#SP81 – Les Outrepasseurs, tome 4: Ferenusia, de Cindy Van Wilder

Cette beauté *_*

Moi qui redoutais d’être perdue dans ce tome 4, avec mes souvenirs un peu trop flous du tome 3, je suis très heureuse de vous dire que ça n’a pas du tout été le cas.

Il faut dire aussi que l’adorable Cindy Van Wilder a eu la gentillesse de me rafraîchir la mémoire sur certains points alors que je m’apprêtais à ouvrir le livre.

Entre ses petits rappels et mes lambeaux de souvenirs, j’ai donc réussi à rentrer dans l’histoire facilement. D’autant que les premiers chapitres sont tout de même écrits de manière à re-situer un peu le contexte de la fin du tome 3. 

En somme, l’entrée en matière s’est faite en douceur et sans anicroche. Et toute la lecture dans son ensemble aussi. J’ai trouvé le roman un peu court, peut-être, mais rondement mené et très agréable à lire. Ce quatrième roman, sans vraiment constituer un roman à part entière, m’a fait l’effet d’un bon gros épilogue, qui prend les Ferreux comme prétexte pour faire nos adieux à cet univers.

Sans être un coup de coeur, j’ai beaucoup aimé ma lecture, beaucoup aimé retrouver Peter et Arnaud, mais aussi d’autres personnages, secondaires dans les tomes précédents, mais qui deviennent ici personnages principaux à l’heure où les Ferreux se battent pour leur liberté et leurs droits. Je salue particulièrement les messages et valeurs véhiculés dans ce roman: la lutte nécessaire contre l’intolérance, l’acceptation de l’autre, la compassion, le droit de chacun à la liberté (de mouvement, d’expression…). J’ai été agréablement surprise par la présence de personnages LGBT, chose assez rare dans la littérature jeunesse (quoique ces derniers temps on remarque des progrès). Bon si je veux être vraiment honnête, j’ai trouvé la proportion finale de couples LGBT assez élevée par rapport à la quantité totale, mais je pense que nous avons ici quelque chose qui tenait vraiment à coeur à Cindy Van Wilder, et je respecte totalement. Quoiqu’il en soit, je suis ravie du coming out de deux personnages en particulier! Je n’en dirai pas plus (même si ceux qui l’ont lu verront TRÈS BIEN de qui je parle haha). Enfin, que dire de plus sinon qu’on en aurait bien demandé plus?^^ Mais toutes les bonnes choses ont une fin et j’ai été ravie de suivre cette saga de bout en bout, d’avoir découvert cet univers mais aussi son auteure, Cindy Van Wilder, très abordable sur les réseaux sociaux (comme IRL paraît-il!) et avec qui l’échange est facile et naturel.

Pour conclure, je suis ravie d’avoir découvert ce quatrième tome, Ferenusia, qui nous offre une ultime plongée dans l’histoire des Outrepasseurs. Une belle histoire qui vient clore une belle saga – saga que je vous conseille une bonne fois pour toutes si vous n’avez toujours pas tenté! Vous m’en direz des nouvelles 😉 Je vous souhaite de belles lectures à toutes et tous!

PS: en plus les livres sont juste superbes, ils embelliront vos étagères!

Défi du Chéri #2 – La Reine de Saba, de Marek Halter

On n’est même pas encore à la fin du mois que paraît déjà ma chronique du livre de Juillet, je suis très contente de moi.

Pour rappel, le Défi du Chéri a pour but final de supprimer de ma PAL les livres qui y prennent la poussière depuis trop longtemps – mon homme s’est donc porté volontaire pour me choisir un livre de la liste en début de chaque mois.

Ce mois-ci, le choix de mon chéri s’est porté sur un des rares livres de ma PAL qu’il a lu (d’ailleurs c’est le moment où je me demande pourquoi il a un jour pu être intéressé par ce titre, mais bref). Il a donc choisi de ma faire lire La Reine de Saba, de Marek Halter.

Il faut savoir que j’ai été très marquée il y a longtemps quand j’ai découvert et adoré la trilogie de la Bible au Féminin du même auteur.

Trois livres, chacun centré sur l’histoire d’une femme de la Bible: Sarah (la femme d’Abraham, celle qui ne pouvait pas avoir d’enfants), Tsiporra (moins connue, la femme noire de Moïse) et Lilah (encore moins connue, sœur d’Ezra, celui qui va ramener le peuple juif à Jérusalem). Des histoires dures, belles, émouvantes et qui nous apprennent sur la Bible (malgré le côté très romancé qu’il faut garder à l’esprit).

