C’était la semaine où…(#11)

  • le temps s’est écoulé lentement, très fastidieusement. Enfin, je parle de la semaine de travail, parce que bien sûr, les week-ends défilent toujours à toute vitesse…
  • j’ai vu mes deux premiers boutons d’orchidée s’ouvrir! Pour la petite histoire, c’est une orchidée reçue il y a presque 1 an, qui avait fini par perdre ses fleurs inévitablement, et qui a ensuite fait une nouvelle branche avec pas moins de 8 boutons!

  • j’ai retenté courageusement une lecture dont les premiers chapitres ne m’avaient pas trop emballée quand j’avais l’avais commencée l’hiver dernier. Acheté il y a tout pile 1 an, j’ai décidé de lire une bonne fois pour toutes Le Peuple des Rennes, de Robin Hobb. J’ai fini par bien accrocher à l’histoire même si, pour être honnête, il faut lutter un peu pendant le premier tiers. On est beaucoup dans l’atmosphère, les suggestions, la contemplation…et la tension aussi, car quelque chose d’inquiétant se dessine en filigrane. Au final je suis contente d’avoir persévéré car j’ai adoré cette lecture inhabituelle et j’ai hâte de vous en parler plus en détails!

  • j’ai appris que j’allais de nouveau me faire « exploiter » par mon travail à faire des bonnes grosses journées de 10h. Et pas qu’une en plus cette fois-ci! Et forcément, je me suis encore faite traiter comme une hérétique juste pour avoir froncé les sourcils à cette nouvelle. J’en ai marre de me faire juger comme une bête de foire parce que je ne saute pas de joie à l’idée de gratter sur ma vie privée pour travailler comme une esclave. Chacun sa vision du travail. Si ma chef aime se faire traiter comme une domestique par le PDG de la boîte qui la fait bosser le week-end, l’appelle à toute heure du jour ou de la nuit dès qu’il a un souci, c’est elle que ça concerne (et c’est aussi elle qui reçoit le salaire proportionnel évidemment). Si je considère ma vie privée et mon couple comme plus importants à mes yeux que mon pauvre CDD jetable d’hôtesse d’accueil j’en ai bien le droit. J’assume mes choix, j’assume ma vision des choses, une vision qui ne me facilite pas la vie au quotidien, peut-être, notamment dans ma recherche d’emploi, j’en suis consciente, mais… c’est mon affaire. Chacun est libre de faire sa vie comme il l’entend. « Vous êtes une énigme pour moi: vous avez un Master, vous allez peut-être devenir cadre un jour, vous travaillez bien, efficace, ponctuelle…et pourtant dès que je vous parle de « journée continue » je sens comme une crispation chez vous… ». Non sans blague? Que ceux qui veulent se prostituer pour leur travail le fassent, tant mieux pour eux, mais qu’on ne vienne pas me juger avec hauteur et mépris sur mes choix! Est-ce que c’est si anormal de ne pas se donner corps et âme à son travail??? (surtout que, soit dit en passant, ces « journées continues » que je suis plus ou moins forcées d’accepter par ma chef ne figurent même pas dans mon contrat!! hum!)

(après cette page de pub colère, revenons sur des bonnes choses…)

  • j’ai reçu mon amie Julie et son chéri à manger at home. Nous avons passé un très bon moment et je suis assez fière du repas que mon homme leur avions préparé, 100% sans gluten. Un cake aux olives-saucisses avec un mélange de farine de riz et de maïs et des farçis provençaux, nos tout premiers!

