Top Ten #6 – Mes livres classiques préférés

Une fois n’est pas coutume, je vais vous faire un Top Ten qui ne correspond à rien des TTT proposés par Iani sur son blog. En fait, il se trouve que je regarde de plus en plus les vidéos de cette demoiselle et elle me donne plein d’idées (sa chaîne Youtube). Mais moi c’est pas demain la veille où je me filmerai pour me mettre en vidéo ici (haha) alors je vous fais pareil mais en article. He oui hein, faut pas déconner non plus 😀

Bref, j’ai enfin réussi à faire une liste de 10 classiques que j’ai hâte de vous livrer. Je reconnais d’avance que certains sont plus « classiques » que d’autres mais après tout la définition de « classique » est malléable puisque je ne sais plus qui a dit:

 » En littérature, un classique est un livre qui n’a jamais fini de dire ce qu’il a à dire. »

(Donc on peut y caser ce qu’on veut. Et toc!)

La couverture <3

La couverture ❤

  • Orgueil & Préjugés, de Jane Austen

Lui c’est une évidence. Découvert au lycée, après avoir vu le film avec Keira Knightley… énorme coup de coeur ❤ Je découvrais Jane Austen et son esprit, sa finesse et son humour British tout en ironie subtile. Depuis j’ai lu presque tout ce qu’elle a écrit d’autre. J’aurais aussi pu rajouter Raison & Sentiments à cette liste mais mettre 2 Jane Austen dans un TT je me suis dit que ç’aurait été un peu tricher.

Mon adaptation préférée

Mon adaptation préférée

  • Jane Eyre, de Charlotte Brontë

Encore une évidence. Par moments j’ai l’impression d’aimer encore plus Jane Eyre qu’Orgueil & Préjugés. Jane Eyre c’est du romantisme et de la poésie mêlés de gothique et de fantastique lugubre. C’est des fleurs et des fantômes, de l’amour tendre et de la folie furieuse. J’aime beaucoup comment ces contrastes se marient parfaitement pour former ce roman génial. 

.

.

  • Les Hauts de Hurlevent, d’Emily Brontë

Cette fois c’est plus « dark »: la lande hostile, le vent et les orages, les amours violents, contrariés et destructeurs, les destins tragiques et le sort cruel. C’est sombre mais c’est beau. C’est puissant.

A la fin de l'envoi, je touche!

A la fin de l’envoi, je touche!

  • Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand

Tiens du théâtre! Je n’ai jamais réellement accroché aux pièces de théâtre… malgré les très bonnes pièces que j’ai pu lire, que ce soit de Molière ou Shakespeare. Mais Cyrano m’a emballée dès ma tout première lecture. J’adore Cyrano, et d’ailleurs il me semble que ce n’est pas la première fois que j’en parle sur ce blog. Il est moche (oui disons les choses comme elles sont) avec son nez démesuré mais il compense avec tellement de choses: sa poésie (ah la la, rien qu’imaginer ses répliques dans ma tête me transporte), son humour, sa grande gueule, ses provocations… mais qui ne sont finalement qu’une sorte d’armure destinées à cacher sa grande sensibilité et son coeur amoureux. Ce personnage est fantastique! 

Mon édition

Mon édition

  • La Princesse de Clèves, de Madame de Lafayette

J’ai une affection toute spéciale pour cette histoire pour une raison précise. Quand j’étais petite, en primaire, j’étais une très bonne élève, très souvent première de la classe ou exceptionnellement deuxième. Je ne dis pas ça pour me vanter mais pour expliquer la suite. Mon « maître » de CM1 et CM2 (car c’était un homme et non une femme), qui était d’ailleurs directeur de l’école, m’aimait bien pour ça je crois. Et à la fin de mon année de CM2, à l’occasion de la fête de fin d’année, avant de laisser tout ces enfants se diriger vers la cour des grands au collège, ce monsieur a fait don à chaque élève d’un roman classique. Pour chaque élève, il avait rédigé un petit mot personnel sur les première pages. Vous aurez compris qu’il m’a donc offert La Princesse de Clèves, roman qui m’a tout de suite semblé à une éternité de ce que je pouvais lire à ce moment-là. J’avais 11 ans hein. 

