C’était la semaine où…(#11)

  • le temps s’est écoulé lentement, très fastidieusement. Enfin, je parle de la semaine de travail, parce que bien sûr, les week-ends défilent toujours à toute vitesse…
  • j’ai vu mes deux premiers boutons d’orchidée s’ouvrir! Pour la petite histoire, c’est une orchidée reçue il y a presque 1 an, qui avait fini par perdre ses fleurs inévitablement, et qui a ensuite fait une nouvelle branche avec pas moins de 8 boutons!

  • j’ai retenté courageusement une lecture dont les premiers chapitres ne m’avaient pas trop emballée quand j’avais l’avais commencée l’hiver dernier. Acheté il y a tout pile 1 an, j’ai décidé de lire une bonne fois pour toutes Le Peuple des Rennes, de Robin Hobb. J’ai fini par bien accrocher à l’histoire même si, pour être honnête, il faut lutter un peu pendant le premier tiers. On est beaucoup dans l’atmosphère, les suggestions, la contemplation…et la tension aussi, car quelque chose d’inquiétant se dessine en filigrane. Au final je suis contente d’avoir persévéré car j’ai adoré cette lecture inhabituelle et j’ai hâte de vous en parler plus en détails!

  • j’ai appris que j’allais de nouveau me faire « exploiter » par mon travail à faire des bonnes grosses journées de 10h. Et pas qu’une en plus cette fois-ci! Et forcément, je me suis encore faite traiter comme une hérétique juste pour avoir froncé les sourcils à cette nouvelle. J’en ai marre de me faire juger comme une bête de foire parce que je ne saute pas de joie à l’idée de gratter sur ma vie privée pour travailler comme une esclave. Chacun sa vision du travail. Si ma chef aime se faire traiter comme une domestique par le PDG de la boîte qui la fait bosser le week-end, l’appelle à toute heure du jour ou de la nuit dès qu’il a un souci, c’est elle que ça concerne (et c’est aussi elle qui reçoit le salaire proportionnel évidemment). Si je considère ma vie privée et mon couple comme plus importants à mes yeux que mon pauvre CDD jetable d’hôtesse d’accueil j’en ai bien le droit. J’assume mes choix, j’assume ma vision des choses, une vision qui ne me facilite pas la vie au quotidien, peut-être, notamment dans ma recherche d’emploi, j’en suis consciente, mais… c’est mon affaire. Chacun est libre de faire sa vie comme il l’entend. « Vous êtes une énigme pour moi: vous avez un Master, vous allez peut-être devenir cadre un jour, vous travaillez bien, efficace, ponctuelle…et pourtant dès que je vous parle de « journée continue » je sens comme une crispation chez vous… ». Non sans blague? Que ceux qui veulent se prostituer pour leur travail le fassent, tant mieux pour eux, mais qu’on ne vienne pas me juger avec hauteur et mépris sur mes choix! Est-ce que c’est si anormal de ne pas se donner corps et âme à son travail??? (surtout que, soit dit en passant, ces « journées continues » que je suis plus ou moins forcées d’accepter par ma chef ne figurent même pas dans mon contrat!! hum!)

(après cette page de pub colère, revenons sur des bonnes choses…)

  • j’ai reçu mon amie Julie et son chéri à manger at home. Nous avons passé un très bon moment et je suis assez fière du repas que mon homme leur avions préparé, 100% sans gluten. Un cake aux olives-saucisses avec un mélange de farine de riz et de maïs et des farçis provençaux, nos tout premiers!

  • je n’ai pas écrit ma chronique de Fangirl (ceci est un mémo à moi-même)
  • j’ai reçu une nouvelle fournée de chaussettes trop choupi

