DIY – Les Oeufs de Dragons de Daenerys

20160922_090547

Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas entrepris de projet DIY et refaire quelques chose de mes petites mains m’a fait un bien fou! Et pourtant, je tombe souvent sur de belles idées de DIY (internet en regorge évidemment), et je me dis souvent « Tiens à retenir! ça a l’air pas trop compliqué et sympa » et à chaque fois ces idées finissent archivées dans un coin de ma tête. Je ne sais pas pourquoi. Sans doute suis-je freinée par mon manque de confiance en moi ou par la culpabilité qui découlerait de faire une activité purement plaisir à la place d’un activité utile/efficace. Bon, il pourrait y avoir plein de raisons…

Mais là, pour une fois, je n’ai pas réfléchi, je me suis jetée à l’eau sans y réfléchir à deux fois: j’allais créer mes oeufs de dragons. Ayant récemment terminé l’intégrale 5 du Trône de Fer, ma passion pour cette saga s’est un peu réveillée et avec elle mon petit côté « collectionneuse d’objets dérivés » (petit clin d’oeil aux Funko Pop qui m’obsèdent un peu trop en ce moment).

Et si je me suis lancée comme ça, c’est clairement grâce au magnifique article rédigé par la Parenthèse Imaginaire ici:

 http://www.laparentheseimaginaire.com/diy/diy-les-oeufs-de-dragons-de-daenerys

J’ai complètement craqué sur ses magnifiques oeufs…(qu’elle a d’ailleurs bien su mettre en valeur *_*) Et quand j’ai découvert la méthode de fabrication, j’ai été surprise de pouvoir me dire « Ah mais c’est tout simple à faire!! ».

Donc, pour une méthodologie pas à pas je vous renvoie sur son article, qui est très bien expliqué! Moi je me contenterai de vous décrire les grandes lignes:

  1. vous achetez des oeufs en polystyrène (1€ l’oeuf à Cultura)
  2. vous achetez des punaises en laiton (dorées) (un bon paquet quand même: 400 punaises minimum pour un oeuf de dix centimètres)
  3. vous piochez dans vos vernis à ongles les couleurs qui pourraient vous plaire pour les oeufs (perso, j’en acheté un ou deux en plus pour avoir des teintes irisées)
  4. vous plantez les punaises sur un carton (ça va plus vite qu’on pourrait le croire)
  5. vous les vernissez une par une (deux ou trois couches sont souvent nécessaires pour une bonne opacité)
  6. il ne reste plus qu’à planter vos punaises sur l’oeuf, en les disposant comme des écailles, c’est-à-dire de sorte à ce qu’elles se chevauchent

Et voilà. C’est pas compliqué, pas trop cher en matériel. La seule étape qui prend vraiment du temps c’est de laisser sécher correctement chaque couche de vernis avant d’en rajouter une.

oeufs-collage

Je suis assez contente du rendu de mes oeufs. Surtout que celui de Drogon, le noir aux reflets rouges, m’a bien pris la tête. Ce n’est pas si évident que ça de trouver du vernis à ongles avec des paillettes rouges dans une base transparente (et pas colorée!). (Personnellement j’ai fini par le commander sur internet après moult recherches)

Petit moment frustrant: je me rends compte qu'il me manque des punaises pour finir l'oeuf de Drogon!! x(

Petit moment frustrant: je me rends compte qu’il me manque des punaises pour finir l’oeuf de Drogon!!

Maintenant que mes oeufs sont achevés, il ne me reste plus qu’à habiller le fond de mon coffre pour mieux mettre les oeufs en valeur. Je pense à un tissu rouge satiné, si possible, avec un rembourrage de ouate sous les oeufs, pour les surélever un peu (pour qu’on les voie mieux dans ma bibli ^^). Mais j’avais trop hâte de vous les montrer pour attendre plus, alors voilà. Je peux maintenant me la péter (juste un peu) et clamer haut et fort « I am the Mother of Dragons ». (ou presque)

20160922_090417

PS: Je vous montrerai quand le coffre sera décoré. Ça devrait faire encore plus…Targaryen <3

9lyqv

La Trilogie du Magicien Noir #1 : La Guilde des Magiciens, de Trudi Canavan

magicien-noir1_org

Alors que je suis déjà passée à ma lecture suivante, je rassemble enfin ma motivation pour vous faire cette chronique.

