Le Livre de l’Énigme, tome 1: Source des Tempêtes, de Nathalie Dau

livre-source-des-tempetes-1952-1

Les ténèbres ont un cœur de lumière Je l’ai su quand j’ai vu l’enfant dans la tempête. J’ai entraperçu l’azur de sa magie étrange et intense, mon univers s’est métamorphosé. Moi qui me sentais si seul, si désespéré, j’ai découvert soudain pourquoi j’étais venu au monde : pour protéger celui qu’on m’a donné pour frère. Un frère pas tout à fait humain, pas tout à fait possible. Le protéger des autres et de lui-même : des décisions qu’il voudrait prendre afin de résoudre sa maudite Énigme. Car ce petit est doué pour se mettre – nous mettre – en péril ! Mais j’ai la faiblesse de croire que je suis plus têtu que lui.

Je crois qu’il était temps de me mettre à cette chronique! J’ai découvert le roman Source des Tempêtes vers fin Janvier et je dois dire que je ne regrette pas du tout mon « craquage » sur ce roman. Entre les éloges reçus de tous côtés par ce bouquin et l’apparence du livre absolument sublime (oui je vous ai dit que je suis fan du travail de Melchior Ascaride??) vous comprendrez sans doute que j’avais de GRANDES ATTENTES au moment de commencer ma lecture.

J’étais aussi un peu impressionnée par l’épaisseur du livre et les quelques commentaires glanés ici et là qui prévenaient les lecteurs sur l’aspect un peu « exigeant » de l’histoire. Une histoire complexe nécessitant de un minimum de concentration.

Personnellement, ma lecture s’est vraiment passée sans heurts et de manière très fluide! En fait le livre est passé comme une lettre à la poste et mes attentes n’ont clairement pas été déçues! Je suis définitivement amoureuse de la fantasy et absolument certaine que je ne m’en lasserai pas de sitôt.

Mais revenons au roman en lui-même. 

J’ai été envoutée, captivée. Ce livre m’a menée de surprises en surprises. Des bonnes surprises:

  • Le style, très littéraire tout en demeurant accessible
  • La présence de magie VRAIMENT très présente : les mages bleus, le Chaos, les fées, les Rives…
  • L’atmosphère mystérieuse et sombre, voire un peu oppressante mais également fascinante
  • L’épaisseur du mystère de la prophétie: on penserait comprendre au fil du livre quelle est cette fameuse prophétie mais ce n’est finalement pas le cas. On reste dans le flou à l’image de notre narrateur: Cerdric, le grand frère de Ceredawn qui n’est autre que celui désigné pour accomplir la prophétie.

En fait, en plus d’avoir été très occupée ces derniers temps, je crois que ce qui m’a également freiné dans l’écriture de cette chronique c’est ma crainte de ne pas faire une chronique à la hauteur de ce superbe roman. (C’est d’ailleurs le cas mais passons). J’ai adoré ma lecture, je suis restée captivée tout au long du roman et j’ai eu beaucoup de mal à passer à autre chose quand j’ai finalement tourné la dernière page.

Pour moi ce livre est un sans fautes et un coup de coeur. J’ai tellement hâte de lire la suite et de découvrir comment Ceredawn va s’en sortir au séminaire d’Atilda et surtout s’il sortira vainqueur de l’épreuve du Bois d’Ombre (un univers parallèle peuplé par des dieux impitoyables)!!

bois d'ombre

Le superbe tome 2 à paraître!

Bref, si vous hésitez toujours à découvrir cette saga, il faut absolument vous lancer! Si la suite du Livre de l’Énigme est aussi excellente que ce premier tome, je crois qu’on a affaire à une pépite de la fantasy donc… un seul mot: foncez! 😀

PS: sans compter que ces livres rendront super bien sur vos étagères. Mais je dis ça je dis rien hein!

Pour en savoir plus: http://lespipelettesenparlent.com/2016/04/interview-de-nathalie-dau/

frise

coup-de-coeur

Coup de coeur

Cold Winter Challenge 2016

books-winter

Il est de retour ! Pour sa 5ème édition, déjà. Le challenge Cold Winter a été créé par la blogueuse Antonine et est aujourd’hui repris par Margaud Liseuse – grande fana du challenge – et la sympathique blogueuse-booktubeuse Moody !

De quoi il s’agit?