Le jour où La Reine de Saba a croisé mon chemin dans une bouquinerie d’occasion, je n’ai donc pas hésité. Mais je n’ai pas lu tout de suite le livre, et avant que je m’en rende compte, le livre prenait la poussière depuis plusieurs années. D’ailleurs mon intérêt a fini par s’émousser et quand mon chéri me l’a choisi, j’avoue que j’ai été très moyennement emballée/motivée.

Mais la lecture m’a prouvé que j’avais tort de faire trainer ce livre. Sans être un coup de coeur, ni aussi fort et touchant que la trilogie de la Bible au Féminin, j’ai bien apprécié ma lecture!

J’ai particulièrement aimé le contexte biblique, avec Pharaon d’un côté et le roi Salomon de l’autre, (personnage qui a laissé des épisodes et anecdotes mémorables dans la Bible). Bien sûr j’ai aussi aimé l’histoire de manière générale, qui se lit bien, malgré un côté un peu prévisible (merci la quatrième de couverture). Cela dit je regrette un peu que le récit aille si vite. Alors que dans la trilogie de la Bible au féminin on entrait vraiment dans un univers riche de détails, on nous installait vraiment dans l’époque, des us et coutumes, le contexte géographique, politique, religieux… Ici on a l’impression de survoler tout ça. D’ailleurs la longueur du roman vient le prouver: il est très court! (Ce qui explique aussi que je l’aie fini si vite!)

En conclusion, j’ai finalement plus apprécié cette lecture que je ne pensais, donc une bonne surprise d’un côté, mais d’un autre côté ça m’a rappelé à quel point la trilogie de la Bible au Féminin était meilleure et mieux écrite. Donc un peu déçue aussi. En attendant, je peux ENFIN rayer ce titre de ma PAL et c’est déjà une petite victoire!

SP#80 – Récits du Demi-Loup tome 3: Mers Brumeuses, de Chloé Chevalier

Pour Cathelle et Aldemor, l’heure n’est plus aux regrets. Rien n’arrêtera ce qu’ils ont déclenché.Véridienne et les Éponas, pour la première fois, lèvent les armes l’un contre l’autre. Sur les rivages des Mers Brumeuses, les Chats de Calvina et les guerrières de Malvane se jaugent, et les deux Suivantes, résignées et amères, se préparent à devoir verser le sang de leurs camarades d’enfance. Alors que leurs reines, à tort ou à raison, leur retirent peu à peu toute confiance et que leurs terres se transforment en cimetières, plus rien ne semble pouvoir empêcher les désastres à venir.Les rêves se fanent, les espoirs se muent en vaines illusions, amitiés et amours se délitent, tandis que le Demi-Loup, les yeux bandés, danse au bord du gouffre.

Ouf, ce bouquin m’a fait un bien fou!
.
Lu en 3 jours, ça faisait bieeeen trop longtemps que je n’avais pas été happée par une lecture à ce point.
Mes journées très chargées de ces dernières semaines (voire ces derniers mois), les nuits courtes associées à une lecture-fardeau que je me suis trainée pendant des jours et des jours, j’étais tombée dans ce qu’on peut appeler une « panne de lecture ». L’anthologie des Imaginales m’en a sorti tout doucement, mais c’est avec le tome 3 des Récits du Demi-Loup que j’ai vraiment eu l’impression de revivre! De respirer de nouveau!
Enfin cette sensation d’être « accrochée », cette impatience, cette avidité d’en savoir plus, d’en lire plus, toujours plus, encore! encore! Et ce petit côté rassurant aussi de se rendre compte que oui, on est toujours capable de dévorer un bon roman! *soulagement*
Mais qualifier ce livre de « bon » n’est clairement pas suffisant pour vous exprimer à quel point cette saga, écrite par Chloé Chevalier, vaut vraiment le détour.
.
Je ne sais même pas par quoi commencer tant j’ai tout aimé.
Dans un premier temps, retrouver les personnages des tomes prcédents, les princesses-reines et leurs Suivantes, est un vrai plaisir mais on a aussi la surprise – et c’est une très belle surprise – de faire la connaissance d’un nouveau narrateur qui n’est autre que Crassu, le fils adoptif de Nerès et Firment. Il nous offre un nouveau point de vue sur l’histoire et apparaît comme un jeune homme à la fois très intelligent et très naïf. Crassu se rapproche aussi de nous car on se rend compte que sa vision est un peu comme la nôtre: on perçoit chacune des héroïnes avec ses qualités et ses défauts, ce que Crassu a la maturité de voir malgré son jeune âge.
Mais ce qui captive surtout le lecteur c’est bien l’imbroglio politique du Demi-Loup. Déjà amorcées à la fin du tome 2, les tensions entre Véridienne et les Eponas (+les comtes rebelles en plein milieu) ne cessent d’augmenter de manière angoissante tout au long du récit. La vengeance de Cathelle et Aldemor est lancée et ne peut plus être freinée. Les pions sont en place, tout ne se passe pas exactement comme prévu, mais l’objectif final est bientôt atteint: le Demi-Loup est au bord du gouffre. (et nous pas loin de la crise cardiaque à force de suspense)
.
Si seulement le tome 4 pouvait être déjà dispobible!….*soupir*
Mais il faudra bien patienter avant de connaître le fin mot de cette superbe saga. Si vous ne l’aviez pas encore compris vous pouvez vous lancer les yeux fermés dans les Récits du Demi-Loup (même si je vous conseille personnellement de prendre quelques notes pendant le tome 1 histoire de ne pas trop se mélanger les pinceaux au début): c’est de l’excllente fantasy, basée sur un principe très intéressant de Suivant(e), et en plus c’est écrit par une française, cocorico! Vous n’avez plus d’excuses!!
.
Coup de coeur

