Red Queen, de Victoria Aveyard

J’ai enfin lu ce roman que je me suis procurée dès sa sortie, en VO, sur un de mes très rares coups de tête en matière d’achat de livres. Après avoir lu tant de belles critiques, c’est la couverture qui avait fini par avoir raison de moi. Eh oui, il m’arrive d’être faible.

Et bizarrement, autant je n’avais pas pu attendre avant d’acheter le livre, autant j’ai mis un bon bout de temps à m’y mettre. Il faut dire aussi que lire en VO demande toujours un petit surplus de motivation. Petit surplus que j’ai eu du mal à rassembler. Mais ça y est, je m’y suis enfin mise et j’ai enfin lu Red Queen ! 

J’ai beaucoup apprécié ma lecture et me suis laissée prendre dans cet univers avec plaisir aux côtés de Mare Barrow, cependant je dois dire que certains éléments de l’intrigue ont manqué de finesse ou de subtilité. Disons que j’ai beaucoup aimé cette aventure mais que j’ai compris les grands fils de l’intrigue dès le départ, et ce grâce à des petits détails sur lesquels l’auteur était passée beaucoup trop vite. Sur le coup j’étais un peu déçue parce que je pensais que l’auteure n’était pas allée au bout des choses, qu’elle avait laissé par mégarde quelques incohérences. Au final, ce que j’avais pris pour des incohérences n’était finalement que des cachoteries liées à la révélation finale. A partir de maintenant, les spoilers arrivent. J’en suis navrée mais au vu de ce que j’ai à dire, je ne peux pas faire autrement. 

(DÉBUT des SPOILERS)

J’avais vu venir la trahison de Maven dès qu’il est apparu à ce premier RDV avec la Garde Écarlate. C’était tellement évident ! Il était trop gentil, trop courageux, trop désintéressé…

Hermione_eye_roll

Et j’avoue que le fait que Mare lui fasse confiance sans se poser de questions m’a fait tiquer. Genre le prince, le fils de la méchante reine, prêt à se sacrifier pour la cause des Rouges ? Prêt à se retourner contre sa propre mère ? Aucun fils ne fait ça, encore moins pour une cause qui ne le concerne même pas. D’autre part, j’ai aussi tiqué sur des détails tout au long de ma lecture, détails sur lesquels l’auteure ne s’est pas attardée et qui pourtant, si on prête bien attention à tout les éléments qui constituent l’environnement de Mare, devraient avoir un minimum d’importance. Quand Cal et Mare s’embrassent, personne ne trouve bizarre qu’ils le fassent tranquille sous l’œil des caméras ? (caméras que peut contrôler la reine Elara quand et comme elle le souhaite) Ou quand Mare et Maven quittent leur loge au théâtre par une trappe mais ne reviennent pas à leur loge à leur retour ? Genre, les gardes ne vont pas se demander pourquoi ils ne sont plus là à la fin de la représentation ?

jQouDoD

De plus, alors qu’à l’arrivée de Mare à la cour on nous fait comprendre que les fiancés ne peuvent pas trop trainer seuls ensemble sans chaperon, par la suite Mare et Maven deviennent inséparables et vaquent ensemble à leurs petites affaires sans être réprimandés ou inquiétés ? Bon, il ne s’agit que de détails mais ils m’ont un peu gênée dans ma lecture. En revanche, je ne saurais dire si c’est moi qui me suis trop habituée à ce genre d’histoires ou si l’auteure a manqué de subtilité. Je laisse la question ouverte.

(FIN des SPOILERS)

Mais maintenant que j’ai souligné ce qui m’a un peu dérangée dans cette histoire, je peux dire que je me suis laissée emportée avec Mare avec plaisir. J’ai aimé cet univers, cette opposition Rouge/Argent et cette histoire de pouvoirs surnaturels. Evidemment, très peu d’éléments sont nouveaux puisque j’ai retrouvé des éléments d’au moins trois autres sagas fantastiques que j’ai lues (et aimées heureusement !) : j’ai pensé à The Book of Ivy dans l’opposition Rouge/Argent et le mariage forcé entre une Rouge et un Argent, j’ai pensé à La Passe-Miroir quand Mare débarque à la cour royale et réalise qu’elle doit survivre au sein d’un nid de serpents et enfin j’ai pensé très fortement à Divergente quand on comprend, à l’aide de Julian, que Mare n’est ni Rouge ni Argent mais les deux à la fois (elle est divergente quoi). Mais à vrai dire ces inspirations ne m’ont pas dérangée car j’ai retrouvé ces éléments avec plaisir. Sans être originaux, je trouve que ce sont de bons éléments qui apportent de bonnes choses à l’intrigue. Pour vous dire la vérité, j’ai dévoré ce livre et il m’a permis de m’échapper de ma vie le temps de ma lecture, une échappée dont j’avais bien besoin ces derniers jours. Avec ma baisse de moral actuelle je ne demandais qu’à être « emportée » et ça a été le cas. Je n’en attendais pas plus.