Et pendant des années, le livre a traîné sur mes étagères sans jamais susciter le moindre intérêt chez moi, même quand je suis devenue assez « grande » pour le lire. Et ça a duré jusqu’à mes années de prépa littéraire quand j’ai appris que le roman faisait partie des oeuvres au programme. J’ai donc ressorti le livre que j’avais jusqu’alors délaissé et… j’ai aimé cette histoire! Ce que j’aime avec la Princesse de Clèves c’est que je ne suis jamais capable de décider si je trouve l’héroïne incroyablement bête ou merveilleusement admirable de vertu et de droiture morale. Elle est tellement pure… C’est à la fois beau et stupide. C’est très spécial donc, puisqu’on peut avoir plusieurs points de vue. C’est d’ailleurs ce qui rend ce roman si intéressant à mes yeux.

  • Les Liaisons Dangereuses, de Choderlos de Laclos

F’ouf, encore un gros coup de coeur. Ce livre je l’ai ouvert sans m’attendre à rien. Mon papi m’avait offert une collection de classiques et j’ai pris celui-ci un peu au hasard. Et je suis tombée dedans! On parlait de pureté avec la Princesse de Clèves, là on parle de fourberie et de méchanceté. Par la lecture de leur correspondance, on suit les complots et les manipulation d’un duo diabolique, le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil, qui se jouent des bonnes personnes de la société et des innocent(e)s. Mais ces personnages sont tellement intelligents et le style d’écriture tellement beau qu’on se prend à aimer cette lecture, voire même à l’adorer dans mon cas. Ce roman épistolaire est un bijou!

Gustave Courbet, Jo, la belle Irlandaise

Gustave Courbet, Jo, la belle Irlandaise

  • Les Fleurs du Mal, de Baudelaire

Je ne suis pas très orientée poésie de manière générale, voire pas du tout, mais quand j’ai étudié ça au lycée je n’ai pas pu m’empêcher d’aimer. Ça me plaisait, cette façon de décrire des choses laides d’une si belle façon, cette provocation du poète qui veut choquer et plaire en même temps… Et puis ça correspondait un peu à mon état d’esprit de l’époque… Je déprimais parce que j’étais amoureuse d’un garçon qui ne me voyait pas…  Et cette poésie dark me parlait bien. J’avoue que je ne relis pas souvent ces poèmes mais je devrais le faire je pense.

.

.

  • Vipère au Poing, d’Hervé Bazin

Un court roman mais une histoire de vie poignante. Et cette Folcoche qu’on déteste tant. Chronologiquement c’est peut-être un des tout premiers classiques que j’ai adoré! Je devrais peut-être le relire un jour. (En même temps parler de tous ces bons livres me donne envie de les relire tous!!)

Big Brother is watching you.

Big Brother is watching you.

  • 1984, de George Orwell

Mon père m’a conseillé de le lire pendant des années (de même que Sa Majesté des Mouches d’ailleurs) puis a abandonné, de guerre las. Et finalement je m’y suis mise il y a peu et je l’ai dévoré. C’est là que je me suis dit: mais pourquoi j’ai attendu si longtemps? En fait je me figurais qu’il s’agissait d’un livre lourd, difficile à lire… alors que ce n’est pas le cas! Le style est fluide et se lit vraiment bien. Si vous ne l’avez pas lu, lancez-vous! Sans compter que cette histoire reste assez… effrayante/angoissante même de nos jours. Et peut-être même plus de nos jours qu’à l’époque où il est sorti puisqu’aujourd’hui on peut constater qu’on s’oriente allègrement vers ce genre de société…

.

.

  • Autant en Emporte le Vent, de Margaret Mitchell

Oh-Mon-Dieu, j’ai failli l’oublier! Ce roman… Je connaissais le film depuis longtemps bien sûr mais j’ai découvert le livre il n’y a pas très longtemps et j’ai été complètement happée! Je vais vous dire: c’est avec ce livre que j’ai pleuré pour la première fois sur un roman. Des vraies grosses larmes! Je suis vraiment très contente de l’avoir lu et il n’est pas exclu que je le relise un jour!

