SP#78 – Le Fer au Coeur, de Johan Heliot

Punie et brisée pour avoir bravé le regard d’un défenseur de la Vertu, la jeune Maïan est envoyée dans les tréfonds de la Ville-Basse pour y expier sa faute. C’est au coeur de ce purgatoire de vapeur dont personne ne revient jamais qu’elle rencontre Leonardo, un étudiant condamné pour avoir laissé libre cours à son imagination en créant des machines fabuleuses. Avec l’aide de Volco et Lanaé, deux habitants de la ville souterraine, Maïan et Leonardo tentent d’unir leurs forces pour survivre. Mais dans ces entrailles nauséabondes où les âmes sont corrompues à force d’être opprimées, il est difficile pour ces épris de justice d’accorder leurs ambitions…
J’ai découvert récemment le dernier roman de Johan Heliot, une histoire jeunesse steampunk très fraîche et agréablement surprenante.
Pour vous planter le décor, je vous copie-colle les mots de l’auteur lui-même:
.
L’action se déroule dans une ville, sorte de cité-état inspirée de modèles de la Renaissance, baptisée Pérennia, car toute forme de progrès y est bannie par la caste dirigeante, les Dévots, adeptes de la Vertu.
Quiconque enfreint les règles de cette dernières subit la torture avant d’être rejeté dans les souterrains de la Ville-Basse, où s’est développée une société parallèle, sous l’égide du descendant de l’ancienne famille princière de la ville.
.
J’ai tout de suite été intriguée par l’univers présenté par l’auteur, mais aussi très vite par son côté sombre. Et même plus sombre que ce que l’auteur voudrait bien nous faire croire.
Une des toutes premières scènes, et ce n’est pas un spoiler car c’est au tout début, est quand même un viol! Sans parler d’une autre scène, sur laquelle l’auteur passe très rapidement, presque l’air de rien, mais qui choque quand même par son extrême violence.
Ces deux scènes, dont la violence étonne autant qu’elle choque, sont heureusement les seules de ce genre dans le roman…et sont en partie pardonnées car on comprend tout de suite la façon dont elles servent le récit.
En effet, c’est la deuxième scène, celle dont je ne vous parle pas pour ne pas vous spoiler, qui va permettre à l’auteur d’entrer pleinement dans le steampunk. Et je dois dire que le côté steampunk m’a beaucoup plu! Ce côté rétro est tout à fait savoureux.
J’ai aussi beaucoup aimé tous les thèmes abordés par le roman tels que l’importance de garder espoir, de trouver le courage de lutter contre ceux qui nous oppriment, de toujours garder confiance en ses capacités.
En ce qui concerne le dénouement, je le considère comme un des points forts du livre car je l’ai trouvé bien pensé et surprenant, même si assez peu développé.
D’ailleurs de manière générale, je dois avouer que je suis assez frustrée par le manque de développement de ce roman. Je ne suis pas sûre qu’on puisse parler de « manque » car ce petit roman jeunesse conviendra certainement parfaitement aux plus jeunes lecteurs mais j’aurais aimé en apprendre beaucoup plus: que ce soit sur la Ville-Haute et Basse, sur son histoire et son fonctionnement, sur l’arrivée des dévôts au pouvoir…mais aussi sur l’origine de la ville elle-même et son étrange autharcie. Tout ça m’aurait passionnée…
De même que je préfère le dire: même si le dénouement est bien trouvé, la fin va un peu très VITE, presque expédiée en fait. Ce qui est dommage car le destin de nos personnages aurait pu être très différent. Enfin dernier bémol – et après j’arrête – le personnage de Maïan, même s’il est fort en tant que symbole (symbole de rébellion, de liberté, de courage…) est assez…faible? J’ai trouvé ses retrouvailles avec Orlano tellement improbables! Son attitude m’a déçue, même s’il faut bien garder en tête que Maïan est encore une toute jeune fille qui s’aveugle peut-être elle-même?
En attendant, j’ai quand même apprécié les autres personnages, en particulier Volco et Lanaé (surtout Lanaé!), et même si je regrette l’approfondissement des bonnes idées de Johan Heliot, je considère que Le Fer au Coeur est un livre qui rassemble une foule d’ingrédients à même d’en faire un très bon roman jeunesse.
.
Entre les messages positifs d’espoir et de liberté, le steampunk très vintage mêlé au côté dystopique, je crois qu’on a là une bonne formule gagnante. Une très bonne lecture en ce qui me concerne car elle a su me surprendre en positif. À découvrir!
Publicités

2 réflexions sur “SP#78 – Le Fer au Coeur, de Johan Heliot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s