Mes Lectures·Services de presse

SP#72 – Les Papillons Géomètres, de Christine Luce

couv-papillons

Je finis à l’instant ma lecture des Papillons Géomètres et je profite qu’on est dimanche pour faire ma chronique tout de suite. 

J’avoue que j’ai mis du temps à finir ce roman, pourtant assez court. Et je dois aussi avouer que je n’ai pas été emballée plus que ça, malgré ce que j’espérais. Entre la maison d’édition, Les Moutons Électriques, qui ne me déçoit quasiment jamais et la couverture juste parfaite, je m’attendais à adorer. Ça n’a pas vraiment été le cas et ce pour une raison tout bête: j’ai trouvé que le style très littéraire – trop ? – desservait l’intrigue.

En effet, le style en lui-même est bon, dans le sens où la recherche de vocabulaire, la tournure de phrases parfois soutenue le rendent intéressant d’un point de vue purement littéraire. 

Le temps s’écoula. Ni mouvement, ni bruit, pas même de la rue engourdie par les froideurs automnales, aucune crête ne hérissait ce flot égal et silencieux des minutes, elles se succédaient avec la lenteur des heures d’attentes.

Une disruption de l’harmonie torpide alerta la vigie.

Cela dit, j’ai parfois trouvé ce style un peu lourd à porter et les phrases parfois trop alambiquées, au point de ne pas comprendre ce qui se passait vraiment à ce moment-là. J’étais alors bonne pour relire le passage afin de repérer ce que j’avais raté. 

J’admire l’effort de style – je suis une littéraire à 100% et je ne peux qu’être intéressée par un tel style – cela dit je trouve dommage si l’histoire doit en souffrir.

Et puisque je parle de l’histoire, passons un peu aux points positifs de cette lecture!

L’intrigue m’a plue. Cette histoire de médium et d’esprits coincés dans une sorte de dimension entre vie et mort m’a vraiment bien parlée. De même que le contexte d’Angleterre victorienne qui est une association lieu et temps que j’aime toujours: l’Angleterre-Londres-XIX°siècle.

Enfin un très bon point pour ce roman: ses personnages! J’ai vraiment adoré le trio Mary-Gaëtane, Maisy et l’Enquêteur. Tous trois très différents, j’ai trouvé que leur personnalité les rendait vraiment attachants et plaisants à suivre. D’ailleurs je regrette un peu qu’on se s’attarde pas plus auprès d’eux car j’aurais aimé les côtoyer plus longtemps.

Voilà tout ce que je peux dire sur ce roman: une intrigue, un cadre historique et des personnages plaisants mais un style que j’ai trouvé parfois trop littéraire au point d’en gêner la compréhension à la lecture – et qui m’a du coup empêchée de me plonger à fond dans l’histoire. Dommage :-/

.

Publicités

6 commentaires sur “SP#72 – Les Papillons Géomètres, de Christine Luce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s