  • je n’ai pas écrit ma chronique de Fangirl (ceci est un mémo à moi-même)
  • j’ai reçu une nouvelle fournée de chaussettes trop choupi

  • j’ai mis une robe au travail. Ouais. Second time en trois mois et demi. Tellement perdu l’habitude d’en porter que je me sentais toute nue. Mais maintenant avec les températures qui montent, je devrais bientôt pouvoir ressortir mes robes d’été…
  • j’ai fait des choses utiles comme poster mon dossier de demande d’immatriculation et réserver des cours d’équitation particuliers avec mon homme (ce qui devenait urgent pour ne pas perdre l’argent déjà versé).
  • chéri et moi avons d’ailleurs repris nos activités équestres dans la foulée avec une balade particulière d’1h dimanche en fin d’aprem. C’était super agréable!
  • entre deux vide-greniers, j’ai osé craquer pour l’achat d’un livre (d’occasion toujours) sur internet. Un titre qui me faisait GRAVE envie depuis peu. Mais je l’ai trouvé en VO pour moins de 4€, frais de port inclus, alors on me pardonne, non? non?? Je vous révélerai le titre quand je le recevrai. *suspens*
  • j’ai à nouveau fait des folies lors d’un grand vide-grenier près de chez moi, hum! Promis après ça je me calme avec les vide-greniers. J’ai fait des trouvailles super chouettes et bien sûr il me fallait absolument de quoi remplir mes bibliothèques déjà pleines. Butin du vide grenier: deux cadres noirs, sobres, pour encadrer des affiches dédicacées (1€ les deux), un photophore citrouille exactement comme j’en cherchais (50ct!)…et des livres, évidemment. Coût total de tous ces craquages: 5€! (héhé)

(particulièrement ravie d’avoir trouvé La Part des Flammes à 1€!!

Depuis la vidéo de Lemon June, je voulais me le procurer!)

  • mes parents sont venus faire le vide-grenier avec nous puis nous ont raccompagnés chez nous pour nous donner mon bureau d’adolescente, fraichement débarrassé de ma chambre chez mes parents pour que je le récupère. On l’a remonté à 4 (ce qui n’était pas du gâteau) et il est maintenant à sa place!

  • j’ai terminé la semaine avec un peu de verdure: j’ai rempoté ma menthe et mon petit plant de périlla (je viens de découvrir le nom français)(dans la famille de mon chéri on appelle ça du tito) Croisez les doigts avec moi pour que mes petites plantes survivent à mon inexpérience en matière de jardinage.

C’était la semaine où…(#10)

  • j’ai rassemblé les papiers pour mon dossier de demande d’immatriculation pour ma nouvelle voiture, ne reste plus qu’à poster le dossier (oui ma vie est très intéressante)
  • j’ai reçu ma nouvelle carte d’assurance auto accompagnée de sa petite vignette. Je l’ai attendue toute la semaine! Une chose en moins dans mes petites préoccupations.
  • j’ai reçu à dîner mon amie de prépa qui m’avait recontactée: ça m’a fait tellement plaisir de la voir! 7 ans à rattraper et pourtant c’est comme si on s’était quittées la veille. Déjà hâte de la revoir!
  • j’ai flâné en ville mercredi après le travail et comme par hasard, je suis tombée sur la nouvelle collection de Yankee Candle: La Havana. Je n’ai pas résisté et je me suis pris deux tartelettes: Cuban Mojito et Wild Mint. La première a une odeur un peu étrange, pas désagréable, sucrée. Elle imite assez bien le mélange de rhum-menthe mais ça a finalement quelque chose d’étrange de renifler une boisson alcoolisée dans une maison. Je n’y avais pas pensé. Wild Mint me plait beaucoup plus, une odeur très bien imitée de menthe fraîchement coupée, j’adore.

 

  • j’ai reçu un nouveau service de presse tellement en retard que je ne l’attendais même plus. Superbe travail esthétique pour ce nouvel élément de la collection Électrogène des éditions Gulf Stream.

  • j’ai dévoré le roman Fangirl, de Rainbow Rowell, qui attendait dans ma PAL depuis 1 an. C’était simple et doux.

  • j’ai regardé le film IT avec mon chéri. Ça faisait si longtemps qu’on n’avait pas regardé de film que ça méritait d’être mentionné dans cette liste.

  • j’ai reçu les paires de chaussettes les plus mignonnes de la Terre entière. J’ai 5 ans et demi et j’aime beaucoup les animaux!