Voilà donc pour ce Top Ten surgi de nulle part. Il n’est pas figé ni éternel puisque j’ai encore tant de classiques à découvrir qui pourraient me plaire… Mais sachez que je vous recommande vivement tous ces livres!

Dans tous les cas, n’hésitez pas à me dire quels sont vos classiques préférés dans les commentaires, j’adorerais savoir ça! 😉

Top Ten Tuesday #1

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. 
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Iani.

A savoir que c’est une grande première pour moi puisque j’y participe pour la première fois!

top-ten-tuesday

Le thème de cette semaine étant le suivant…

Les 10 personnages qui…

(choisir: …m’énervent, …seraient mes meilleurs amis, …m’ont brisé le coeur, …m’ont fait voir la vie différemment, etc. )

…j’ai choisi de réfléchir à ceux avec qui j’aurais pu être amie, voire même « meilleurs amis ». Je n’en ai trouvé que 9 et ce n’était pas évident. Voici ma sélection:

  • Elizabeth Bennet (l’héroïne d’Orgueil & Préjugés de J. Austen)

Parce qu’elle est intelligente et qu’elle a beaucoup d’humour (j’adore son ironie ❤ ). Parce qu’elle est douce et romantique mais qu’elle ne se laisse pas faire. Parce qu’elle aime lire et parce qu’elle est un peu trop fière parfois (comme moi, ahem) même si elle sait reconnaître quand elle a tort. En résumé, parce qu’elle me ressemble un peu tout en étant plus forte que moi je pense.

  • Hermione Granger (la fille du Golden Trio – dans Harry Potter bien sûr)

Parce qu’avec Harry et Ron, elle fait un peu partie de ma vie depuis que j’ai 11-12 ans, parce qu’on a évolué ensemble et parce qu’on est un peu le même genre de fille. Avec son côté bonne élève un peu intello :idea:, on aurait pu très bien s’entendre! En fait, c’est comme si on était déjà amies depuis longtemps… *Harry Potter Forever*

  • Jane Eyre (dans le roman éponyme de Charlotte Brontë)

Elle est douce, gentille et modeste. Elle a un côté naïf mais elle sait aussi être forte. Elle a des valeurs et des principes et elle sait s’y tenir, malgré la difficulté de certaines décisions. Elle ne choisit pas la facilité mais plutôt ce qui est juste et moral. Je pourrai très bien m’accorder à la douceur de son caractère et prendre exemple sur sa force morale.

  • Mélanie Hamilton-Wilkes (la femme d’Ashley, l’homme que convoite Scarlett O’Hara dans Autant en emporte le Vent de M. Mitchell)

Mélanie est un vrai coup de coeur pour moi. Certains adorent Scarlett pour sa fougue, son impétuosité et son ambition. Moi j’admire Mélanie pour son désintéressement, sa loyauté infaillible et sa gentillesse sans bornes. Certes, elle ne brille pas par sa force de caractère, mais, elle au moins, elle sait aimer. En s’oubliant elle-même pour ceux qu’elle aime. Elle incarne l’amie loyale envers et contre tout. 🐱

  • Charlie (personnage principal de The Perks of Being a Wallflower, de Stephen Chbosky)

Un autre personnage coup de coeur: Charlie est gentil et drôle, parfois malgré lui. Il est sensible et adore lire. Trop naïf parfois (ok, souvent) mais adorable malgré tout. Je l’adore ❤

  • Sam & Patrick (les meilleurs amis de Charlie)

Deux personnages tirés du même livre: Sam (la fille dont Charlie est amoureux) et son demi-frère gay Patrick. Je les mets ensemble dans ma liste car je ne les vois pas l’un sans l’autre. Avec Sam et Patrick je me verrais bien parler garçons, histoires d’amours (voire plus), un peu ragots aussi, nous questionner ensemble sur le sens de la vie et les choix qu’on doit faire en devenant adultes. Sans compter que Sam comme Patrick savent aussi s’amuser, faire la fête et aussi…rêver 🙂