Si j’ai rechigné jusqu’ici (juste un peu en fait, juste 2 ou 3 jours), c’est que je ne suis pas sûre d’avoir beaucoup de choses à dire sur cette lecture.

En gros: j’ai bien aimé, ça m’a bien plu…cela dit, et comme l’ont remarqué d’autres avant moi, arrivé à la fin du livre on se rend compte que l’histoire ne commence vraiment qu’à la fin, avec l’ultime cliffhanger.

Bon, on va faire rapide vu mon manque d’inspiration…

Les bémols:

  • une intrigue assez classique dans les grandes lignes
  • des personnages un peu caricaturaux qui auraient gagné à être plus développés. Rothen est juste gentil et Fergun juste méchant. Cery le meilleur ami amoureux et Dannyl l’acolyte intrépide et rigolo. Bon.
  • une intrigue finalement longue à se mettre en place quand on réalise, à la fin du livre, que tout ça, toute cette traque, ces questionnements intérieurs, ces doutes… n’étaient finalement qu’un prétexte pour introduire l’univers et le cadre.

Les bons points:

  • une écriture fluide et agréable à suivre
  • un univers qui me plaît quand même beaucoup (même si certains pourraient le trouver manichéen – riches mages VS. pauvre bas peuple): en particulier la Guilde qui fait très « école de magie », et même si j’ai déjà vu ça à plusieurs reprises (Harry Potter et Poudlard, le Nom du Vent et l’Université…), ça me plaît quand même. C’est comme ça. ^^
  • le cliffhanger de la fin, un peu exagéré (notamment la conversation silencieuse entre Lorlen et Sonéa que j’ai trouvée un peu facile) mais efficace: le mystère du Haut Seigneur ne peut que nous intriguer, d’autant plus quand on réalise que c’est lui qui a donné son nom à la trilogie quand même!
  • j’allais oublier le dernier bon point: la couverture. Oui voilà. La couverture ne change pas la valeur d’un livre ou son contenu, mais je suis faible. Les nouvelles couvertures de cette trilogie, signées Magali Villeneuve, me font craquer, je n’y peux rien x)

En bref, ce tome 1 comporte quelques défauts qui sont un peu décevants MAIS je suis un bon public en fantasy, et je crois qu’il en faudrait beaucoup pour que je n’aime pas un livre de ce genre. Surtout que j’ai « entendu dire » (comprendre: lu dans plusieurs chroniques) que les tomes suivants sont meilleurs et viennent largement remonter le niveau de cette saga. J’ai donc hâte de découvrir la suite🙂

frise

Score: 10/23

summerPAL

imaginaire

Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers, de Ransom Riggs

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que beaucoup d’entre vous connaissent sans doute depuis un moment : Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers, de Ransom Riggs.

Jacob est un ado comme les autres, excepté qu’il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d’enfants qu’il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu’il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ?
Tout s’accélère le jour où Jacob le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu un monstre, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu’à suivre les dernières instructions qu’a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle…

« Va su l’île… Trouve l’oiseau. Dans la boucle. De l’autre côté de la tombe du vieux. Le 3 septembre 1940… Emerson. La lettre. Raconte-leur ce qui est arrivé, Jacob »

Ce livre a fait un sacré buzz lorsqu’il est sorti, recevant louanges sur louanges. Je l’avais d’ailleurs mis dans ma wishlist de Noël 2014 mais c’est finalement avec un an de retard que le pôpa Noël me l’a apporté. Et je m’y mets seulement maintenant, oui bon. Il est vrai que j’aurais pu le lire avant… mais vous savez ce que c’est : une PAL longue comme le bras, avec toujours de nouveaux arrivants mais aussi toujours des éléments plus « vieux » qui ont la priorité. Mais peu importe !

Ce qu’il faut vraiment savoir c’est… que je me suis régalée !

Dès les premières pages j’étais conquise, en fait. L’écriture de l’auteur, la façon dont le narrateur raconte son histoire et surtout l’intrigue qui a tout de suite éveillé ma curiosité. Je ne m’attendais pas à une lecture si rapide – j’aurais sans doute dû faire durer le plaisir un peu plus – mais ce qui est certain c’est que je ne regrette pas le voyage !