La paire en double est pour ma maman 🙂

  • chéri et moi avons participé, samedi, à une séance billard avec nos voisins (oui oui) puis avons enchaîné avec une séance shopping-pour-la-maison fructueuse puisque nous sommes rentrés avec un nouveau meuble!! J’ai hâte de le monter et de l’installer dans notre chambre!

  • l’homme et moi-même avons enfin pris un peu (beaucoup) de temps pour nous attaquer à la paperasse du chéri qui trainait dans un coin, éparpillée par terre, depuis des mois. Oui, mon homme n’est pas très adepte du rangement. Tout n’est pas encore classé mais c’est en bonne voie!
  • j’ai pris une grande décision concernant l’aménagement de la maison. Le bureau, quand il arrivera, n’ira pas là où je pensais le mettre depuis 1 an. Sa nouvelle place me semble plus logique, j’espère faire le bon choix. (en même temps, il y a certainement des choix plus importants dans une vie, mais bref)
  • mes parents sont venus chez nous dimanche. Ils m’ont apporté une nouvelle bibliothèque (huhu) et on a fait deux vide-greniers avec eux. J’aime tellement les vide-greniers! J’ai fini ma journée avec un super butin….
    • des skis! Je ne les ai pas pris en photo même s’ils sont chouettes mais j’attends de voir s’ils se règlent bien sur mes chaussures avant d’ouvrir le champagne.
    • des romans que j’avais repérés (particulièrement contente pour le roman Charleston!), une petite fiole et de nouveaux numéros pour ma collection Chair de Poule.

    • les tomes 3 à 12 de l’Épée de Vérité, de Terry Goodkind (à l’exception du tome 7, vendu séparément un peu plus tôt pfff) Ma saga n’est donc pas complète mais… je m’en rapproche! (soit dit entre nous, n’ayant toujours pas commencé cette saga, j’espère vraiment que ça me plaira^^’)

  • suite à ces nouvelles acquisitions j’ai passé beaucoup de temps à réorganiser mes bibliothèques. C’est long et un peu prise de tête mais mettre en valeur mes livres me plait tellement…

En somme encore une bonne semaine dans l’ensemble! J’espère que la prochaine sera aussi bonne puisque nous avons déjà prévu: un repas avec des amis en milieu de semaine, le montage du meuble escalier pour mettre dans notre chambre, un nouveau vide-greniers avec mes parents dimanche (on prend les mêmes et on recommence!) et le montage en famille de mon bureau d’adolescente qui est un vrai casse-tête avec une foule de pièces différentes. Donc pour une fois je peux presque dire que j’ai hâte de cette semaine qui commence. 

Et vous, votre semaine, votre week-end? 🙂

 

SP#77 – Les Soeurs Carmines, tome 1: Le Complot des Corbeaux, de Ariel Holzl

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône. Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…

Pour être tout à fait honnête avec vous, la première chose qui m’a vraiment attirée dans cette lecture est son apparence. Cette couverture brillante, ce rouge profond, et cette identité graphique (qu’on doit à Melchior Ascaride, comme par hasard), l’objet livre m’a tout de suite tapé dans l’oeil. Puis quand j’ai lu sur le site des éditions Mnemos qu’il y avait une inspiration à la Tim Burton, je me suis dit qu’il fallait tenter!

Bon, autant le dire tout de suite: autant ma dernière découverte dans la collection Naos des éditions Mnemos avait été une magnifique surprise (Le Matin en Avait Décidé Autrement) autant cette lecture m’a un peu déçue.

Dans un premier temps, à la défense des Soeurs Carmines, il faut souligner qu’elles sont arrivées dans mes lectures juste après Gagner la Guerre, de Jean-Philippe Jaworski. Et comment dire…? Le contraste a été un peu rude, au détriment du roman d’Ariel Holzl et malgré tous les bons points de son livre.

D’autre part, je ne m’attendais pas à ce que le roman soit si… orienté jeunesse. Le Matin en Avait Décidé Autrement avait l’avantage de proposer plusieurs niveaux de lecture. Ici, j’ai trouvé que Les Soeurs Carmines ne proposait que du premier degré. 