Pour conclure, je ne regrette pas mon achat. Le livre-objet est magnifique et l’histoire m’a beaucoup plu. Malgré un manque d’originalité et peut-être aussi un manque de subtilité dans les détails (mais c’est aussi peut-être à cause de mon œil trop affuté^^), je me suis laissée entraîner par cette histoire que j’ai dévorée. Je lirai la suite avec plaisir ! 

frise

imaginaire

Nos Faces Cachées, de Amy Harmon

Impression

Je cède à la « pression » de la blogosphère : après tant et tant d’éloges et de coups de cœur en pagaille qui ont accompagné la sortie de ce roman, j’ai décidé de tenter ma chance moi aussi quand j’ai trouvé par hasard le livre dans une bouquinerie. Oui vous vous rendrez vite compte que la plupart de mes achats livresques sont des occasions – mais peu importe. Ce qui importe vraiment, c’est que, tout juste après avoir gagné L’Infini + un de Amy Harmon en concours, je suis donc tombée sur Nos Faces Cachées. Je termine à l’instant ma lecture.

making-faces-teaser1

Pour commencer cette chronique je dois dire qu’au départ c’était mal parti. Déjà j’apprécie de moins en moins le YA – c’est vrai que c’est un genre qui réserve parfois de belles surprises… mais pour combien de tristes déceptions?? De plus, les romances et moi… ça colle moyennement. Enfin les premiers chapitres m’ont refroidie: une fille on-ne-peut-plus-ordinaire qui aime en secret la star de son lycée et s’occupe à plein temps de son cousin handicapé… On a sans doute déjà vu plus original. Et le coup du cousin handicapé, puis du mec qui s’engage à l’armée et revient en miettes… BONJOUR LE PATHOS. J’ai un vrai problème avec les romans qui se vautrent dans le pathos. Prenez Nos Etoiles Contraires: a-t-on déjà eu idée d’une intrigue plus larmoyante que deux adolescents cancéreux qui tombent amoureux?? Ce livre, bien que sympathique en lui-même, m’avait complètement laissée de marbre. A trop vouloir faire pleurer le lecteur, j’étais restée hermétique. Mais là, force m’est de reconnaître que, malgré mes a priori, et un début un peu froid (en ce qui me concerne)… j’ai fini par me laisser avoir et par être très émue. Autant j’avais trouvé les personnages de Nos Étoiles Contraires beaucoup trop parfaits pour être crédibles, autant là j’ai trouvé que les personnages sonnaient plus juste. Et évidemment, je ne peux pas vous cacher que j’ai adoré Bailey et son humour – qui me serrait le coeur à tous les coups.

Bon, la fin est un peu gnangnan et au final je trouve que le roman aurait pu aller plus loin dans les thèmes abordés (les traumatismes de la guerre, le deuil, la lutte contre le temps…) – je trouve que ça va un peu vite disons – il n’empêche que c’est pas si mal! J’ai passé un bon moment de lecture et j’ai été très touchée par Bailey et son histoire (beaucoup plus que par l’histoire d’amour en fait): il m’a faite rire et presque-pleurer aussi. Pour conclure, je n’ai pas eu de coup de coeur (comme quasiment tout le monde!) mais j’ai ressenti des choses pendant ma lecture et ça me suffit pour dire que c’était une bonne lecture 🙂

PS: ne me jetez pas de pierres pour ce que j’ai dit sur Nos Étoiles Contraires!

Si, si j’ai un coeur, je vous assure!

Book Haul – Décembre 2015

Allez, un dernier petit tour parmi mes dernières acquisitions…avant les cadeaux d’anniversaire et de Noël qui ne vont plus tarder 😀

20151207_124704

Le début d’une saga dont j’ai entendu bcp de bien et un thriller que je suis quasi-sûre d’aimer!

20151207_124720

De la fantasy ❤

20151207_124745

Une trouvaille d’occasion + un gain concours

Et le dernier joyau de ma PAL, tout juste commencé en lecture commune avec Eirilys:

20151209_122334

20151209_122343

Avec mes petits post-it pour séparer les parties 😛

SP#36 – 7 secondes, de Tom Easton

Quand j’ai la chance d’avoir des SP des éditions Lumen dans ma PAL, je dois dire que je ne résiste pas longtemps à leurs couvertures. C’est donc assez rapidement après Witch Fall que j’ai enchaîné avec 7 secondes de Tom Easton.