Je qualifierais cette histoire de « conte » plutôt que de roman à proprement parler, mais un conte qui se destinerait aussi bien aux adultes qu’aux plus jeunes. J’avais peur que la dimension historique mentionnée dans la quatrième de couverture ne soit trop présente mais j’ai été agréablement surprise de constater que c’est la dimension fantastique (voire poétique) qui prend vraiment le pas.

J’ai vraiment adoré l’atmosphère de ce roman, très singulière : pas glauque mais sombre, un peu étrange tout en étant, d’une certaine façon, assez gentillette. En vrai, les photos prises seules auraient bel et bien été glauques si elles n’avaient accompagné un récit qui atténue leur aspect un peu angoissant. D’ailleurs j’ai bien aimé cette expérience de lecture inédite pour moi : un récit de fiction illustré de vraies photos. Des photos vraiment bizarres mais qui forment finalement une collection assez cohérente. Bon, c’est vrai qu’à certains moments on a un peu l’impression que l’auteur voulait « caser » ses photos à tout prix – ce qui fait qu’à une ou deux reprises, le rajout de la photo semble peu naturel – cela dit dans l’ensemble, j’ai trouvé que tout collait bien ensemble, les enfants « particuliers » et ces photos d’enfants… particuliers.

miss-peregrine

Et pour ce qui est de l’intrigue, je préfère ne pas vous en dire trop car la découverte au fil des pages vaut vraiment le coup. Je m’attendais à quelque chose de différent je crois, moins conte et plus roman mi-fantastique mi-historique, mais je suis ravie d’avoir été surprise dans l’autre sens.

En bref, j’ai découvert avec Miss Pérégrine et les Enfants Particuliers un roman original, une forme de conte fantastique pour tous publics, avec une atmosphère réussie, des personnages attachants et extraordinaires… le tout extrêmement bien présenté dans un magnifique livre-objet. Je vous le conseille vivement, vous ne pouvez pas être déçus !

PS: Je suis maintenant parée pour l’adaptation de Tim Burton!

frise

Score: 9/23

summerPAL

imaginaire

SP#64 – Le Royaume Rêvé, tome 1: Le Chant des Épines, d’Adrien Tomas

Et BIM, prends cette magnifique couverture dans ta face! x)

Et BIM, la couverture qui claque ! x) (de Alain Brion)

Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.Mais leur chemin vers l’accomplissement de cette quête sera semé d’embûches : le respect du peuple s’arrache dans le sang et les larmes, et la victoire sur leurs ennemis demandera de grands sacrifices. Ils sont la dernière chance de survie du Nord : l’empereur-tigre menace de fondre sur les marches du Gel, et les mandragores s’éveillent pour les ravager. Les lames, la magie et le verbe seront leurs armes.

Une drôle de surprise que ce premier tome – également mon premier Adrien Tomas.

En vérité, j’ai relevé BEAUCOUP de bémols… Et pourtant, à ma propre surprise, je suis convaincue. Je vous explique?

Déjà je dois avouer que j’ai mis un certain temps à entrer dans le roman. Un long moment même.  D’une part, on est jeté dans l’histoire sans explications, sans connaître le contexte, les acteurs principaux… Rien. Soit. Mais en plus d’être jeté dans l’histoire sans autre forme de procès, on se retrouve à suivre une foule de personnages différents qu’il est difficile de distinguer correctement. Bon, une foule peut-être pas mais un bon nombre quand même. Chaque personnage ou presque est prince, héritier ou esclave, ou les trois en même temps, on ne comprend pas vraiment qui est quoi et quelle est la position de chacun… Et on met un bon moment avant de comprendre la situation, de situer chaque personnage à sa place et d’apercevoir les contours de l’histoire. J’avais lu une chronique qui disait que 100 pages minimum étaient nécessaires pour cela, mais pour ma part je n’ai vraiment réussi à entrer dans l’histoire que bien après la moitié. Oui, shame on me.

Et quand j’ai commencé à comprendre, j’ai trouvé que l’intrigue semblait un peu trop superficielle, sans beaucoup de profondeur. Encore une fois une fantasy peut-être trop jeunesse. Trop facile. Bref, je me voyais déjà sortir de ma lecture déçue, d’autant plus déçue en comparaison de mon enthousiasme à la réception du roman.

Et pourtant!