Cela dit, il n’empêche que c’est mignon, divertissant et rafraîchissant par son côté décalé et absurde à la Tim Burton. Et je dois reconnaître que cet aspect burtonesque vanté par la maison d’édition n’a pas été volé. Grisaille, la ville de tous les crimes, et ses personnages maléfiques toujours à l’affut du prochain mauvais coup font effectivement une belle référence au genre Tim Burton. Le contraste entre les personnalités des 3 soeurs apporte également une dose d’humour très bienvenue. J’ai particulièrement aimé Tristabelle, qui est un vrai cliché ambulant mais totalement assumé par l’auteur. Ses réparties sont toujours drôles de par leur complète absurdité.

En conclusion, je ne suis pas sûre de lire un jour la suite de cette saga jeunesse car je n’ai pas été franchement convaincue; cela dit, j’ai trouvé ce roman humoristique-gothique frais et divertissant, comme du Tim Burton pour enfants… un genre de lecture qui, soyons clairs, a l’avantage d’être original.

Je remercie les éditions Mnemos pour leur confiance!

Gagner la Guerre, de Jean-Philippe Jaworski

Au bout de dix heures de combat, quand j’ai vu la flotte du Chah flamber d’un bout à l’autre de l’horizon, je me suis dit : « Benvenuto, mon fagot, t’as encore tiré tes os d’un rude merdier ». Sous le commandement de mon patron, le podestat Leonide Ducatore, les galères de la République de Ciudalia venaient d’écraser les escadres du Sublime Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et je croyais que le gros de la tourmente était passé. Je me gourais sévère. Gagner une guerre, c’est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d’orgueil et d’ambition, le coup de grâce infligé à l’ennemi n’est qu’un amuse-gueule. C’est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l’art militaire. Désormais, pour rafler le pactole, c’est au sein de la famille qu’on sort les couteaux. Et il se trouve que les couteaux, justement, c’est plutôt mon rayon…
C’est le cœur gros que je termine aujourd’hui une belle aventure littéraire qui m’aura duré un bon mois. Pendant ma lecture je n’arrêtais pas de me dire « oh tout ce que je vais pouvoir dire sur ce bouquin! » et pourtant maintenant que l’heure est venue d’écrire ma chronique, je ne sais même pas par quoi commencer.
Peut-être par le format de ma lecture. Il faut savoir qu’au moment d’entamer ma lecture j’avais deux options, voir même trois en fait: le livre audio, le livre papier et l’ebook.
Etant ressortie toute excitée de ma première expérience audio avec le début de la saga Autremonde, je me suis lancée dans le livre audio. Et le début m’a laissée sceptique.
Je m’étais fait une image mentale de Benvenuto Gesufal, notamment grâce à la nouvelle de Janua Vera, que démentait un peu la voix de Jean Christophe Lebert. Je m’imaginais un brigand canaille un peu séduisant, dans la trentaine…Et la voix plus âgée de M. Lebert me le rendait moins « attirant », plus vieux, avec cette voix volontairement brute de décoffrage.
J’ai donc un peu navigué entre livre audio et livre papier pendant le premier quart du roman, ne sachant pas vraiment sur quel pied danser. Cela dit, avec mes trajets quotidiens en bus, j’ai quand même conservé le format audio par souci de praticité. (Je ne sais pas si vous connaissez l’édition grand format hardback de Gagner la Guerre, mais je me voyais mal la trimballer avec moi tous les jours dans mon sac à main).