  • j’ai mis une robe au travail. Ouais. Second time en trois mois et demi. Tellement perdu l’habitude d’en porter que je me sentais toute nue. Mais maintenant avec les températures qui montent, je devrais bientôt pouvoir ressortir mes robes d’été…
  • j’ai fait des choses utiles comme poster mon dossier de demande d’immatriculation et réserver des cours d’équitation particuliers avec mon homme (ce qui devenait urgent pour ne pas perdre l’argent déjà versé).
  • chéri et moi avons d’ailleurs repris nos activités équestres dans la foulée avec une balade particulière d’1h dimanche en fin d’aprem. C’était super agréable!
  • entre deux vide-greniers, j’ai osé craquer pour l’achat d’un livre (d’occasion toujours) sur internet. Un titre qui me faisait GRAVE envie depuis peu. Mais je l’ai trouvé en VO pour moins de 4€, frais de port inclus, alors on me pardonne, non? non?? Je vous révélerai le titre quand je le recevrai. *suspens*
  • j’ai à nouveau fait des folies lors d’un grand vide-grenier près de chez moi, hum! Promis après ça je me calme avec les vide-greniers. J’ai fait des trouvailles super chouettes et bien sûr il me fallait absolument de quoi remplir mes bibliothèques déjà pleines. Butin du vide grenier: deux cadres noirs, sobres, pour encadrer des affiches dédicacées (1€ les deux), un photophore citrouille exactement comme j’en cherchais (50ct!)…et des livres, évidemment. Coût total de tous ces craquages: 5€! (héhé)

(particulièrement ravie d’avoir trouvé La Part des Flammes à 1€!!

Depuis la vidéo de Lemon June, je voulais me le procurer!)

  • mes parents sont venus faire le vide-grenier avec nous puis nous ont raccompagnés chez nous pour nous donner mon bureau d’adolescente, fraichement débarrassé de ma chambre chez mes parents pour que je le récupère. On l’a remonté à 4 (ce qui n’était pas du gâteau) et il est maintenant à sa place!

  • j’ai terminé la semaine avec un peu de verdure: j’ai rempoté ma menthe et mon petit plant de périlla (je viens de découvrir le nom français)(dans la famille de mon chéri on appelle ça du tito) Croisez les doigts avec moi pour que mes petites plantes survivent à mon inexpérience en matière de jardinage.

SP#76 – Little Girl Gone, d’Alexandra Burt

Quand elle se réveille ce matin-là, Estelle, comme tous les jours, se rend dans la chambre de sa petite fille de sept mois pour lui donner son biberon. Effarée, elle découvre un berceau vide, une chambre vide : plus aucun vêtement, plus de jouets. Comme si son bébé n’avait jamais existé. Estelle, sous l’emprise d’une dépression post-partum très sévère, met plusieurs jours à signaler la disparition. Très vite, la jeune mère devient le suspect numéro un aux yeux de la police, des médias et de son mari…
Abandonnée de tous, elle s’accroche à un espoir fou : celui de retrouver son enfant.

Ce roman est arrivé pile au bon moment dans mes lectures! Après une grosse séance de fantasy, un book hangover du à Gagner la Guerre qui a pesé sur ma lecture des Soeurs Carmines, je crois que j’avais besoin de changer un peu d’air, et ce thriller m’a fait l’effet d’une grande respiration dans mes lectures. Enfin, c’est une façon de parler puisque ce thriller nous laisse les tripes nouées pendant une bonne partie du livre!

Quand j’ai lu la quatrième de couverture de ce livre j’ai tout de suite compris qu’il pouvait très bien me plaire, et j’ai eu une bonne intuition. Les thrillers qui abordent les thèmes de la maternité-parentalité-famille me fascinent. Ces thèmes abordent notre vraie nature, et parlent de ce qu’il y a vraiment au fond de nous, de ce qui fait que nous sommes nous, que nous sommes à la fois humain et aussi un peu animaux, avec nos instincts, nos pulsions.

Ce roman m’a tenue en haleine de la première à la dernière page. J’ai immédiatement été happée par ce récit d’une mère en pleine dépression post-partum qui ne sait plus ce qui est vrai ou faux, ce qui s’est réellement passé ou ce que son esprit déphasé a inventé. La dépression post-partum est quelque chose qui me paraissait étrange et illogique avant de lire ce roman et qui finalement est devenu plus compréhensible pour moi après ce roman. Alors bien sûr, je sais très bien qu’on est dans une fiction et que les mécanismes de la dépression servent une intrigue de roman, il n’empêche que je comprends maintenant comment on peut en venir à la dépression. La pression, le manque de confiance en soi, la fatigue extrême, la multitude de doutes et de questionnements, l’incapacité à comprendre ce que le bébé peut exprimer, la lourde responsabilité d’assurer une autre vie que la sienne, la peur de mal faire… autant d’éléments qui font sans doute partie de la vie de toute nouvelle maman.

