SP#63 – Le Coeur des Louves, de Stéphane Servant

dark-mountain-lake-nature-hd-wallpaper-2560x1600-3818

Célia et sa mère, une écrivaine à succès en panne d’écriture, reviennent vivre dans la maison de la grand-mère, morte depuis des années, au cœur d’un village perdu dans les montagnes. Leur retour vient réveiller de vieilles histoires enfouies qui auraient du tomber dans l’oubli…

Ouf ! Quelle lecture ! Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça et que je ressors de ce roman complètement K.O.

J’avais pourtant vu la vidéo « Coup de Cœur » de Margaud sur ce roman avant de le lire… mais je ne pensais pas tomber sur un tel morceau. C’est vraiment cette expression qui me vient en tête pour en parler mais je vais quand même essayer de préciser ma pensée.

D’une quatrième de couverture qui laissait deviner une « simple » histoire de famille cernée de mentalités étroites dans un village de montagne… on découvre un roman dense et foisonnant, un univers sombre, dur et en même temps fascinant, à la limite du fantastique voir du mystique. On découvre les « squelettes dans le placard » de cette famille féminine étrange – entre la grand-mère sorcière, la mère un peu folle et la fille en marge du monde – et ces secrets n’en finissent pas de peser sur nous tout au long du roman, de plus en plus. Ces révélations qui arrivent dans le désordre et viennent peu à peu composer un puzzle bien plus complexe qu’on n’aurait pu le deviner. Un terrible puzzle, une suite d’événements, une suite de choix, parfois infimes…qui, malheureusement, aboutissent à de dramatiques conséquences.

Et pourtant, malgré cette noirceur, cette angoisse, cette peine, cette douleur qu’on ressent par compassion avec nos héroïnes, la beauté demeure. « Le calme et la beauté sont les seuls mystères ». Il y a la montagne, la Nature, ce cœur qui bat dans la roche, dans le bruit de l’eau, dans le chant des oiseaux, dans le cri nocturne du loup… Et il y a cette conquête de liberté, la persévérance de ces femmes qui tracent leur route comme elles le peuvent, qui refusent de se soumettre aux lois ancestrales et masculines, ces femmes à la volonté sauvage, au cœur de louves.

Moi qui pensais lire un livre jeunesse, laissez-moi vous dire que je l’ai trouvé drôlement hard pour être qualifié de tel. Personnellement, les trahisons, la violence (psychologique, physique, sexuelle), la méchanceté gratuite, les préjugés, la folie, la mort… sont autant de thèmes abordés par ce roman qui m’ont comprimé la poitrine. Et pourtant l’histoire reste belle et porteuse de vrais messages sur la liberté de tout un chacun, sur l’indépendance des femmes, sur l’importance de la nature qui nous dépasse tous…et bien entendu sur l’importance de toujours faire les bons choix, ou au moins de toujours essayer.

Je ne sais pas vraiment si j’ai réussi à m’exprimer clairement sur ce roman qui m’a bien chamboulée : entre la noirceur et le poids terrible des secrets révélés qui viennent s’accumuler et d’autre part la force des héroïnes qui luttent pour se défaire de ce filet de malheur, avec en arrière-plan la Nature à l’état brut… je ressors de cette lecture complètement éparpillée. L’écriture de l’auteur n’y est pas pour rien non plus et j’admire la façon dont il a tourné son histoire et mis des mots sur l’indicible parfois, mis des mots sur la laideur du monde comme sur sa beauté, des mots sur cette ambivalence toute contradictoire et pourtant bien réelle. Comment un monde parfois si cruel peut malgré tout contenir une beauté si pure…? Tout est là. Tout est dit par Stéphane Servant et résumé par Michel Abescat dans sa chronique pour Télérama (ICI) : Inutile de vouloir ordonner le chaos du monde, juste écouter la nature et y trouver sa place. Ne pas chercher à tout comprendre.

« Le calme et la beauté sont les seuls mystères »

frise

Score: 6/23

summerPAL

Publicités

28 réflexions sur “SP#63 – Le Coeur des Louves, de Stéphane Servant

  1. Waouh, ça a l’air grandiose, je l’ai mis direct dans ma Wish après la vidéo de Margaud, mais avec ce que tu en dis je vais sûrement l’acquérir plus vite que prévu 😉

    J'aime

  2. Pingback: Août 2016 – Bilan lectures | Les étagères de Pitiponks

  3. Pingback: Bilan Lectures – Mon Best of 2016 et bilan Goodreads | Les étagères de Pitiponks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s