  • Joséphine (personnage principal de la trilogie de K. Pancol)

Parce que, comme beaucoup de lectrices je pense, je me suis un peu reconnue en elle sur certains aspects. Son manque de confiance en elle, notamment, ainsi que son intérêt pour pour le Moyen-Age – absolument inutile/inefficace dans la société d’aujourd’hui (comme mon intérêt pour les livres et la littérature). Son impuissance au début de la trilogie (face à son mari, à ses filles…) m’a beaucoup touchée puis je l’ai admirée quand elle a su écrire un roman (alias mon grand rêve!) et s’affirmer dans sa vie. Bref, je me sens proche d’elle.

  • Cyrano de Bergerac (dans la pièce de théâtre éponyme d’Edmond Rostand)

Celui-ci, c’est un de mes gros coup de ❤ littéraires. Cyrano est génial! Il est drôle, plein de poésie et de répliques bien pensées. Il se fait remarquer tout le temps, cherche les embrouilles mais parvient toujours à s’en sortir. Mais en fait, sa « grande gueule » cache finalement un coeur énorme et une très grande sensibilité. C’est un grand romantique, assez vulnérable au final.

En fin de compte, je me rends compte que je me sens proche des personnages doux et sensibles avec une certaine prédisposition littéraire.

Est-ce que c’est révélateur sur moi? Ca… c’est la question ^^

Gone With The Wind

A 95% de ma lecture d’Autant en Emporte le Vent, je ne peux pas me retenir d’écrire tout ce que j’en pense. Et attention, je ne vais pas me priver de spoiler.

Déjà à Mélanie Hamilton-Wilkes, merci.

9933f872b613879f4616d57613fc0225

Elle est juste merveilleuse et au plus je lis sur elle au plus je me dis que si j’étais Scarlett, je déborderais d’amour pour cette petite femme tellement gentille, généreuse, indulgente, compréhensive, désintéressée et tellement d’autres qualités. Parfois quand la voix du narrateur se focalise sur Mélanie, j’ai juste envie de la prendre dans mes bras. Oui nous parlons d’un personnage de roman. A part ça, dans ma tête je vais bien.

Et pour Scarlett & Rhett, mon Dieu, comme c’est crisant.

5bcdc8fa0983e1433964f25a0f70bbbe

Ça fait des lustres qu’ils s’aiment tous les deux mais ils sont beaucoup trop fiers et stupides pour aller se l’avouer. Quels lâches! Et au plus je lis, au plus ils s’éloignent l’un de l’autre.

f43e1633f749e9e7d7fe87627321b2b2

e2414a3630d4e0fef3d8ade7cac4aad0

J’en suis à la mort de la petite Bonnie. Chacun enfermé dans sa peine, haïssant l’autre pour la perte de l’enfant. Chacun incapable de faire le premier pas vers l’autre, c’est limite si j’en pleure pas.

Et c’est tellement véridique comme situation… parce que je connais personnellement ce que ça fait, de souffrir, de vouloir que l’autre nous réconforte, de voir l’autre souffrir aussi, plein de colère et de haine, en sachant qu’il aimerait être réconforté lui aussi, et de ne pas pouvoir se résoudre à faire soi-même le premier pas.

Et maintenant à 95%, je suis quasi-certaine qu’il n’y aura plus jamais de rapprochement entre Rhett & Scarlett, et j’en suis trop déçue par anticipation. Bref. Je retourne lire.

______________________________________________________________

MAJ : 1h plus tard

J’ai fini « Autant en Emporte le Vent ».

Je pleure rarement sur un bouquin. Je n’ai pas pleuré pour la mort de Severus Rogue, je n’ai pas pleuré sur l’amour impossible de Meggie & Ralph de Bricassart…

Mais j’ai pleuré pour de vrai (avec grosses larmes et tout) sur la mort de Mélanie Hamilton-Wilkes, et sur l’amour éteint de Rhett alors que Scarlett réalise enfin qu’elle a été aveugle et stupide pendant des années.

