Les Aventuriers de la Mer #6 – L’Éveil des Eaux Dormantes, de Robin Hobb

bm_33921_1610302

Le Paragon réarmé prend enfin la mer pour accomplir sa mission de sauvetage de la Vivacia avec Brashen, Ambre et Althéa à son bord.
Pendant ce temps, la ville est attaquée et incendiée. Keffria est obligée de fuir avec ses enfants. Mais Malta, fascinée par la cité des Anciens et attirée par la voix du dragon, s’aventure dans la ville souterraine où elle se trouve surprise par un tremblement de terre…

Voilà, j’ai fini l’intégrale 2 des Aventuriers de la Mer. Je suis à la fois en pleine fan-attitude enamourée (oui juste ça) et en même temps hyper frustrée… parce que je n’ai pas encore l’intégrale suivante. Des éléments se dévoilent, l’histoire a abordé un tournant décisif… et je dois m’arrêter là ??

Heureusement je ne devrais pas attendre tellement longtemps avant mon anniversaire puis Noël, occasions pour lesquelles je trouverais sans doute une âme charitable pour mettre fin à ce suspense insoutenable !

J’ai donc dévoré ce sixième tome avec délectation. Moins rapidement que son prédécesseur, à mon rythme donc, mais c’est finalement passé quand même très vite.

14520486_1510871472262996_1915522284395377518_n

L’intrigue avance résolument dans ce dernier tome de l’intégrale. Il semblerait que Kennit touche au but – ou du moins son objectif personnel – la situation dans le désert des Pluies est extrêmement intéressante (et particulièrement le triangle Reyn-Malta-dragon !)… et grand moment très intense en ce qui me concerne lorsque Hiémain fait une découverte extraordinaire sur la plage de l’île des Autres. J’essaie de ne pas trop en dire car j’ai toujours peur de spoiler mais c’est difficile de contenir mon enthousiasme. De toute façon, il se passe tellement de choses dans ce tome que je ne pourrai même pas parler de tout ! Cela dit, je remarque avec plaisir l’évolution de certains personnages : Parangon semble assez proche de se « souvenir » de certaines choses, ce qui pourrait peut-être l’amener à recouvrir la raison un jour (qui sait ? j’ose espérer) et Malta s’est vraiment transformée dans les deux derniers tomes – d’une peste superficielle, égoïste et malveillante elle a gagné en maturité et prend, grâce aux derniers « événements », une place primordiale dans l’intrigue. J’ai vraiment hâte de comprendre jusqu’à quel point.

Voilà pour l’intrigue. J’aimerais bien finir cette chronique en vous répétant que Robin Hobb est super douée, qu’elle est devenue ma nouvelle JK Rowling (je me comprends), et que vous ratez BEAUCOUP si vous n’avez toujours rien lu d’elle… mais je n’en ferai rien car j’aurais trop peur d’être assommante à force d’insister 😀

Vivement les fêtes pour pouvoir me jeter sur la dernière intégrale des Aventuriers de la Mer, puis sur le Second Cycle de l’Assassin Royal. C’est la première fois que je me tâte à ne mettre qu’un(e) seul(e) et unique auteur(e) dans ma wishlist d’anniv-Noël.

51q8tbera3l

Je craque mais il faut que je vous le dise : c’est tellement rare que je tombe amoureuse de livres comme ça. Les rares fois où j’ai ressenti un tel engouement, une telle avidité de lecture se comptent sur les doigts d’une main : Harry Potter, Peggy Sue et les Fantômes, Le Trône de Fer, Le Nom du Vent et maintenant Robin Hobb et son merveilleux univers. Je me sens tellement chanceuse d’avoir trouvé des romans comme les siens qui me correspondent si bien, qui m’emportent et me font vibrer! (Et c’est là que je me répands en merci merciii merciiii à mon amie Eirilys qui m’a fait découvrir ces romans pépites !! *_*) Voilà c’était le moment «moi-lectrice-comblée » de la chronique. J’essaierai de ne pas vous refaire le coup quand j’aurai terminé l’intégrale 3 et que je serai en plein book hangover sévère.