SP#79 – DESTINations, Anthologie des Imaginales 2017

Ne lisant que très peu de nouvelles dans mes lectures mais curieuse de revenir à cette forme littéraire après 2 coups de coeurs notables (Une Vie à coucher Dehors, de S.Tesson et Fleurs au Creux des Ruines, de C.Chevalier), j’ai bien sûr repéré dès sa parution l’Anthologie des Imaginales 2017, livre emblème de ce Festival qui me fait rêver. Des nouvelles de SFFF, que demander de mieux quand on connaît mes goûts??

Je remercie donc les éditions Mnemos qui ont accepté de m’envoyer ce livre, qui en plus d’appâter le lecteur par sa belle liste d’auteurs reconnus (ou en voie de le devenir), a l’avantage non-négligeable de ravir l’oeil avec sa magnifique couverture, une illustration de Julien Delval (présenté ICI) tirée de l’affiche du festival. 

J’ai donc décidé de vous donner mon avis par nouvelle, dans l’ordre de lecture (un ordre qui a fini par se calquer sur celui du sommaire, j’en suis consciente).

DESTINS

  • Bucéphale au coeur des Ombres, de Aurélie Wellenstein

J’ai beaucoup aimé le thème de cette nouvelle (chevalier en croisade et démon caché), elle aurait pu être géniale mais… je crois que je n’ai pas tout compris. Elle est malheureusement restée hors de ma portée.

  • La Source, de Victor Dixen

Une nouvelle que j’ai adoré lire, qui m’a un peu fait penser au récit d’Aldemor dans Véridienne (pour ceux qui voient de quoi je parle), une histoire qui m’a plue de bout en bout… jusqu’à la chute décevante. Une chute tellement prévisible qu’on aurait jamais pensé être LA chute.

  • Les Aiguillons de l’Amour, de François Rouiller

Une nouvelle qui m’a bien plue de manière générale. Un point de vue original, un monde SF à peine esquissé mais intéressant, une chute satisfaisante.

  • La Voix des Renards Pâles, de Charlotte Bousquet

Une histoire triste et belle. Du genre qu’on se verrait bien raconter un soir autour d’un feu. Pas vraiment de chute mais peu importe car l’histoire se suffit à elle-même.

  • Ivresse et Profondeurs, de G. D. Arthur

Une nouvelle intéressante! Un peu frustrée de n’avoir qu’un aperçu un peu confus d’un monde qui aurait peut-être eu besoin d’un peu plus d’explications. Je reste un peu sur ma faim.

  • Fin, de Gregory Da Rosa

J’ai beaucoup aimé. Récit d’une apocalypse, on y retrouve les thèmes originaux abordés dans son roman Sénéchal. Une très bonne nouvelle!