 Margaud liseuse vous explique tout :

Chaque année depuis 2012, le challenge est là pour vous accompagner durant les mois les plus froids de l’année. On se réserve une petite pile à lire spéciale hiver et on pioche dedans sur toute la durée du challenge. L’avantage, c’est qu’on y met le nombre de livres que l’on souhaite, en lien avec la saison froide, les fêtes, ou pas du tout. Le but c’est de se faire plaisir, de se donner un petit challenge personnel, et de se dépasser si on en a envie. 
Les inscriptions se font sur le groupe Facebook. Et si vous n’avez pas Facebook vous pouvez bien sur participer tout de même, sans vous inscrire. Si vous êtes actif sur les autres réseaux sociaux, n’hésitez pas à parler du challenge avec le #ColdWinterChallenge. Et pour les dates, on fait chauffer les plaids à partir du 1er décembre 2016 jusqu’au 31 janvier 2017.

Cette année, donc, première petite modification par rapport à l’an dernier. 2 mois seulement de challenge, un mois en moins de lectures doudous. Snif. Peut-être que ça m’incitera à être moins ambitieuse que les années précédentes. Je prévois toujours trop…

winter-books-pile

Les Menus

Deuxième petite nouveauté, nous avons le choix entre deux menus – avec 2 lectures à prévoir pour chacun.

  • Montagne enneigée : lire 2 livres dont la thématique principale est le froid, la neige ou l’hiver.
  • La magie de Noël : lire 2 livres se déroulant durant la période des fêtes de fin d’années.
Et bien sûr, on est totalement libre de rajouter des livres à côté de ce(s) menu(s), pour le plaisir. Si on trouve que 2 ce n’est pas assez.
 

Mon choix 

Cette année, je n’ai malheureusement plus trop de livres dans ma PAL qui collent aux thèmes de l’hiver. J’ai quand même réussi à trouver deux livres à caser dans un des menus.
ba8b754ebdf7234c479343a658d44e26
 
Je choisis donc le menu « Montagne Enneigée » avec les titres suivants:
 
– La Dernière Terre, de Magali Villeneuve adaptée en BD
– Le Peuple des Rennes, de Robin Hobb
 
winter-challenge-collage
 .
Et sinon, face à une situation dramatique (services de presse qui s’accumulent VS. rythme de travail chronophage) j’ai pris une grande décision. Pour cet hiver, exceptionnellement EXIT les livres de ma PAL perso (snif, de toute façon j’avais presque rien dans le thème hiver-Noël), je me lance un défi: écouler un maximum de mes services de presse en attente. Je ne pourrai jamais tous les lire en seulement 2 mois, mais je vais essayer de lire les titres suivants:
  .
coldwintercollage2   .
Oui, y’a du travail. Hum. Enfin je vais pas me plaindre non plus hein! Je suis consciente de la chance que j’ai de pouvoir découvrir ces romans en partenariats avec de belles maisons d’édition… et je compte bien ne pas gâcher cette chance, donc GO GO GO!!
 .
Je me garde quand même une deux petites exceptions à cette PAL hivernale, je m’autorise une voire deux lectures personnelles – on verra selon mon avancement dans les SP:
  • Harry Potter & The Cursed Child = Je ne m’étais pas encore penchée sur le dernier phénomène « potterien », et j’ai le sentiment que l’hiver est la bonne période pour le faire 😀
  • Source des Tempêtes – tome 1, de Nathalie Dau = Parce que le tome 2 devrait sortir en début d’année, et je voudrais être prête à ce moment-là ^^
perso-collage
 .
Nous avons donc UN TOTAL DE 11 LIVRES à lire sur 2 mois.
 
Ça aurait pu être réalisable si je ne travaillais mais là… Entre le boulot et ma chasse aux cadeaux de Noël qui n’a même pas encore commencée….comment vous dire…
Vous le devinez, je le sais d’avance, je ne pourrai pas tout lire! Mais je m’en fiche, j’aime bien me lancer des challenges, ça me booste dans mes lectures et finalement ça me suffit 🙂
 
Bon challenge à ceux qui vont le faire aussi! Je vous souhaite de bons moments cosy, entre plaids, thés (ou cafés), chats ou pas, et surtout de belles lectures. N’hésitez pas à me laisser le lien de votre PAL de saison en commentaire, je viendrai y jeter un coup d’oeil 😉
olaf

SP#65 – Conte de la Plaine et des Bois, de Jean-Claude Marguerite

20161111_083831

De retour dans son pays natal, le patron d’un grand studio de dessins animés entend aboyer Dick, son premier chien, pourtant mort il y a longtemps.
Il sort à sa recherche, traverse la rivière, se perd dans les bois… où il croise un garçon qui accompagne « son » Dick pour son ultime voyage. Débute un périple à la frontière du fantastique – ils dorment dans une maison hantée, partagent la dernière noisette de Mister Kreekle, son personnage fétiche… Toute fin étant une question de point de vue, chacun des trois voyageurs proposera la sienne.