Sur ce, je vais tenter de passer à une autre lecture – transition toujours un peu délicate après une telle lecture – et me lancer dans un thriller, qui j’espère sera vite lu puisqu’il retarde un peu l’avancement dans ma PAL d’automne. Mais je vous en reparle bientôt ! Bonnes lectures à tous 🙂

Mai 2016 – Bilan lectures

Bon ce mois-ci moins de lectures qu’en Avril, « seulement » 4 livres lus dont 2 services de presse MAIS (parce que oui, il y a un MAIS de taille) un de ces livres est une intégrale! Un bon gros pavé. Du coup, je pourrais même tricher et dire que j’ai lu non pas 4 livres mais 6. Ce qui revient finalement à mon score mensuel habituel. Voici donc mes lectures en images:

pixiz-03-06-2016-08-44-19

Une légère déception avec I.R.L. – mais qui m’aura au moins permis de faire la connaissance par tweets interposés de l’auteure Agnès Marot ❤ Une très belle découverte avec l’Épée de l’Hiver, malgré une certaine frustration de ne pas pouvoir en apprendre plus. Une bonne surprise avec Les Apparences, que j’ai failli laisser tomber mais qui a fini par se révéler dans la deuxième partie du roman: un vrai thriller psychologique comme je les aime! Enfin, une découverte de taille: l’intégrale 1 des Aventuriers de la Mer, de Robin Hobb = LA lecture coup de coeur du mois. (Faut-il encore que je le répète: lisez Robin Hobb, elle est trop forte!! *_* ) Découvrez mon avis sur ce début de saga : tome 1, tome 2 et tome 3.

En gros, un bon mois avec d’excellentes lectures dans l’ensemble. 🙂 Et vous? Votre bilan lectures de mai?

Les Aventuriers de la Mer #3 – La Conquête de la Liberté

1507-1

Et voici donc le dernier tome de l’intégrale 1 terminé. J’ai donc lu 3 tomes sur 9 (même si en VO je n’ai fais que lire le premier tome d’une trilogie).

les-aventuriers

Quel est donc mon bilan au premier tiers de la saga ?

Tout d’abord, je dois encore souligner la qualité de cette saga : le décor, les personnages, la fluidité du récit… Robin Hobb est définitivement une valeur sûre et je suis maintenant persuadée d’aimer tout ce que je pourrai lire d’elle. Bon, jusqu’ici j’avoue que l’Assassin Royal a conservé sa place dans mon cœur et que les Aventuriers de la Mer ne m’a pas procuré cet état d’adoration qu’avait déclenché en moi l’AR. Il n’empêche quand même que je n’ai pas pu décrocher de ce livre avant d’en avoir tourné la dernière page. L’univers est formidable et le cadre marin dans un univers de fantasy est une nouveauté dans mes lectures. Lire quelque chose de différent de ce qu’on lit habituellement est toujours rafraîchissant et d’autant plus plaisant quand c’est Robin Hobb qui nous entraîne dans de nouvelles aventures. Même si j’ai noté de manière générale un très léger manque de suspense – largement compensé par une plume vive et entraînante – on constate quand même que l’auteure distille pas mal d’indices, de pistes pour la suite.

Au niveau de l’histoire je suis ravie par la tournure que prennent les événements à la fin de ce tome ! Pendant qu’Althéa, Brashen et les femmes Vestrit continuent leur bonhomme de chemin, les destins de Hiémain et de la Vivacia connaissent un revirement soudain. De même que celui de Kennit le pirate. Je me répète mais je suis sûre que ce personnage n’a pas fini de nous surprendre.

Enfin même si je n’en ai pas trop parlé dans mes chroniques précédentes, les chapitres sur les serpents de mer deviennent de plus en plus intrigants. On apprend qu’ils sont à la recherche de « Celle-qui-se-souvient » qui leur rendra leur mémoire et leur permettra d’être de nouveaux des Maîtres. Tout ça est bien beau mais c’est très nébuleux. Cela dit ça fait bien office de teasing pour la suite.

(D’ailleurs de manière générale, les dernières pages de ce premier (gros) tome sont en elles-mêmes un teasing évident.)

