Everyday Life

Les petits obstacles de tous les jours

Je sentais bien un petit racontage de life ce soir. On est à peine mercredi soir mais quelle fatigue les amis. On s’habitue vite à avoir des semaine raccourcies ou hachurées. Heureusement un week-end de 3 jours arrive, puis ce sera encore un week-end de 3 jours pour moi avec les Imaginales. Mais j’accumule beaucoup de fatigue et avec cette fatigue, j’ai le moral en dents de scie…

J’ai des belles choses en perspective: le week-end à Épinal et le mariage qui approche, pincipalement – mais à côté de ça ma fatigue me fait buter sur des obstacles que je surmonterai facilement autrement. Un livre très attendu qui n’arrive jamais, un choix lié au mariage qui m’a fait m’arracher les cheveux, une liste de chose à faire qui ne diminue jamais et le tic-tac dans nos têtes qui s’est enclenché. J’ai aussi découvert La Casa de Papel, bien après tout le monde, et je l’ai finie en 8 jours. J’en suis tombée complètement accro… et je commence tout juste à sortir de cette sensation de manque atroce que j’ai ressentie après le dernier épisode. Oui oui, à ce point. Mais il suffirait que je repense à Raquel et au Professeur pour retomber dans la déprime post-Casa de Papel. Et je suis aussi frustrée par mes lectures, j’ai des tas d’envies mais je ne sais pas vers quoi me tourner. Ma PAL spéciale Imaginales est tombée à l’eau et j’ai eu récemment une lecture difficile qui m’a fait frôler la panne de lecture. J’ai eu de la chance de tomber tout de suite après sur LA lecture qu’il me fallait mais dont la fin, que j’ai lue ce matin, me laisse un goût d’inachevé. Et puis il y a ces bus, tous les matins et tous les soirs. 3 bus le matin, 3 bus le soir. Devoir prévoir 1h30 de transport en commun pour un trajet qui met 40 min en voiture. Et il suffit d’un retard d’un des 3 bus pour rater la correspondance, et attendre 20 minutes. Alors que j’ai normalement des horaires de bureau classiques, je fais en fait des journées bien plus longues: levée 6h15 et rentrée chez moi à 18h30.

Bon finalement cet article se transforme en tartinade d’auto-apitoiement et j’en suis désolée.

À part ça plein de choses vont bien, sur beaucoup d’aspects: après tout je me marie bientôt, je suis contente de mon travail et mes collègues sont de vraies petits rayons de soleil (elles ne savent pas à quel point), je m’apprête à découvrir les Imaginales et rencontrer plein d’auteurs et de lecteurs qui ont les mêmes goûts que moi, et ma meilleure amie vient de m’annoncer la date à réserver pour mon EVJF fin juin.

Je ne suis clairement pas à plaindre et j’en suis consciente. J’avais juste besoin de m’épancher un peu. Je crois que j’ai surtout besoin de sommeil. Tout sera plus clair quand j’aurais dormi et apaisé ce mal de crâne qui n’aide rien.

Publicités

9 commentaires sur “Les petits obstacles de tous les jours

  1. Les semaines raccourcies ne sont pas forcément synonymes de repos. Je pense que ce qui est essentiel, c’est de t’autoriser aussi à être fatiguée 🙂 Pour le mariage, tu peux aussi te répéter des phrases toutes simples : c’est vous marier le plus important et les gens sont là pour partager votre bonheur, le reste est accessoire (enfiles ta plus belle culotte, trouves la main de ton chéri et zou, allez vous marier). Et puis tu peux aussi te marteler en tête « un pas après l’autre » : dans tout type de situation, cela m’aide bien.
    Pour la casa de papel, je suis contente de trouver quelqu’un dans le même état que moi. Sur Netflix, chaque épisode – initialement diffusé sur une chaîne espagnole – a été divisé par deux. Sauf que c’est un élément que je ne connaissais pas et le site web qui me sert à marquer mon suivi indiquait 15 épisodes au total. Me voilà arrivée à la fin de l’épisode 13 (Quand ils découvrent la maison de Tolède). Et… fin. J’ai cru que la série se terminait comme ça (avec une fin très ouverte mais cohérente). Moi, j’ai commencé à me mettre en PLS puis j’ai découvert qu’il allait y avoir une seconde saison… et se sont annoncés les quinze jours les plus longs de ma vie de sérivore. J’en parlais tout le temps avec mon amoureux, j’échafaudais des théories, je m’interrogeais sur les indices que j’avais peut-être loupés. Pfiou, période éprouvante.
    J’ai aussi connu sur l’un de mes précédents postes, cette longueur des transports en commun (Dans le meilleur des cas, j’avais 55 minutes au total – métro, bus et marche – contre moins de 20 minutes en voiture). Cela fait des grosses journées…
    Je ne détecte aucun auto-apitoiement dans cet article, moi. Ton ressenti tout simplement, de la fatigue qu’il faudrait congédier (mais ce n’est pas facile) (si je connaissais la recette, je te la donnerai).
    Des bisous !

    J'aime

    1. Franchement j’en suis à un stade où les préparatifs du mariage me saoulent. J’en ai marre, on a fait les trucs les plus chouettes, il reste maintenant un million de détails, c’est fastidieux et fatigant T_T (en parlant de la plus belle culotte, il va falloir que j’aille m’en acheter une 😀 )
      Non mais la Casa de Papel j’en suis au point de me forcer à ne plus aller regarder de photos (ou de gifs de Raquel et le Professeur, mon petit vice, hum!)
      Merci pour ton message, ça m’a fait du bien de le lire ❤

      Aimé par 1 personne

  2. La période avant-mariage est une vraie montagne russe… Je suis passée aussi par des gros moments de doute et d’agacement (j’ai eu droit à du chantage « si tu ne me trouves pas un logement je ne viens pas » ou encore « Qu’est-ce qui est prévu pour les gens non motorisés ? ». Genre j’ai que ça a foutre et j’ai l’argent pour loger les gens et louer des bus…) mais dis-toi que l’important finalement c’est que ton futur mari et toi vous allez vous dire oui 🙂 Le reste, c’est du bonus ! Et je pense honnêtement que du moment où tu te dis « de toutes façons, il arrivera toujours un imprévu ou un truc pourri », du coup tu lâcheras prise (et je dis pas ça méchamment hein, je l’ai vécu c’est pour ça que je me permets ^^).
    Bref, tout ça pour dire : prends du temps pour toi, profite et concentre-toi sur le bonheur à venir. Courage ! ❤

    Aimé par 1 personne

    1. En fait, pour l’instant je ne stresse pas trop concernant le « déroulé » de la journée (on verra bien comment ça se passe) mais plutôt du fait d’arriver à faire toute notre to-do list avant la date fatidique xD
      On a beaucoup avancé et on a l’essentiel: l’église, nos invités, la salle, le repas, la robe, l’alliance, le photographe, le DJ, les vins, le champagne… mais il reste encore PLEIIIIN de trucs à faire (le bouquet, les dragées, le plan de table, les marques personnes, le livre d’or, la boite à cadeaux, les sous-vêtements et accessoires – dont chaussures pour moi et noeud pap pour chéri… ETC ETC) Ça ne finit jamais quoi.

      J'aime

  3. ça fait toujours du bien de se soulager un peu l’esprit en se confiant sur nos tracas pour trouver du réconfort 🙂 moi je suis contre ce que l’on voit énormément sur les réseaux sociaux dans ces temps actuel : l’idée qu’il FAUT être positif. ça part d’une bonne intention bien sûr mais finalement je trouve que bien souvent ça peut être très toxique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s