Ça y est! Je l’ai lu! C’est décidé, je rattrape mon retard dans mes SP et ça commence ici.

Conte de La Plaine et des Bois, de Jean-Claude Marguerite, est un court roman de 159 pages… qu’on aurait sans doute pensé « vite lu ». En ce qui me concerne, ça n’a pas été le cas pour deux raisons.

Tout d’abord, j’avoue avoir eu du mal avec les premières pages. Le monologue intérieur du vieil homme est très abstrait, très onirique, entre contemplation et pensées-flashes qui jaillissent d’on ne sait où.

Cependant, à partir de l’arrivée de Manu, ce ne sont plus des « difficultés » qui ralentissent ma lecture mais simplement mon mon envie de prendre le temps et de savourer le paysage. Mon intérêt s’est soudain réveillé avec l’apparition de Dick-Albert et Manu. Et c’est là que je suis vraiment partie en balade avec eux. Je crois que je n’aurais pas pu mieux choisir ma saison pour lire ce livre. Il est question de forêts, de bois (non sans blague?), de nature, de crachin, de feuilles d’automne (rouges, toujours rouges!), de sentiers à demi-oubliés et de noisettes. J’ai beaucoup apprécié l’alliance créée entre le cadre, les réflexions du vieil homme, la résurgence de ses souvenirs au contact de ce duo aussi mignon qu’étrange: Manu et Albert. En fait, oui, beaucoup de mignonitude dans ce trio: vieil homme-enfant-chien. Mais tout en douceur et simplicité, sans chichis. On est touché par les thèmes abordés dans cette nature revenue à l’état sauvage, dont le cycle de la vie fait écho au cycle de la vie des humains. D’un côté un vieil homme, qui a grandi, qui a vécu, qui a dirigé des employés, amassé de l’argent, est devenu célèbre… et pourtant qui a soudainement l’impression de retrouver le petit garçon qu’il était, avec ses croquis et ses rêves. On touche à la vie, à l’enfance, au temps qui passe, à la mémoire, à la liberté, à l’insouciance, à l’innocence et à l’amour.

Je ne suis pas tout à fait sûre d’avoir bien compris la fin – ou les fins devrais-je dire – mais pour une fois, ce n’est pas plus mal. Je suis surtout heureuse du voyage, et je peux en déduire la fin qui me parle le plus.

En bref, une jolie balade automnale très touchante aux côtés de personnages à la fois émouvants et symboliques. Je suis heureuse de cette escapade automnale aux frontières du rêve que je dois aux éditions des Moutons Électriques, que je remercie encore chaleureusement!

Big Book Haul Été 2016

bookhaul1

Parce que ça fait des lustres que je n’ai pas fait de Book Haul, et aussi parce que ça fait des semaines que j’ai ces photos en mémoire et que je n’en fais rien… je crois qu’il est VRAIMENT temps de vous parler de mes belles trouvailles de cet été. De l’occasion, des services de presse, des cadeaux et une très subtile touche de craquage… bref, que du bon et on commence tout de suite.

book-haul-2

Voilà voilà. Mon beau petit tas plein de promesses.

bookhaul3

Le plus gros de la pile figure sur cette photo: uniquement des livres d’occasion (à une exception près) que j’ai eu la chance de trouver au vide-bibliothèque de ma ville. Le tout pour 3,50€. Ça faisait des mois que je l’attendais, tout en redoutant d’avoir trop d’espoirs. Oui, parce que les vieilleries il y en avait des tonnes! MAIS j’ai quand même réussi à mettre la main sur tout ça!