Ce sont bien ces thèmes, associés à une intrigue bien menée, qui m’ont accrochée du début à la fin de Litlle Girl Gone. Alors certes j’ai trouvé que la fin était hautement improbable, que les choses se finissent rarement ainsi dans la vraie vie, il n’empêche que j’ai adoré ce livre qui a su mêler le suspense d’un bon thriller avec des thèmes qui me parlent vraiment. Je suis ravie de cette excellente lecture.

Merci aux éditions Denoël pour cette lecture!

C’était la semaine où…(#6)

Avec un peu de retard, la faute au long week-end, voici mon petit bilan hebdomadaire. La semaine dernière, c’était la semaine où:

  • j’ai revu pour la millionième fois Comme t’y es belle! Ce film a beau avoir des défauts et des clichés, et commencer un peu à vieillir mine de rien, je n’arrive pas à m’en lasser.
  • j’ai refait la déco sur mon blog. Fond et bannière. Oui, j’avais des envies de violet.
  • j’ai participé à la Masse Critique de Babelio, Imaginaire et Young Adult, le thème qui me fait le plus envie dans l’année. 9 livres cochés. (Forcément, CELUI qui me faisait LE PLUS ENVIE était déjà épuisé à 7H45!!) De toute façon je n’ai pas été sélectionnée, comme à chaque Masse Critique sur ce thème…😑
  • j’ai été happée par ma lecture en cours, encore et toujours « Gagner la Guerre », au point de me sentir frustrée en arrivant au travail le matin, de devoir lâcher mes écouteurs 😛 (soit dit en passant je me suis totalement adaptée au format audio et maintenant, quand je lâche les écouteurs pour le livre, la voix de Jean-Christophe Lebert me manque cruellement)
  • j’ai planté mes trois variétés de tomates… puis les ai déterrées… et replantées sur les conseils de mon papa. Mes petites pousses, déjà frêles à la base, font grise mine. Je suis très sceptique concernant leur espérance de vie. En même temps, c’est en forgeant qu’on devient forgeron, non?
  • nous avons eu un week-end de 3 jours, bonheur total.
  • chéri et moi sommes allés dans sa famille pour fêter Pâques. Les oncles, les tantes, les cousins/cousines, les enfants qui cherchent les oeufs… La vie quoi.
  • mes envies de nouveaux livres m’ont reprise aux tripes. J’ai d’ailleurs trouvé deux façons de me calmer 1) faire la revue mentale de tous les livres QUE J’AI DÉJÀ et que je veux absolument lire bientôt, 2) dresser une wishlist du moment (en attendant le jour où je pourrai craquer)

  • avec l’homme on s’est refait une session jardinage intensif. Ça nous laisse toujours K.O. mais avec des progrès visibles!
  • j’ai été absolument convaincue par la chronique de Charmant Petit Monstre sur le livre « De Sang-Froid » de Truman Capote. Je ne connaissais pas mais j’ai maintenant très envie de le lire!
  • chéri et moi avons ENFIN fini la saison 7 de #TheWalkingDead. Hyper méga frustrée par la fin de cette saison. Pfff… No comment.

SP#75 – Le Plus Loin Possible, de Maureen McCarthy

Tess, vingt et un ans, vit avec son mari Jay et leur petite fille de trois ans dans une ferme isolée en Australie. Elle est régulièrement battue par son mari, mais les frères et la mère de Jay font semblant de ne rien voir. Un jour, un jeune couple qui voyage à travers le pays s’arrête dans leur village. Tess décide de saisir sa chance et, à l’aube, en cachette de tous, elle monte dans la voiture des inconnus avec sa petite fille. Un périlleux chemin vers la liberté commence alors…

Si j’ai demandé à lire ce titre, j’avoue que c’est surtout à cause du panneau australien sur la couverture. Quand j’ai lu « fuite dans une voiture en Australie » je me suis dit, « oh chouette un road trip avec les paysages australiens pour fond ». En fait pas du tout.

