG_20150413_181705

Un SP que je n’attendais plus, Une Fille Parfaite, qui a l’air extra, et un joli gain concours sur un thème qui m’interpelle: la manipulation des masses à travers les médias.

IMG_20150419_152453

Une trouvaille d’occasion. Ça fait longtemps que ce roman m’intrigue… (Je n’ai pas vu le film exprès pour lire le livre avant, alors ce sera l’occasion!)

IMG_20150418_114133

Mon nouveau SP des éditions Persée!

IMG_20150418_1140171

Ma GROSSE joie de la semaine: ce colis surprise des éditions Gulf Stream, contenant Desolation Road mais surtout le tome 2 des Outrepasseurs!! (Il est magnifique!)

Mon premier achat neuf depuis des lustres. Un livre tant désiré et tant attendu... J'ai hâte de pouvoir m'y plonger!

Mon premier achat neuf depuis des lustres. Un livre tant désiré et tant attendu… En plus d’être magnifique, ce roman a l’air vraiment génial. J’ai hâte de pouvoir m’y plonger!

Alors ces deux-là, je ne m'y attendais pas! Il s'agit des cadeaux de départ de mes collègues de travail. Une attention vraiment adorable. Vous remarquerez au passage le petit bracelet étoilé fait main qui était aussi un cadeau de départ <3

Alors ces deux-là, je ne m’y attendais pas! Il s’agit des cadeaux de départ de mes collègues de travail. Une attention vraiment adorable. Vous remarquerez au passage le petit bracelet étoilé fait main qui était aussi un cadeau de départ ❤

Dernier colis en date (reçu hier) deux gains de concours, un discours et un roman!

Dernier colis en date (reçu hier) deux gains de concours, un discours et un roman!

Enfin, dernier ajouts à la PAL, deux trouvailles de vide-grenier achetés une misère.

Enfin, derniers ajouts à la PAL, deux trouvailles de vide-grenier achetés une misère.

Voilà, c’est enfin fini et je vous avoue que j’espère ne plus en recevoir avant un moment car ma PAL est plus imposante que jamais! Mais je suis tellement contente de posséder ces nouveaux livres… ❤ Et puis je vais pouvoir me faire des bonnes journées lectures dans les jours qui arrivent alors je vais essayer d’être efficace!

En tout cas un grand merci à tout le monde pour ces réceptions: maison d’éditions, agents de relations presse, collègues de travail, blogueurs… Je suis ravie et je ne me lasse pas de contempler/feuilleter mes nouveaux romans!

Pour info, je lis en ce moment deux SP en parallèle et les deux me plaisent, chacun dans leur genre. Un des éditions Denoël et un des éditions l’Archipel. Je vous en reparle bientôt! Des bisous à tous 🙂

La Princesse des Glaces, de Camilla Lackberg

lackberg_LA-PRINCESSE-DES-GLACES

Quatre livres finis en une semaine, deux services presse et deux livres de challenge: j’ai rarement été aussi productive en matière de lecture. Après Au Coeur du Silence que j’ai fini bien vite, je me suis donc lancée dans un livre que j’ai envie de lire depuis longtemps sans jamais oser sauter le pas. Donc merci au Cold Winter Challenge pour m’avoir enfin fait lire La Princesse des Glaces de Camilla Lackberg. Pour commencer il faut savoir que mon papa est un fan de la première heure de cette auteur et qu’il a lu tous ses livres. Ce dernier ne lit presque plus que des polars et thrillers et il a, depuis un moment maintenant, une prédilection pour les auteurs nordiques: Stieg Larsson, Jo Nesbo et bien sûr Camille Lackberg qui est une référence d’après lui. Sans compter que les chroniques positives de cette auteur foisonnent sur internet et que même IRL j’ai même eu une amie qui me l’a recommandé. Bref, l’heure de lire ce roman était clairement venue. Et je ne regrette absolument pas cette lecture!