  • Ma super trouvaille, de fantasy SVP (genre hyper rare dans ce type de foire aux livres): les tomes 1 et 2 des Nains, de Markus Heitz que je voulais lire depuis longtemps!
  • Je suis aussi tombée sur Matricia de Charlotte Bousquet (auteure que je n’ai encore jamais eu l’occasion de découvrir) et quand Eirilys a vu que je l’avais pris, elle m’a offert Cytheriae qu’elle a sorti de sa propre bibli pour moi. Si c’est pas trop gentil?!
  • Peter Pan, au rayon enfants, un must-read qui n’avait encore jamais croisé ma route
  • Les Cerfs-Volants de Kaboul, de Khaled Hosseini parce que… parce que MyPrettyBooks. Tout simplement.
  • Enfin, une biographie de Charlotte Brontë, que je suis allée pêcher sous une table à genoux. Parce que: auteure de roman gothique, destin plus ou moins tragique, et surtout maman de Jane Eyre ❤️

book-haul-4

Place aux SP de deux maisons d’édition que j’apprécie énormément: Denoël et Les Moutons Électriques, qui m’ont encore prouvé leur générosité. Conte de la Plaine et des Bois, de Jean-Claude Marguerite (du nature writing onirique) et L’Inclinaison, de Christopher Priest (plutôt SF) dont je vous ai déjà parlé puisqu’ils font partie de ma PAL d’automne. Et aussi Le Vaisseau Ardent que j’ai eu la grande chance de recevoir, alias LE roman qui a fait connaître Jean-Claude Marguerite (oui encore lui!). En pleine découverte passionnée des Aventuriers de la Mer je ne pouvais PAS ne pas être intriguée par ce « roman-parpaing » qui parle de pirates et de chasse au trésor!

book-haul-5

Oui, « roman-parpaing » parce que… parce que ça en a presque l’épaisseur, comme vous pouvez le juger par vous-mêmes sur la photo! Je ne sais pas combien de temps cette lecture va me prendre mais j’ai bon espoir de vivre une belle aventure!

book-haul-6

On finit avec mes 2 chouchous de ce Book Haul. Un craquage qui était vraiment nécessaire, Robin Hobb oblige, j’en avais trop besoin… (d’ailleurs il n’a pas fait long feu!) Et encore une preuve que mon amie Eirilys est un amour : elle et son chéri pensaient revendre leur exemplaire en trop de Gagner la Guerre, de Jaworski, (d’autant que cette version n’est plus éditée à ce jour) mais quand elle a appris que je recherchais activement à me le procurer elle m’a proposé un petit marché : elle me ferait cadeau du livre en échange d’un poche de sa wishlist. Donc en gros j’ai gagné un superbe livre relié en hard back même plus édité pour environ 8€. Voilà, j’ai peu d’ami(e)s mais je les choisis bien, n’est-ce pas? x) Encore un grand MERCI Eirilys, à toi et ton homme, pour ce beau cadeau.

Ce sera tout pour ce Book Haul. Depuis que j’ai pris ces photos, j’ai reçu/gagné d’autres livres (et cette PAL qui ne diminue jamais, on en parle?) mais je vous les montrerai une prochaine fois!

Sur ce, j’espère que vos lectures actuelles vous plaisent et je vous souhaite à tous de belles aventures littéraires. ❤️📖😇

SP#56 – L’Épée de l’Hiver, de Marta Randall

20160511_082901

Pour commencer cette chronique, je remercie les éditions des Moutons Électriques qui ont gentiment pensé à moi pour ce livre. J’avais déjà repéré ce titre quand on me l’a proposé alors j’ai sauté sur l’occasion. Bon, comme d’habitude chez les Moutons la couverture en elle-même vendait déjà du rêve, mais au-delà de ça j’avais été assez intriguée par la quatrième de couverture que je vous mets donc ici :

Dans le pays glacé de Cherek, lord Gambin de Jentesi va mourir et le chaos menace.

Durant les quatre décennies de sa toute-puissance, Gambin a tenu sa province d’une main de fer. Tandis que complotent ses quatre héritiers possibles, le peuple de Cherek observe avec inquiétude les péripéties de la passation de pouvoir. Car si la puissance de Gambin passe tout entière à ses héritiers, Cherek risque de voir compromises les promesses d’un avenir meilleur et de retomber dans l’obscurantisme. Dans cette atmosphère empoisonnée, un tissu d’intrigues se tisse autour de Lyeth, femme lige du seigneur de Jentesi, qui déteste l’homme cruel qu’elle a servi.