Et finalement, je me suis habituée à la voix de Jean Christophe Lebert, d’autant qu’un événement « particulier » au tiers du roman m’a définitivement détachée du côté séduisant du bonhomme. Et au-delà de m’habituer à la voix de M. Lebert, j’ai fini par me rendre compte qu’il avait la vraie voix du personnage. Celle qu’il fallait. Au point que les quelques fois où j’ai quand même pris le livre papier en main, pour profiter un peu de mon bel objet-livre, la voix de Benvenuto dans ma tête m’a paru bien trop lisse, épurée, fade, comme une voix off impersonnelle. Vraiment je ne regrette pas du tout le format audio de ce roman, qui du coup, m’a quand même tenu la jambe pendant un bon mois. (Forcément quand on pense que certains chapitres pouvaient durer plus de 5h)
Bon et à part la voix de Jean Christophe Lebert? me direz-vous.
Parlons un peu de l’intrigue. Honnêtement, je me suis étonnée moi-même à m’intéresser à cette intrigue. Une intrigue très politique, stratégie politique, complot, machinations, trahisons, un peu comme Le Trône de Fer pourriez-vous imaginer, mais avec beaucoup moins de petites histoires « à côté »: pas d’histoires de famille, ou d’amour, ou de destin, et très peu de fantasy à proprement parler finalement. Les elfes et les nains, car oui il y en a, ne font qu’une apparition rapide voire inutile. La magie quant à elle est plus présente mais se révèle uniquement comme un outil politique, pour appuyer ces intrigues qui sont au cœur du roman. Je me suis même dit à plusieurs reprises que le bouquin était assez genré masculin: de la politique (en non-stop), du militaire, de la bastogne (voire de la torture dans la dentelle) et des meurtres à la pelle.
Cela dit, si je me suis laissée emporter de Ressine à Ciudalia, de Ciudalia à Bourg-Preux puis de Bourg-Preux à Ciudalia de nouveau, et ce sans aucun ennui ou lassitude, c’est essentiellement grâce à la voix que l’auteur donne à son personnage haut en couleurs: Benvenuto Gesufal. Le style, le phrasé, les piques d’humour noir, cynique/ironique, même les insultes…le langage est fleuri, travaillé et pourtant tout sonne juste et même léger. Ce livre m’a rappelé tout ce que j’aime dans la langue française et m’a redonné la nostalgie de mes années de classe prépa littéraire. Jaworski s’exprime de telle sorte que chaque phrase se savoure. On aurait presque envie d’en dire certaines à voix haute, ne serait-ce que pour goûter les mots et la théâtralité de certaines répliques bien senties.
 .
Vous comprendrez donc que je suis un peu tristoune de dire au revoir à ce roman dans lequel je suis restée plongée pendant des semaines. C’était bien d’avoir ma dose quotidienne de Ciudalia, ville-personnage, et de Don Bevenuto. Ce fameux Benvenuto! Il a beau être un anti-héros (un vrai), un truand sans pitié, un égoïste de première et une brute, sa gouaille (et son vocabulaire!) vont sérieusement me manquer. C’était une très belle aventure et je suis heureuse d’avoir eu le courage de me lancer à l’assaut de ce roman, considéré comme un incontournable de la fantasy. Passer à autre chose va être difficile, je plains le prochain livre sur ma liste.
.
Je ne sais comment terminer cette chronique si ce n’est en vous invitant à me dire si ce roman vous tente ou si vous l’avez déjà lu. Pouvoir en parler encore un peu avec vous comblera un peu le manque que je ressens déjà… 💔

