Coup de coeur·Mes Lectures

SP#73 – Les Larmes Noires sur la Terre, de Sandrine Colette

Il a suffi d’une fois. Une seule mauvaise décision, partir, suivre un homme à Paris. Moe n’avait que vingt ans. Six ans après, hagarde, épuisée, avec pour unique trésor un nourrisson qui l’accroche à la vie, elle est amenée de force dans un centre d’accueil pour déshérités, surnommé «la Casse».
La Casse, c’est une ville de miséreux logés dans des carcasses de voitures brisées et posées sur cales, des rues entières bordées d’automobiles embouties. Chaque épave est attribuée à une personne. Pour Moe, ce sera une 306 grise. Plus de sièges arrière, deux couvertures, et voilà leur logement, à elle et au petit. Un désespoir.
Et puis, au milieu de l’effondrement de sa vie, un coup de chance, enfin : dans sa ruelle, cinq femmes s’épaulent pour affronter ensemble la noirceur du quartier. Elles vont adopter Moe et son fils. Il y a là Ada, la vieille, puissante parce qu’elle sait les secrets des herbes, Jaja la guerrière, Poule la survivante, Marie-Thé la douce, et Nini, celle qui veut quand même être jolie et danser.
Leur force, c’est leur cohésion, leur entraide, leur lucidité. Si une seule y croit encore, alors il leur reste à toutes une chance de s’en sortir. Mais à quel prix?

Après un coup de coeur aussi surprenant qu’évident pour Il Reste la Poussière, découvert en février 2016, quand on m’a récemment proposé (entre autres titres) le dernier roman de Sandrine Colette, je n’ai pas attendu une seconde avant de le demander.  Sans même avoir lu le résumé je savais que ce roman valait le coup.

Je suis très heureuse de vous dire que je ne me suis pas trompée.
J’ai tout de suite été emportée par la voix de l’auteure, sa plume et la force de son expression. Ce roman est simplement bouleversant. Extrêmement bien écrit, très fort. J’ai tout aimé dans ce livre.

J’ai trouvé Moe, l’héroïne, peut-être un peu trop naïve mais en même temps on ne peut s’empêcher de se dire « ça aurait pu être moi » comme ça aurait pu être n’importe qui. J’ai aimé le portrait des personnages, la personnalité et le vécu de chacune des femmes – chacune avec un parcours difficile qui explique (ou pas, d’ailleurs) comment elles ont fini à la Casse. J’ai aimé que ces différents récits fassent finalement relativiser sur des choses réelles de la vie et reviennent sur des préjugés qu’on pourrait avoir. Chaque récit appuie là où ça fait mal et prouve que les « cas sociaux » que l’on peut croiser parfois, dans la rue ou ailleurs, ne méritent aucun jugement. Nous n’avons aucune idée des épreuves qu’ils ont traversé, des étapes, des rêves manqués, des opportunités fugaces qui les ont emmené là où ils sont aujourd’hui.

Je ne vous cache pas que le récit est parfois très dur, au point que je me suis sentie mal à une ou deux reprises (avec des vraies sueurs froides, coucou le nom de la collection Denoël qui tombe à pic). Mais en même temps très beau car Sandrine Collette a le ton juste. D’autant qu’il y a cette lueur d’espoir, de foi dans la vie, complètement improbable mais qui ne s’éteint jamais – quelles que soient les souffrances et les épreuves. Cet espoir qui fait tenir debout, cette attente éperdue du bout du tunnel.

Pour aller droit au but: Sandrine Collette est vraiment une auteure à découvrir. Je n’ai lu que deux titres d’elle mais deux coups de coeur. Ce nouveau titre me donne encore plus envie de découvrir ses autres romans, ce que je pense bien faire un de ces jours. Les Larmes Noires sur la Terre est un magnifique roman, dur et très fort mais juste et poignant. Je recommande chaudement!

Coup de coeur

Publicités

7 commentaires sur “SP#73 – Les Larmes Noires sur la Terre, de Sandrine Colette

  1. Je vais me le noter de suite ! L’histoire a l’air très prenante. Et ces portraits de femmes semblent intéressants. C’est sûr que je ne vais pas échapper aux sueurs froides (en grande trouillarde que je suis), mais ce livre a vraiment l’air d’en valoir le coup. Merci pour la découverte !

    J'aime

  2. D’après ce que je lis dans ta chronique, je découvre un roman original (le lieu et la situation) et une histoire forte… peut-être violente (tes sueurs froides et le nom des femmes). En quelques mots, ce livre me renvoie à Mad Max (le contexte du film). Je suis intriguée.
    Je prends en note le nom de l’auteur et le titre. Merci pour cette présentation qui suscite ma curiosité !

    J'aime

    1. Alors contrairement à Mad Max ça reste dans un cadre très réaliste, plausible, sans aucun aspect SF. Disons plutôt qu’on dirait notre société comme elle pourrait l’être dans 30 ans (voire moins). Pas plus. Cela dit, je conseille vivement cette lecture, qui m’a bien remuée!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s