Le style direct et sans fioritures de l’auteur m’a entraînée un peu plus loin à chaque page et j’ai fini par m’attacher à ces personnages, un peu clichés, d’accord, mais émouvants dans leur jeunesse, leur fragilité d’adolescents contrebalancée par leur position politique et leur responsabilité. D’autant que certains personnages se sont révélés plus ambigus qu’on aurait pu le penser au premier abord, comme Vermine et son Ténèbre ou encore la Locuste, qui me fait un peu penser par son attitude à Varys dans Le Trône de Fer.

D’autre part, certains éléments, clairement adultes, m’ont ébranlée plus que de raison, sans doute parce que je ne m’y attendais pas. Bien que dubitative sur le moment, je me rends compte après coup que c’était audacieux de la part de l’auteur d’oser ces petites touches à l’évidence réservées aux adultes.

Enfin les quelques éléments de mystère distillés par l’auteur vers la fin du roman jouent de manière efficace leur rôle de teaser

C’est donc logique que je ressorte finalement de ma lecture intéressée et intriguée et bien curieuse de découvrir la suite. Le poisson que je suis est ferré. Que va-t-on apprendre de plus sur cet univers… et que nous cache-t-on encore?

En bref, malgré un démarrage un peu maladroit et une intrigue qui peine à se dessiner (quand même plus de la moitié du livre en ce qui me concerne!), la deuxième moitié a su me convaincre. Mon coeur tendre a su s’attacher à ces jeunes ados à la fois forts et fragiles, des ados dans leur coeur et pourtant des adultes dans leur position et leurs actions. Et l’intrigue, bien que d’apparence « facile » semble finalement réserver quelques surprises. J’attends donc la suite de pied ferme!😀

Un grand merci aux éditions des Moutons Électriques qui m’ont fait connaître cette nouvelle parution de la rentrée de la fantasy française, et bien sûr aux éditions Mnemos qui ont accepté de m’envoyer le livre!

frise

imaginaire

Août 2016 – Bilan lectures

Oups, on est déjà le 7 septembre et je réalise que j’ai zappé le bilan!

Comme toujours les mois défilent les uns après les autres de manière effrayante. Heureusement, j’ai mes lectures, qui m’aident en toutes circonstances. Et mon blog. Et vous  <3  Mais pas de sentimentalisme, passons directement au vif du sujet.

J’ai lu « seulement » 4 livres en août

MAIS

QUE des excellentes lectures! Je dirais même des « presque-coups-de-coeur »!

Aout Collage

On commence avec une lecture toute douce, pleine d’émotions: L’Invention des Ailes, de Sue Monk Kidd, qui n’a clairement pas volé sa réputation. Un grand air de famille avec La Couleur des Sentiments, ce qui n’était pas pour me déplaire!

On enchaîne ensuite avec une belle claque dans ma face à l’issue de ma lecture du Coeur des Louves, de Stéphane Servant. Un roman dur, fort et beau, avec des thèmes qui m’ont beaucoup « parlé »: la famille, les traditions, le féminisme mais aussi la Nature et le destin.

Ensuite vous vous doutez bien que je n’ai pas avalé l’intégrale 5 du Trône de Fer en un mois. Non, j’ai juste mis 3 ans à la terminer… Ce sont seulement les derniers chapitres que j’ai lu ces derniers jours. Je considère comme une grand victoire personnelle d’avoir achevé cette brique!

Et on finit avec de la fantasy, un auteur que je voulais découvrir depuis un moment et une saga largement plébiscitée par les blogueurs-lecteurs : le tome 1 de Fils-des-Brumes, de Brandon Sanderson. Une belle découverte dont je lirai la suite avec plaisir!

Ah et puisqu’il ne me reste plus qu’1 mois sur 3 pour terminer mes lectures de ma PAL d’été, on peut déjà faire un petit bilan aux deux tiers du parcours. Sans surprise, ce n’est pas fameux. J’en suis à 8 livres lus sur 23. LOL. Avec de la chance j’arriverai peut-être à 10 avant la fin du mois… Mais bon, je savais que je n’allais pas pouvoir tout lire donc pas de déception. Et d’ailleurs, au contraire: tous les livres que j’ai lu pour ce challenge perso ont été de belles lectures alors il n’y a pas de quoi se plaindre! Vivement les prochaines😛

Et vous? Ce mois d’août a-t-il été productif? Vous avez fait baisser votre PAL?

Dites-moi tout😉