Coup de coeur·Mes Lectures

SP#85 – Aux Confins du Monde, de Karle Ove Knausgaard

Ce livre ne figurait pas dans ma PAL d’automne. Bon. Mais j’avoue que, quand je l’ai reçu, j’ai sauté dessus, PAL d’automne ou pas. Je venais tout juste de découvrir l’interview de l’auteur dans le magazine Lire et, à ce moment-là, je me suis réjouis de l’avoir choisi dans le programme des éditions Denoël. Parce que oui, c’est un SP – mais passons hein! Je ne m’étendrai pas le bandeau racoleur que j’ai vite ôté pour commencer ma lecture, mais je n’ai pas pu m’empêcher de garder en tête le « titre » de « Proust norvégien » décerné à KOK (oui, KOK, on est intimes maintenant, je me permets).

Et là, sur les premières pages, soyons francs: petite douche froide. Il ne se passe RIEN. L’auteur raconte sa vie, ses journées, ce qu’il mange au réveil, à quoi il occupe son temps, l’heure à laquelle il va bosser puis rentre chez lui, les sensations qu’il a quand il se prend une cuite puis quand il se réveille d’une cuite. Et ainsi de suite, et ainsi de suite. ZERO SUSPENSE, ZERO ACTION. Je suis allée à ma lecture comme à reculons pendant le premier quart du livre. Voilà c’est dit.

Et pourtant.

Pourtant, on finit bel et bien par accrocher. Si si, promis!

Déjà grâce à la plume de l’auteur, légère, pas dénuée de style mais d’un style qui se veut simple, direct, sans fioritures mais pas brut pour autant. C’est facile à lire. Et heureusement puisqu’on a quand même affaire à un pavé de 648 pages. Les pages se tournent plus rapidement qu’on osait l’espérer.

L’atmosphère aussi finit par nous avoir à l’usure. Une ambiance un peu vintage, années 80, rock n’ roll! On s’y croirait presque, à acheter des vinyles chez le disquaire avec KOK. Et puis il y a toujours cet esprit de révolte, de rébellion de l’auteur.

Évidemment, c’est aussi KOK qui nous donne envie de rester avec lui. Il a 18 ans mais il est, en quelque sorte, en pleine crise d’adolescence. Il se saoûle régulièrement, ne cherche qu’à écouter de la musique, faire la fête, s’enivrer mais surtout CHOPER DES MEUFS!!

Je vous rassure il ne le dit pas comme ça, il n’empêche que beaucoup du livre tourne autour de son obsession pour les filles. Oui, parce qu’à 18 ans il est encore puceau (petit disclaimer au cas où: aucune honte à avoir, chacun est différent et chaque chose arrive en son temps pour tout le monde. Fin du disclaimer) et ne rêve que d’une chose: LE FAIRE! Mais au-delà de son désespoir quant au sexe, c’est aussi un personnage (même pas fictif, mais j’y viens) qui est touchant dans la mesure où il cherche un sens à sa vie et à la vie de manière générale. On a un jeune homme en quête de lui-même, en quête de ce qui est vrai. Et malgré son côté trash, c’est aussi un grand sensible, qui a sa part de poésie en lui.

Ce livre est tour à tour ennuyant, amusant, triste, grave, poétique, cru, joyeux. En fait il est vivant.

N’oublions pas non plus le rôle joué par la Norvège dans cette histoire, en particulier le Grand Nord représenté par le village d’Hafjord, un petit village de pêcheurs où tout le monde se connaît depuis toujours, un petit cercle fermé dans une zone de la planète où le soleil peut ne jamais se coucher (le jour polaire) ou au contraire ne plus se lever et plonger tout le monde dans le noir pendant des semaines voire des mois (nuit polaire). Pour la petite française que je suis, ça paraît à la fois effrayant et fascinant!

Et maintenant que j’ai presque tout dit, je voudrais finir sur ma propre timidité face au livre. Finir ce roman, et avec cette fin en plus (cette dernière phrase!), me laisse presque gênée. Car le livre est quand même une autobiographie!! Déjà, je n’en lis jamais donc je suis un peu novice dans le genre, ce qui explique peut-être ma réaction. Cela étant, je ne sais trop si je suis admirative ou offusquée d’avoir été dans les pensées et les moments les plus intimes (voire les plus humiliants) de la vie de Karle Ove Knausgaard. Je suis partagée entre « Quel culot, quel audace! » et « Il ne devrait pas dire tout ça comme ça, c’est beaucoup trop personnel! Que va donc penser sa famille?? » Parce que l’auteur se livre sans fard et sans concessions, et nous révèle les moins glorieuses de ses pensées, des choses que personne ne devrait jamais savoir! En même temps, il a l’excuse toute faite « j’étais jeune et con » mais tout de même. Est-il courageux, audacieux… ou tout ce « partage » n’est que pur commerce – car tout un chacun sait que ce qui est scandaleux ou choquant fait vendre, n’est-ce pas? Et pourtant j’ai presque envie de lui dire bravo, à ce jeune homme un peu paumé qui voulait écrire à 18 ans, être reconnu écrivain et prouver à son entourage qu’il en avait la capacité.

Car c’est sûr et certain, Karle Ove Knausgaard est devenu écrivain et pas un petit.

En conclusion, ce roman est un OVNI dans mes lectures. Je ne lis jamais ce genre de roman et le choc en début de lecture a été rude. Je n’avais plus trop envie de le lire. Et c’est là que je peux souligner un des avantages des services de presse: si ce livre n’avait pas été un SP peut-être n’aurais-je pas poussé plus loin. J’ai persévéré et je suis vraiment heureuse de l’avoir fait car je serai passée à côté de ça. Ça? Un roman sur un adolescent qui se cherche et qui nous parle de la vie, dans ses hauts et ses bas, ses espoirs et ses déceptions, ses réussites et ses échecs, la vie telle qu’elle est.

Aux Confins du Monde est le quatrième volume paru d’une autobiographie prévue en 6 tomes (et intitulée « Mon Combat » – Min kamp en norvégien par provocation). Je suis étonnée de ne découvrir cet auteur qu’aujourd’hui et j’ai maintenant très envie de me jeter sur les précédents volumes en attendant les prochains! Superbe découverte hors de ma zone de confort de lecture! 

Coup de coeur

Publicités

4 commentaires sur “SP#85 – Aux Confins du Monde, de Karle Ove Knausgaard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s