Ce roman n’est finalement pas vraiment un « road trip » et les paysages australiens sont assez…inexistants. C’est tout juste si je me suis souvenue qu’on était en Australie quand Sydney et Melbourne ont été mentionnés au détour d’une phrase.

MAIS… ce n’est pas pour autant que j’ai été déçue! Au contraire!

J’ai accroché à cette histoire dès la première page et l’ai dévorée en deux jours à peine. Deux jours travaillés, oui.

Nous avons en fait un savant mélange entre le thriller angoissant (la femme qui fuit son détraqué de mari) et l’histoire de famille (avec le passif lourd, les secrets ou les non-dits). Des thèmes qui me parlent vraiment bien + du suspense, combo gagnant en ce qui me concerne. J’ai adoré suivre le cheminement intérieur de Tess, ses réflexions sur son couple, son avenir… mais aussi son passé et l’histoire de sa famille déchirée. Si je devais avoir un regret, ce serait le personnage de Harry que j’ai énormément apprécié mais qui aurait sans doute pu être approfondi. (De même que sa relation avec Jules qui reste finalement très mystérieuse, d’ailleurs j’aurais bien aimé la voir un peu plus elle aussi)

De même que je ne pourrais pas vraiment dire que le roman est particulièrement original, il n’empêche qu’il m’a fait passer un excellent moment de lecture… et c’est tout ce que je demande à un roman. Me laisser reprendre ma respiration uniquement pour me laisser le temps de dire à mon chéri que « je me régale » avant de me happer à nouveau jusqu’à la fin. 🙂

Merci aux éditions Denoël pour cette lecture!

Butin de Noël – Il Était Quatre Fois Noël

guirlande_noel10

Avec un petit jour de retard (et un cadeau pas encore reçu) je vous présente mon butin de Noël 2016. Encore une fois, j’ai été vraiment gâtée et force est de constater que le père Noël me connaît vraiment bien! (en même temps il avait ma wishlist à sa disposition alors…) Comme vous vous en doutez bien sûr, je ne souhaite pas me vanter ni faire de compétition avec qui que ce soit sur mes cadeaux mais simplement vous faire partager un peu du bonheur que j’ai ressenti en recevant ces belles choses de la part des personnes que j’aime. Voici donc mon trésor de Noël!!

 20161225_1227551

Ci-dessus, le sapin de ma maman et les cadeaux de mes parents juste avant le déballage.

Ci-dessous, le butin final, tous cadeaux confondus (parents et belle-famille).

20161230_1257371

*Hiiiiii* (*petit cri heureux*)

Nous avons donc:

De mes parents:

  • UN FAUTEUIL DE LECTURE! (Poang de chez Ikea)
  • Un livre de recettes de famille entièrement fait par mon papa
  • Une crème pour les mains Yves Rocher (canneberge amande)
  • Un marque-page en bois décoré à la main par ma maman

De mon frère:

  • Un foulard coloré de chez Pylones

De mon chéri:

  • Un coussin de lecture, le livre dit à la lampe « You are my sunshine »
  • Une autoradio avec prises jack et USB (la modernité arrive enfin dans ma voiture!)
  • Les intégrales 1 et 2 du Soldat Chamane de Robin Hobb

De mes beaux-parents:

  • La Musique du Silence, de Patrick Rothfuss (relié!)
  • Une théière avec filtre inclus

De ma belle-soeur:

  • Une préparation pour cookies préparée par ses soins
  • Une suspension en bois tête de renne à décorer soi-même
  • Un Almanach créatif (avec plein d’idées de DIY)
  • Un petit marque-page fait par les enfants

christmas

Rien que faire la liste de tout ça me laisse encore stupéfaite de la chance que j’ai d’avoir une famille et un chéri qui m’aiment et me gâtent à ce point. J’espère que mes cadeaux leur ont fait autant plaisir que les leurs m’ont comblée. J’en suis encore toute émue. Bref, je vous laisse sur cette dernière petite note de sentimentalisme et je vous invite bien sûr à me dire ce que vous avez reçu ce Noël! Vous pouvez aussi me laisser juste un lien en passant, et j’irai voir votre butin si vous l’avez déjà publié quelque part. Des bisous à tous et prenez soin de vous

snowman-2

Crédit: le montage de la guirlande de Noël n’est pas de moi mais de D-Dream Bouquine