NATIONS

  • La Voix des Profondeurs, de Adrien Tomas

Jusqu’ici ma nouvelle préférée (notamment parce qu’une scène se passe à Uluru, un lieu que j’ai visité et aimé à la folie). Porteuse d’un message très « peace and love », peut-être un peu cliché (le message, pas la nouvelle!), mais c’est toujours bon à entendre. Surtout si c’est aussi bien amené que dans cette nouvelle.

  • Chakrouar III, de Jean-François Thomas

Une nouvelle de SF très bien menée, qui se lit très bien et se conclut sur une jolie chute. Bonne surprise! J’approuve!

  • Le Roi Cornu, de Stefan Platteau
Une très bonne nouvelle de fantasy. En même temps, l’auteur est avantagé car, par rapport aux autres, il a eu droit à plus de caractères. Une histoire qui se situe mille ans avant Manesh, le tome 1 de sa saga qui se trouve être déjà dans ma PAL! Ça donne envie de l’en sortir!
 .
DESTINATIONS
  • Sans destination, de Pierre Bordage

Excellente petite nouvelle de SF. J’ai beaucoup apprécié, plus que ce que j’osais espérer! Moi qui me considère comme pas très « douée » pour la SF, c’est une très bonne surprise.

  • Essaimage, de Loïc Henry
Une autre nouvelle qui marche très bien. Une vision assez effrayante de l’avenir de l’humanité et une décision radicale pour tenter de la « sauver » qui l’est encore plus. La comparaison avec les ruches est bien trouvée.
  • Hoorn, de Estelle Faye
Une très belle histoire, émouvante. Ma nouvelle nouvelle préférée! Récit d’un voyage sans retour et pourtant porté par l’espoir, un voyage vers l’avenir qui s’appuie sur la foi, les rêves, et une volonté tenace. Beaucoup d’émotions. Décidément les nouvelles de SF font quasiment un sans faute à mes yeux! Qui l’eût cru!
  • Jehan de Mandeville, Le Livre des Merveilles du monde, de Fabien Cerutti
Une fantasy originale, sur fond de géographie française et qui fait un petit clin d’oeil à la SF. Très agréable à lire!
  • Une Forme de Démence, de Lionel Davoust

Encore une histoire qui joue avec notre corde sensible. Très touchante. Ça parle du processus d’écriture, d’imagination et de mémoire, de lieux hors du temps et hors du réel – ou bien seraient-ils plus réels que la réalité elle-même? Une histoire qui sonne juste et clôture parfaitement ce recueil.

.
Au final, mes titres préférés sont: Fin, La Voix des Profondeurs, Le Roi Cornu, Hoorn et Une Forme de Démence. Mais la plupart des nouvelles sont bonnes voire très bonnes, aussi, si vous avez envie de goûter à plusieurs styles, plusieurs univers mais sans vous engager dans une énième saga ou trilogie, si vous voulez picorer, butiner… je ne peux que vous conseiller ce recueil, qui m’a un peu fait l’effet de piocher au hasard dans un sac de bonbons. Une expérience pleine de surprises et de saveurs 😉

Top 5 des livres que je voudrais RELIRE

La première fois que j’ai lu ce roman, au lycée, j’ai été tellement transportée, tellement enchantée de ma lecture que j’ai presque voulu le relire dans la foulée. Et je me souviens m’être dit  » je pourrais le relire toute ma vie, sans cesse, sans jamais m’en lasser ». Et finalement les années ont passé et je ne l’ai jamais relu…peut-être en partie parce que j’ai peur de ne pas être autant transportée que la première fois. Pourtant, je suis sûre qu’une relecture serait absolument savoureuse, presque autant que la toute première lecture.

La saga Peggy Sue et les Fantômes a une place vraiment particulière dans mon coeur. À l’adolescence, elle a pris la seconde place juste en dessous d’Harry Potter (ce qui veut dire beaucoup n’est-ce pas?) et j’ai avec ces romans d’excellents souvenirs. J’aimerais beaucoup retrouver, même de loin, les sensations que j’avais éprouvées à l’époque.

Encore une saga lue à l’adolescence à laquelle je suis très attachée. Des aventures, une histoire d’amour mais aussi de destin, le tout dans un univers de type Japon féodal. J’aimerais beaucoup voir ce que donne cette histoire avec un regard d’ « adulte ». 

Des livres dont j’ai assez peu de souvenirs cette fois-ci mais dont l’auteure est une des préférés de mon amie Eirilys. Alors rien que pour ça…

Simplement parce que c’est génial et que la suite sort bientôt (The Book of Dust, en octobre 2017).