Alors il est vrai que cette dernière s’éloigne de mes lectures habituelles. Je me suis mise aux thrillers récemment mais tout ce qui se rapproche d’une enquête policière ne me branche jamais vraiment. En général j’ai peur que ça soit trop compliqué, ou dans des contextes qui ne m’intéressent que très peu  voire pas du tout (mafia, complots, attaques terroristes, hackers etc.). Mais ici ce n’est pas le cas. Ce n’est ni compliqué, ni situé dans aucun des contextes que j’ai cité. Au contraire, on entre très rapidement dans l’univers de l’action: le meurtre d’une femme belle, riche et aimée de tous dans un petit village de Suède, où tout le monde se connaît et où le moindre ragot se répand en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Un petit univers en huis clos, à l’ambiance nordique, évidemment, et dont l’héroïne est plus sympa et attachante que ce qu’on aurait pu espérer. Erica Falck est originaire de Fjallbacka et temporairement de retour dans la localité quand le meurtre est découvert. Elle est un peu madame tout-le-monde: parfois un peu maladroite, un peu fouineuse sur les bords, elle aimerait perdre quelques kilos mais mange tout ce qu’elle veut quand même, et elle flashe sur un vieil ami d’enfance, Patrik Hestrom, qui se trouve être un policier qui enquête sur le meurtre, justement. Elle a aussi son histoire personnelle, son vécu, sa relation un peu difficile avec sa petite soeur… Bref, on s’attache à elle, comme on s’attache également à Patrik Hedstrom. Ce qui m’amène à un autre gros point positif de ce roman: la narration.

Le livre se lit à travers le point de vue interne de plusieurs personnages. Les plus importants étant Erica Falck (c’est elle l’héroïne quand même) et Patrik Hedstrom, le gentil policier honnête et futé (comparé à son boss qui est tout le contraire!), mais également à travers les points de vue des autres personnages qui sont finalement tous sur la liste des suspects. Et le lecteur se retrouve donc avec un aperçu de la vision de tous ces personnages et peut ainsi mener son enquête et échafauder des hypothèses. Eh oui, car la narration est tellement habile qu’on a beau être « dans la tête » des suspects, on ne découvre jamais vraiment qui a commis le meurtre. On comprend qu’unetelle aurait eu un motif, qu’untel est peu dérangé (ce qui ferait de lui un coupable tout désigné), que machine avait une vieille rivalité avec la femme assassinée… Bref, les points de vue internes nous lancent plein de pistes tout au long de la lecture mais sans jamais trahir la (ou les) révélation(s) finale(s). Le style est très fluide et les points de vue alternent suffisamment rapidement pour garder un bon rythme. Sans parler du suspens qui est toujours maintenu et qui, sans être frustrant, parvient à conserver l’intérêt du lecteur intact de A à Z.

Pour résumer… Ce livre est une très bonne lecture, pour ne pas dire excellente. On entre très rapidement dans l’univers, un petit huis clos nordique, on s’attache aux personnages principaux (Erica et Patrik) tout en découvrant avec beaucoup de curiosité les points de vue internes des autres personnages. L’écriture est très habile et cette curiosité de lecteur ne s’éteint jamais, notamment grâce à un suspense très bien distillé. De même que la révélation finale évite avec brio de tomber dans la « fin facile » ce qui est très appréciable! Bref, je lirai les autres aventures d’Erica Falck avec plaisir 🙂

Score : 7 / 14

challengecoldwinter14

La Lignée, de Guillermo del Toro & Chuck Hogan

9782266202770

Synopsis

Depuis son atterrissage à l’aéroport JFK à New York, un avion en provenance de Berlin ne répond plus à la tour de contrôle. Le spectacle qu’Ephraïm et son équipe d’épidémiologistes découvrent à bord a de quoi glacer le sang : tous les passagers sauf quatre sont morts, en apparence paisiblement. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ? 
Lorsque, le soir même, deux cents cadavres disparaissent des morgues de la ville, Ephraïm comprend qu’une menace sans précédent plane sur New York. Lui et un petit groupe décident de s’organiser. Pas seulement pour sauver leurs proches. C’est la survie de l’humanité entière qui est en jeu… 

Ce que j’en pense…

Une lecture un peu commencée à tâtons parce que j’avais envie de piocher dans feu les livres de mon père (dont 99,9% sont des thrillers/polars). Je découvre avec surprise un livre qui parle…de vampires/zombies! Qui l’eût cru? D’ailleurs je suis à peu près sûre que mon père n’a jamais terminé ce roman. Moi en revanche j’ai bien apprécié. Alors certes ce n’est pas d’un style littéraire notable (beaucoup de dialogues, d’action) mais on s’y prend malgré tout. J’ai bien aimé le mélange des genres – mi-policier mi-fantastique – ainsi que l’ambiance à la Bram Stocker. Une lecture agréable sans être très marquante. Je me tâte à lire la suite.