C’était la semaine où…(#7)

  • chéri et moi n’avons travaillé que 4 jours, héhéhé
  • j’ai commandé et récupéré le cadeau d’anniversaire de mon amie Eirilys ❤ (je n’en dévoilerai pas plus pour l’instant car je ne l’ai pas encore offert!)
  • j’ai pas franchement bien mangé les midis de cette semaine, très peu anticipé mes repas. Donc sur 4 jours, 2 « mauvais » repas. Bof bof comme score.
  • je suis tombée par hasard sur la suite et fin de la trilogie La Tapisserie de Fionavar, de Guy Gavriel Kay, exactement dans la même collection introuvable que le tome 1 que je m’étais acheté d’occasion. Tomes 2+3 à 6€ et je complète ma trilogie!

  • j’ai parlé politique avec ma collègue-partenaire de travail: c’était à la fois amusant (car elle n’a pas froid aux yeux et n’hésite pas à dire ce qu’elle pense haut et fort à tous ceux qui lui passent sous le nez) et intéressant de par sa position à laquelle je ne m’attendais pas. D’autant qu’elle a le point de vue d’une « étrangère » vivant en France.

  • j’ai vécu un moment un peu « douche froide » quand j’ai dit à ma chef que je ne me sentais pas de faire les heures supplémentaires qu’elle me demandait vendredi. Elle m’a pris de haut, a prétendu m’avoir prévenu (oralement) lors de notre entretien d’embauche (de fin décembre)(alors que mon contrat prévoit une durée de travail hebdo de 35h)… et au final je n’ai pas eu le choix. J’en ai marre de ces jobs d’accueil où se faire exploiter est pris pour acquis par les employeurs et où souhaiter un minimum de vie de famille est une hérésie. Je n’en peux plus des jobs d’accueil… Franchement. À la base je n’ai pas fait un Master pour finir hôtesse d’accueil. Si c’est là dedans que je voulais atterrir, j’aurais juste fait un BTS, grand max. Et pourtant ça fait 5 ans que je ne fais QUE ça. Que je ne trouve rien d’autre. La vie active, le marché du travail m’ont tellement déçue… Je vous avoue que quand j’y pense ça m’envoie vraiment au fond du trou.
  • j’ai donc assumé une journée de 8h-18h toute seule à l’accueil pour terminer la semaine en beauté. Heureusement que c’était les vacances scolaires, et donc un peu plus calme qu’en temps « normal ».
  • une bonne amie de classe préparatoire m’a recontactée pour me dire qu’elle revenait vivre dans la région et qu’elle souhaitait me revoir! Ça m’a fait super plaisir d’avoir de ses nouvelles et j’ai trop hâte de la revoir!!

(et en même temps je me sens tellement nulle quand je vois que mes amies ont réussi professionnellement quand moi je ne fais que patauger dans des CDD de merde. J’ai toujours ce pincement au coeur, cette comparaison que je fais presque malgré moi et qui me fait un peu mal)

  • j’ai été gâtée en réceptions diverses dans ma boîte aux lettres! Je suis trop fan 😍

Des chaussettes toutes mimi (les premières d’une longue série à venir) et un très beau SP que je n’osais espérer!

Deux autres SP: celui des éditions Denoël que j’attendais de pied ferme et celui des éditions de La Table Ronde que je pensais ne jamais recevoir!

  • ma voiture a frôlé la panne, a été sauvée in extremis,… puis est VRAIMENT tombée en panne le lendemain. Ce moment bien flippant quand tu démarres et que tu tournes la clé…dans le vide et le silence. 😖 (Et non, ce n’est apparemment pas la batterie) Je m’inquiète beaucoup et j’ai hâte qu’un garagiste vienne voir lundi si c’est grave ou pas. (D’après mon papa ça sent mauvais, ça sent la réparation plus chère que la voiture elle-même…😰)
  • mes parents et mon frère sont venus à la maison dimanche. Chose rarissime, encore plus rarissime si mon frère nous honore de sa compagnie. J’ai pu offrir à ce dernier son cadeau d’anniversaire, conservé au chaud depuis un mois, et on a tous passé un bon moment, plein de bonne humeur et tout en simplicité!
  • on a enfin fixé une date pour notre repas indien avec mon amie Eirilys et son chéri. Après le repas japonais qu’ils nous avaient cuisiné chez eux, cette fois c’est nous qui mettons la main à la pâte pour leur faire déguster nos préparations indiennes.
  • on a enfin pu voter pour le premier tour des élections présidentielles… et obtenu le résultat dans la foulée. Voilà voilà. No comment en ce qui me concerne. Chacun ses opinions. (Cela dit les débats suscités sur Twitter sont intéressants)
  • j’ai échoué dans ma mission de venir à bout de Gagner la Guerre avant la fin de la semaine. La faute à un week-end très chargé. En vrai, cette lecture me régale (et j’ai vraiment hâte de vous en parler en détails)… mais je flippe grave d’avoir délaissé tous mes SP depuis presque 1 mois. La semaine prochaine devrait être la bonne puisqu’il ne me reste plus que 2 chapitres!🤞

Et vous, le bilan de votre semaine?