De nombreux personnages évoluent dans ce monde hanté, entre les neiges du dehors et les labyrinthes de la fantastique citadelle seigneuriale. Avec L’Épée de l’hiver, Marta Randall a écrit un formidable thriller de fantasydynastique, avec une pincée de steampunk dans son décor grandiose.

Je ressors finalement de ma lecture avec des sentiments partagés. D’une part j’ai presque tout aimé de ce que j’ai lu mais d’autre part je finis ma lecture avec un sentiment d’inachevé, avec une certaine frustration.

Commençons par ce que j’ai aimé. Presque tout en fait. Le décor, le froid, la neige, le fleuve glacé, la particularité du lieu qui veut que les gens se déplacent SUR le fleuve (de même que les chariots des marchands etc.), le château de Jentesi en partie taillé à même la roche, et l’univers en lui-même : les shadi, les différentes guildes, la redoutée guilde des cavaliers (dont notre héroïne fait partie), les mystérieux Piégeurs sans oublier cette touche résolument steampunk avec la présence incongrue de chaudières, machines à vapeur, courses de patins à glace… Les personnages eux-mêmes m’ont bien plus – même s’il est vrai qu’il arrive qu’on tombe sur quelques clichés du genre. Lyeth, l’héroïne, m’a tout de suite plu. En fait elle m’a fait penser à Brienne de Torth du Trône de Fer (personnage que j’aime beaucoup) en plus bourrue et plus vulgaire aussi. Mais ce n’était pas désagréable ! Parce que bien sûr, bien qu’elle jure comme un charretier et soit généralement grincheuse avec tout le monde, elle cache un cœur tendre. Évidemment. (D’ailleurs elle m’a aussi fait penser à Leth Marek dans Aeternia) Les autres personnages aussi sont intéressants, même si j’ai eu un peu de mal à les repérer tous au début. Culdyn et Syne, Gambin – qu’on ne voit pas beaucoup malheureusement mais qui avait du potentiel ! – Jandi, Torwyn, Elea, Joleda sans oublier le jeune Emris.

Bref, une foule de bonnes choses dans ce roman… Seulement j’ai un grand regret : tout est beaucoup trop rapide et survolé. J’ai à peine eu le temps de repérer tous les personnages qu’il était déjà temps de conclure l’intrigue. À peine eu le temps de saisir le fonctionnement de ce monde qu’il est déjà l’heure de fermer le livre. Au point de me demander pour de bon si une suite est prévue ? Certes l’intrigue trouve sa résolution mais on ressort en se disant « c’est tout ? » Ne va-t-on pas en savoir plus ? Et Mérinam, la nouvelle contrée récemment découverte ? Et les shadis ? On n’a jamais eu d’explication sur ce qu’ils étaient vraiment. Et surtout : les Piégeurs ?? Laret a irrémédiablement titillé ma curiosité : qui sont les Piégeurs ? Quels sont exactement leurs pouvoirs ? Quel est ce fameux cercle dont parlait Laret ?

Sans compter que quelques visuels n’auraient pas été de trop : une carte du monde, une illustration du château (dont la description appelle forcément une image ! M. Simonetti peut-être ??) ou même du talma de Lyeth – à quoi ressemble ce vêtement ?

Enfin, même l’intrigue elle-même m’a paru trop rapide. La façon dont Lyeth tombe sur Emris est facile. On devine tout de suite où l’histoire va nous mener. De même que l’attachement qui naît entre eux paraît également trop rapide pour être naturel. Même le dénouement de l’intrigue m’a semblé vite expédié, au point de manquer un peu de clarté.

Pour conclure, je dirais que j’ai aimé cette lecture : j’ai trouvé l’univers bien trouvé, beau et intéressant à la fois, et même original avec ce petit côté steampunk vraiment génial, j’ai apprécié tous les personnages dans leur diversité… mais je regrette un certain manque d’approfondissement. J’aurais aimé avoir le temps de mieux connaître les personnages et leur univers, au-delà des quelques petits éléments qu’on grappille au cours de la lecture. C’est un peu comme du teasing mais sans rien au bout : c’est frustrant. Je veux découvrir les secrets du pays de Cherek ! En quelques mots : une lecture agréable, un bel univers, un bon potentiel… mais pas suffisamment exploité à mon goût.

frise

imaginaire