20150923_172019

Mila vit dans un monde divisé entre, d’un côté, un continent ravagé par la guerre et, de l’autre, les Îles, enclave idyllique où, grâce à un téléphone placé dans son crâne, chacun enregistre la moindre minute de sa vie et peut choisir de la diffuser à ses abonnés. Fuyant une vie de violence et de pauvreté, la jeune fille est capturée alors qu’elle cherche à s’introduire dans ce paradis. Mais lorsque le gouvernement entreprend de lui implanter à son tour un téléphone, ils découvrent un appareil inconnu, potentiellement dangereux, dans son crâne. Une véritable chasse à l’homme commence : pour sauver sa vie, Mila ne dispose que de sept précieuses secondes d’avance sur ses poursuivants – le décalage entre la réalité et sa retransmission…

J’ai bien apprécié ma lecture dont l’histoire nous entraîne rapidement. J’ai beaucoup aimé l’idée de départ: des téléphones implantés dans les cerveaux qui font qu’on est constamment connectés, visionnés, constamment en partage avec les autres. Beaucoup aimé aussi que ce monde futuriste se traduise en politique par un duel entre deux partis principaux: le parti pour le renforcement des contrôles (mise en place de caméras de partout, contrôle des immigrants renforcés…) et le parti Vie privée, qui tente, malgré les téléphones implantés dans le cerveau de conserver un minimum de.. eh bien de vie privée pour chaque citoyen. De même que j’ai beaucoup aimé cette division du monde très dystopique: le monde pauvre, livré à lui-même qui survit difficilement et se fait exploiter par le monde riche dans les îles, ceux qui ont accès à tout gratuitement sans avoir à travailler ou gagner leur vie.

Alors bien sûr, comme souvent dans des lectures jeunesse, je trouve que ces idées ne sont pas suffisamment exploitées mais ça n’empêche qu’on passe un bon moment avec Mila… et Adam aussi. J’avais lu que certains reprochaient au livre de n’être qu’une course-poursuite et rien d’autre mais personnellement ça ne m’a pas dérangé. Au contraire, je me suis laissée entraînée par cette course poursuite comme je me laisserais entraîner par un film d’action de type Mission Impossible. Et la fin n’est pas décevante, bien qu’un peu clichée en ce qui concerne la romance. C’était peut-être l’élément en trop à mes yeux. 

En bref, malgré un manque d’approfondissement de certains aspects de l’intrigue (ce qui est malheureusement récurrent quand il s’agit de littérature YA) j’ai bien apprécié ma lecture et je me suis laissée entraîner avec plaisir dans cette course-poursuite futuriste aux côtés de Mila. Un bon moment de lecture 🙂

Ten Tiny Breaths Tome 1 – Respire, de K. A. Tucker

ten_ti10

Encore un livre de gain concours reçu il y a un moment déjà, que je n’avais pas encore pris le temps d’ouvrir. Quand je me suis constitué une PAL d’été, j’ai décidé que c’était le moment. Je me suis donc plongée dans cette lecture immédiatement après L’Histoire Épatante de M. Fikry, et c’est tout juste si j’ai relu le résumé avant de l’entamer. Je n’avais donc pas vraiment d’attentes sur cette histoire… et autant vous le dire tout de suite, j’ai été agréablement surprise!

Il s’agit d’une sorte de romance YA voire New Adult, comme on en trouve des tas, et je vous avoue qu’habituellement ce n’est pas mon genre préféré, loin de là. Mais là, ça a carrément fonctionné. Je ne saurais trop dire pourquoi car, d’un point de vue objectif, le roman n’a rien de vraiment original. Une jeune fille, profondément marquée par un drame antérieur à l’histoire, qui arrive dans une nouvelle ville et retrouve une sorte de bonheur auprès d’un mec hyper sexy, charmant et tout et tout. Bon ok, je vous ai fait un résumé grosso modo, mais vous voyez l’idée.

Bon on se doute assez rapidement qu’il y a quelque chose de pas clair avec Trent (le fameux mec hyper-charmant-hyper-sexy), mais j’avoue que la révélation à son propos m’a surprise et, par conséquent, m’a bien plue. D’autant que cette romance a quand même un côté sombre et réaliste avec son focus sur les TSPT (aka Troubles de Stress Post-Traumatique). Alors évidemment, on retrouve pas mal de clichés, mais j’ai trouvé que certains aspects de ce roman étaient plus subtils que prévus.

Après j’ai aussi le sentiment que ce roman est arrivé dans mes lectures précisément au bon moment. Comme le dit justement M. Fikry dans son Histoire Epatante : « Parfois les livres attendent le bon moment pour nous trouver. » J’avais besoin de ce genre de lecture, c’est ce que je voulais, et je me suis régalée même si ce n’est pas un chef d’oeuvre et même s’il ne restera pas forcément dans ma mémoire longtemps.

En bref, un roman vraiment très agréable, qui est arrivé dans mes lecture précisément quand j’en avais besoin, et qui m’a fait passer un très bon moment. Sans doute pas un chef d’oeuvre, ni même une romance YA originale, mais je l’ai dévoré et je me suis régalée. Que demander de plus?

Score: 4/20 de ma PAL d’été