Mes Lectures

Juste une Ombre, de Karine Giebel

CJn3_fUWsAAAzbN

Alors j’ai fini hier mon premier Karine Giebel. Il faut savoir que je me suis mise à lire cette auteure pour deux raisons 1) son grand succès sur la blogosphère qui m’a convaincue depuis longtemps, et 2) j’aurai peut-être la chance de la rencontrer d’ici quelques mois. J’ai donc attaqué Juste une Ombre qui me tentait énormément, surtout après avoir re-regardé la vidéo de Margaud Liseuse L’Auteur du Mois : Karine Giébel.

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde.
Tu manipules? Tu deviendras une proie.
Tu domines? Tu deviendras une esclave.

Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place.
Et puis un jour…
Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi.
À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche.
Juste une ombre.
Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré.
On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres.
On t’observe jusque dans les moments les plus intimes.
Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi.
Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule.
Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos.
Ou seulement dans ta tête?
Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard…

Alors je tiens à vous prévenir que cette critique n’est pas garantie sans spoilers. Evidemment je ne vous révèle rien d’important sur l’histoire, aucune grosse révélation qui vous empêcherait de lire le livre, je ne révèle ni la fin ni qui est qui… Mais je me suis sentie obligée de parler de certains éléments secondaires pour vous expliquer ce que j’ai ressenti pendant cette lecture… Donc libre à vous de me lire – ce que j’aimerais que vous fassiez quand même, je l’avoue ^^

Comme je m’y attendais j’ai très vite été happée par l’histoire et par la tension qui s’instaure dès le début. J’ai tout de suite trouvé curieux et intéressant que l’héroïne du roman soit une personne finalement assez désagréable et peu sympathique. Sans être foncièrement mauvaise, on comprend vite que Cloé n’est clairement pas sympa. Future PDG d’une boîte de pub, elle est imbue d’elle-même et méprise les gens en-dessous d’elle, que ce soit dans sa société ou dans la société de manère générale. C’était quand même osé de baser son histoire sur une héroïne ni gentille ni attachante et pourtant ça fonctionne ! Et oui ! Parce que malgré nous, on va vite compatir avec Cloé, avoir pitié d’elle, de sa vie qui tombe en ruines petit à petit, elle qui perd ses repères un à un au fil de l’histoire. On va finalement s’attacher à elle, à notre propre surprise, quand on la voit devenir de plus en plus seule, face à l’injustice et la cécité de son entourage qui ne la croit pas et la traite de plus en plus comme une folle. Arrive alors l’inspecteur Gomez et lui on l’aime dès le début. Cette brute de décoffrage qui cache un grand cœur, et surtout une blessure profonde. Et là, quand on assiste enfin à sa rencontre avec Cloé, qu’on trouve enfin un flic qui la croit et va mener l’enquête, on pousse un grand soupir ! Car tout n’est pas fini mais lui va pouvoir l’aider c’est sûr ! La sauver même ! Et pendant ce temps, l’histoire se poursuit et malgré la présence rassurante de l’inspecteur Gomez, l’angoisse est de plus en plus pesante, tant pour Cloé que pour le lecteur. A l’image de Cloé, on a hâte que tout se finisse, on attend la délivrance. Car ce roman est quand même très noir et très dur. Pas dans le sens gore et sanglant, car vous ne verrez (presque) pas une goutte de sang dans ce thriller, mais sombre sur tous les autres points de vue : Cloé qui se fait manipuler, abuser, traiter de folle par tous ses proches, qui revit des images de son passé traumatisant, qui est seule et abandonnée, Gomez qui a récemment vécu une tragédie personnelle puis une tragédie professionnelle qui le font vaciller au bord du gouffre, ces deux êtres brisés par la vie et par les circonstances qui se rattachent l’un à l’autre comme à des bouées de sauvetage, avec l’énergie du désespoir, le personnage de Bertrand cet immonde sal**d, les petits mots répugnants du psychopathe qui joue avec sa proie comme un sadique… BREF, ce livre est noir, lourd et pèse sur le lecteur de plus en plus au fil de la lecture. Alors on attend avec impatience la fin qui viendra enfin alléger notre cœur de lecteur et délivrer la pauvre Cloé qu’on a fini par comprendre et par aimer. Et c’est là qu’on se prend la fin du livre en pleine poire. Comme une gifle qui claque et fait résonner les murs. Et ça fait mal ! Vraiment mal.

Pour résumer, je ne sais pas quoi penser de ce roman que j’ai trouvé très prenant et très effrayant par sa noirceur et l’intensité de l’angoisse qu’on ressent par compassion avec Cloé, mais qui m’a fait ressortir de ma lecture quasi-traumatisée, vraiment déprimée. Bon, je préciserai aussi que j’ai eu hier une journée très difficile et éprouvante et finir mon livre dans la soirée m’a un peu achevée. Il n’empêche que c’est un roman très efficace et je lirai sans doute un autre roman de l’auteur pour comparer.

Publicités

16 commentaires sur “Juste une Ombre, de Karine Giebel

  1. Oui elle a un style très noir et très efficace et je pense qu’effectivement
    qu’il ne vaut mieux pas lire quand on a eu une journée difficile.
    J’aime beaucoup l’auteur et te recommande « Les morsures de l’ombre ».

    J'aime

  2. j’avais également visionné l’avis de Margaud sur cette auteure et je me suis dit « pourquoi pas »? mais quand tu dis « effrayant »…moi j’aime pas les polars qui font « peur »…alors je passerai peut-être mon chemin ^^

    J'aime

  3. J’avais moins été surprise que toi parce que j’avais lu peu de temps auparavant un roman du même genre « Comme ton ombre » d’Elizabeth Haynes. Mais c’est vrai que la fin est surprenante, surtout que l’auteur ne ménage pas ses personnages principaux !

    J'aime

  4. J’ai découvert Giebel grace à deux romans, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de lire celui-ci 🙂 Pour l’instant je me garde Le purgatoire des innocents pour décembre ^^ (Sinon, tu peux supprimer le premier commentaire, j’ai fais une manip clavier qui l’a publié sans raison ^^ Pardooon ! )

    J'aime

  5. je ne savais pas trop quoi penser en sortant de cette lecture, j’avais aimé l’histoire mais détesté l’héroïne! depuis, j’ai lu meurtres pour rédemption qui m’a complètement convaincue 🙂 et je voudrais relire celui-ci du coup! la fin était géniale 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s