En bref, même si pour l’instant l’Assassin Royal reste ma saga chouchou il est difficile de se faire un avis définitif sur les Aventuriers de la Mer puisque je n’en suis qu’au premier tiers ! Il n’empêche que ce premier tome (je parle de l’intégrale entière) constitue un début très prometteur : la plume de Robin Hobb est redoutablement efficace et l’univers extrêmement bien construit et pensé. Les personnages sont tous attachants à leur façon – oui même Malta ou Kyle – et au vu des pistes lancées par l’auteur la suite nous réserve encore beaucoup de surprises. Je vais maintenant sans doute faire une pause dans la saga – j’ai quelques SP à lire rapidement – mais il est certain que je reviendrai bien vite pour connaître la suite des Aventuriers de la Mer !

frise

imaginaire

Les Aventuriers de la Mer #2 – Le navire aux esclaves

Hobb-Robin-Les-Aventuriers-De-La-Mer-J-ai-Lu-T-2-Le-Navire-Aux-Esclaves-Livre-924037372_L

Kyle, désormais aux commandes de la Vivacia, la vivenef récemment éveillée de la famille Vestrit, a décidé de l’utiliser pour transporter des esclaves. Et son impérieuse volonté ne saurait souffrir la moindre opposition. Son épouse Keffria en vient même à douter de son mari quand il veut débaucher leur fille Malta, et obliger leur fils Hiemain à travailler à bord de l’embarcation et à abandonner l’apprentissage qui le destinait à la carrière de prêtre de Sa. Sa belle-sœur Althea, elle, se fait de son côté passer pour un jeune homme et se démène sur le Moissonneur, un navire abattoir. Elle doit prouver à Kyle qu’elle est un véritable marin pour récupérer la Vivacia.

Ma découverte des Aventuriers de la Mer se poursuit agréablement. Il est toujours aussi difficile de lâcher la plume de Robin Hobb une fois lancé(e). Toutefois je continue de remarquer que je me sens moins « tenue » par l’histoire, moins « possédée » par le roman que lorsque je lisais l’Assassin Royal. Cela dit il n’est pas encore évident de savoir où l’intrigue va nous mener, aussi je pense que toutes les pistes de lecture n’ont pas encore été dévoilées.

Dans ce tome, Ambre semble prendre plus de place dans l’histoire même si on ne la voit pas beaucoup. Ronica nous devient plus sympathique, notamment à travers l’épisode du repas avec la déléguée des marchands du Désert des pluies qui m’a vivement intéressée. On commence d’ailleurs à comprendre pourquoi ce fleuve fait frémir la famille Vestrit, ou du moins on commence à le deviner. On apprend aussi à cette occasion l’existence d’un contrat liant les Marchands de Terrilville aux Marchands du fleuve du Désert des Pluies et ce depuis des générations. Un contrat qui vient peser lourdement sur les épaules de la famille Vestrit maintenant que le besoin d’argent se fait de plus en plus sentir.

On découvre dans ce tome le point de vue d’un personnage qu’on n’avait fait que croiser dans le tome 1 : Malta, la peste. Malta, fille de Keffria et petite-fille de Ronica, qui veut n’en faire qu’à sa tête, sa petite tête ignorante et superficielle. Elle désobéit, manque de peu attirer la honte sur sa famille et s’en fiche royalement… Bref, un personnage peu sympathique, bien qu’intéressant car elle permet d’avoir une nouvelle vision des événements.

On suit également mais d’un peu plus loin Althéa et Brashen qui se retrouvent sur le même bâteau… Mais aussi Kennit le pirate ! Lui je l’aime bien ! Il a beau être parfois désagréable et borné – ok, souvent – je sens qu’il a du potentiel. Et sa relation en chaud-froid avec Etta nous réserve des surprises je pense.

Enfin, j’aime toujours autant suivre les vivenefs Parangon et Vivacia. Pour ce qui est de l’association Vivacia-Hiémain, la relation entre eux deux me plaît beaucoup, de même que l’apprentissage de la Vivacia. Cependant, ce tome se termine sur un tournant décisif dans le destin de Hiémain et je me demande comment les choses vont tourner pour lui.