Ce que je pense de la fin: c’est à la fois une fin qui brise mon petit coeur émotif et à la fois qui laisse une lueur d’espoir avec cette détermination farouche « je ramènerai Rhett ».

En tout cas, magnifique roman fleuve qui m’a complètement emportée dans son atmosphère, son univers…comme très peu de romans peuvent le faire, à part peut-être ceux de Colleen McCullough. Moi qui aime enchaîner les livres, les uns après les autres, j’ai presque envie de faire une pause dans mes lectures, histoire de me détacher de cet univers dans lequel j’ai passé près de 30 heures ces dernières semaines… J’en viens même à me demander comment des livres peuvent contenir autant de force, autant de caractère, d’émotion et de vérité. J’en suis encore toute hébétée…

Vrac (ma vie, mes lectures and so on)

fifty-shades-darker-book-cover

Voilà je viens de finir le second tome de la trilogie Fifty Shades. Que j’ai lu très très vite. Ça se lit trop facilement ce truc. Et en même temps, ça ne mérite pas une médaille non plus. Pour ce qui est de mon avis global, il est mitigé. Le style littéraire est très moyen, les scènes de sexes répétitives, pas mal de trucs cliché (sur l’histoire d’amour et la jeune fille innocente choquée mais emballée). Bref, c’est pas d’un grand niveau littéraire et ça sert les scènes de sexe sur un plateau d’argent toutes les deux pages alors que j’aurais bien aimé « désirer » ces scènes… Ce qui au final est un peu lassant. Pourtant ça se lit très vite et ça fait son petit effet…  Donc je dirais que mon avis c’est fifty-fifty. (Ah ah j’suis trop drôle, moi..)

Dans l’immédiat, j’ai décidé de faire une pause dans la litté pseudo-érotique. En ce moment je lis les premiers chapitres de Midnight Sun en parallèle de la trilogie Chaos Walking et d’Autant en Emporte le Vent

Pour Midnight Sun, je suis drôlement surprise de n’avoir découvert l’existence de ce début de roman par Stephenie Meyer que récemment. Pour la petite histoire, il s’agit de Twilight mais décrit et raconté du point de vue d’Edward. Seulement, ce roman est resté inachevé au douzième chapitre car il a été piraté au cours de son écriture. Stephenie Meyer, bien dégoûtée, a donc annoncé qu’elle abandonnait l’écriture pour l’instant et comptait attendre que le phénomène Twilight se tasse un peu pour reprendre son écriture. Je me suis donc plongée dans ce début de roman et pour l’instant j’aime bien. C’est aussi parce que je le lis en Anglais je pense. Bon c’est sûr que ça n’est pas très nouveau vu qu’on sait déjà tout ce qui va se passer, mais pour ceux qui ont aimé l’histoire comme moi ça reste agréable à lire.

midnight-sun

Et à part mes lectures passionnantes, ma vie en ce moment c’est pas mal de taff universitaire, de réunions de groupe qui n’en finissent jamais car on entre dans la période des dates de remises des dossiers. Alors ça donne des journées de boulot de groupe intenses du style 9h-minuit quasi non-stop et des maux de tête en allant se coucher mais c’est particulièrement gratifiant quand c’est terminé et que le dossier ressemble à ce qu’on espérait. D’autant que les sujets d’étude me plaisent beaucoup et m’en apprennent beaucoup sur la gestion de projets, le marketing et e-marketing, l’organisation du travail, la recherche et le tri des informations, la capacité à synthétiser ces infos ainsi que sur les logiciels utilisés pour la mise en page des dossiers.

Et sinon j’ai pu récupérer ma voiture cassée assez rapidement et j’ai aujourd’hui repris un de mes cours particuliers que j’avais arrêté. Je me sens beaucoup mieux maintenant que je les ai repris. Mon compte en banque en a sérieusement besoin et je culpabilise beaucoup moins. 

Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée/journée selon l’heure qu’il est pour vous. See ya’