En tout cas, j’apprécie toujours autant le soin que Robin Hobb apporte à ses histoires. Le décor, l’Histoire de ce monde, les coutumes, les périls, les mutations de la société, les destins des personnages qui vont en être bouleversés… Tout est pensé et on dirait que rien ne manque. Comme en peinture on parle de « maigreur » quand il n’y a pas assez d’épaisseur de produit, on peut dire que chez Robin Hobb nul ne pourrait remarquer de « maigreur ». Tout est là pour qu’on se sente bien dans cet univers comme dans une bulle. Je suis ravie de découvrir une nouvelle saga de l’auteur et j’admire vraiment la facilité déconcertante avec laquelle Robin Hobb nous entraîne son histoire. Il n’y a qu’à se laisser porter.

frise

imaginaire

Les Aventuriers de la Mer #1 – Le Vaisseau Magique, de Robin Hobb

Les-Aventuriers-de-la-mer-tome-1-couverture-roman

Aaaah, ça fait du bien de retrouver un univers à la Robin Hobb. Un univers qu’on devine tout de suite riche et épais, profond et développé. Avec une belle galerie de personnages, avec des coutumes, un fonctionnement économique-politique propres… le tout exposé avec simplicité et clarté dans un style qu’on ne peut s’empêcher de suivre.

En comparaison avec ma découverte de l’Assassin Royal, ce premier tome des Aventuriers de la Mer m’a peut-être moins happée que ne l’avait fait le premier tome de l’AR il n’empêche que je suis quand même déjà conquise. Comme me l’expliquait mon amie Eirilys, à l’inverse de l’Assassin Royal qui se base sur un univers très fantasy-médiévale classique (un château, un Roi, des complots et un bâtard au milieu), on a ici une atmosphère différente, une fantasy d’aventures orientée pirates, familles de marchands au pied marin et traite esclavagiste. J’avoue que découvrir une « histoire de pirates » pour adultes a été une agréable surprise. Une autre différence notable avec l’AR, on a ici une alternance de points de vue qui nous permet de découvrir le monde à travers les yeux des différents protagonistes – alors que l’AR n’est raconté qu’à travers le regard de Fitz. Robin Hobb s’en sort très bien ici aussi ! Les personnages n’en ressortent que plus intéressants !

Enfin, l’élément purement fantasy qui charme le lecteur dès son apparition est bien entendu l’existence de Vivenefs, des bâteaux fabriqué en bois-sorcier qui prennent vie au bout de trois générations de propriétaires. Le bâteau, intelligent et sensible, surpasse alors tous les autres bâteaux faits de « bois mort ».

aventuriers-la-mer-vivacia-jellyfishthinks

Ce premier tome, Le Vaisseau Magique, ne fait finalement que planter le décor mais quel décor ! On comprend qu’on va suivre une famille de Marchands bien précise, les Vestrit dont le chef de famille, Ephron, vient de mourir – ce qui a éveillé la Vivacia, le navire familial. Althéa la fille cadette, passionnée de navigation et profondément attachée à la Vivacia, qui pensait que le bâteau allait lui revenir se voit tout à coup laissée pour compte au profit de sa sœur aînée Keffria et de son antipathique mari Kyle qui devient le nouveau capitaine de la Vivacia. Voilà sur quoi commence cette saga qui s’annonce très prometteuse !

La famille Vestrit

La famille Vestrit

En bref, un premier tome assez introductif, qui présente l’univers et les différents personnages sans pour autant ennuyer le lecteur. Le style de Robin Hobb est toujours aussi agréable et on dévore les chapitres sans s’en apercevoir. J’ai vraiment hâte de découvrir ce que l’auteure va nous proposer pour la suite et de m’immerger plus profondément dans cet univers marin. En tout cas le début de cette saga ne fait que confirmer une résolution que j’ai prise au sortir de l’Assassin Royal : je veux lire tout ce que Robin Hobb a pu écrire. Défintivement. Oui, j’ai du pain sur la planche alors je retourne à ma lecture de ce pas !

D’autres chroniques à lire: celle d’Acr0 du blog Livrement et celle d’Eirilys du blog The Library At Hurtfew

frise

imaginaire