Mes Lectures·Services de presse

SP#64 – Le Royaume Rêvé, tome 1: Le Chant des Épines, d’Adrien Tomas

Et BIM, prends cette magnifique couverture dans ta face! x)
Et BIM, la couverture qui claque ! x) (de Alain Brion)

Voici la geste des jeunes héritiers des clans du Nord et de leurs compagnons. Voici la geste des princes otages, de celles et ceux qui ont pour projet d’unifier les marches du Gel pour en faire leur royaume rêvé, puissant, sûr et juste, gouverné avec sagesse.Mais leur chemin vers l’accomplissement de cette quête sera semé d’embûches : le respect du peuple s’arrache dans le sang et les larmes, et la victoire sur leurs ennemis demandera de grands sacrifices. Ils sont la dernière chance de survie du Nord : l’empereur-tigre menace de fondre sur les marches du Gel, et les mandragores s’éveillent pour les ravager. Les lames, la magie et le verbe seront leurs armes.

Une drôle de surprise que ce premier tome – également mon premier Adrien Tomas.

En vérité, j’ai relevé BEAUCOUP de bémols… Et pourtant, à ma propre surprise, je suis convaincue. Je vous explique?

Déjà je dois avouer que j’ai mis un certain temps à entrer dans le roman. Un long moment même.  D’une part, on est jeté dans l’histoire sans explications, sans connaître le contexte, les acteurs principaux… Rien. Soit. Mais en plus d’être jeté dans l’histoire sans autre forme de procès, on se retrouve à suivre une foule de personnages différents qu’il est difficile de distinguer correctement. Bon, une foule peut-être pas mais un bon nombre quand même. Chaque personnage ou presque est prince, héritier ou esclave, ou les trois en même temps, on ne comprend pas vraiment qui est quoi et quelle est la position de chacun… Et on met un bon moment avant de comprendre la situation, de situer chaque personnage à sa place et d’apercevoir les contours de l’histoire. J’avais lu une chronique qui disait que 100 pages minimum étaient nécessaires pour cela, mais pour ma part je n’ai vraiment réussi à entrer dans l’histoire que bien après la moitié. Oui, shame on me.

Et quand j’ai commencé à comprendre, j’ai trouvé que l’intrigue semblait un peu trop superficielle, sans beaucoup de profondeur. Encore une fois une fantasy peut-être trop jeunesse. Trop facile. Bref, je me voyais déjà sortir de ma lecture déçue, d’autant plus déçue en comparaison de mon enthousiasme à la réception du roman.

Et pourtant!

Le style direct et sans fioritures de l’auteur m’a entraînée un peu plus loin à chaque page et j’ai fini par m’attacher à ces personnages, un peu clichés, d’accord, mais émouvants dans leur jeunesse, leur fragilité d’adolescents contrebalancée par leur position politique et leur responsabilité. D’autant que certains personnages se sont révélés plus ambigus qu’on aurait pu le penser au premier abord, comme Vermine et son Ténèbre ou encore la Locuste, qui me fait un peu penser par son attitude à Varys dans Le Trône de Fer.

D’autre part, certains éléments, clairement adultes, m’ont ébranlée plus que de raison, sans doute parce que je ne m’y attendais pas. Bien que dubitative sur le moment, je me rends compte après coup que c’était audacieux de la part de l’auteur d’oser ces petites touches à l’évidence réservées aux adultes.

Enfin les quelques éléments de mystère distillés par l’auteur vers la fin du roman jouent de manière efficace leur rôle de teaser

C’est donc logique que je ressorte finalement de ma lecture intéressée et intriguée et bien curieuse de découvrir la suite. Le poisson que je suis est ferré. Que va-t-on apprendre de plus sur cet univers… et que nous cache-t-on encore?

En bref, malgré un démarrage un peu maladroit et une intrigue qui peine à se dessiner (quand même plus de la moitié du livre en ce qui me concerne!), la deuxième moitié a su me convaincre. Mon coeur tendre a su s’attacher à ces jeunes ados à la fois forts et fragiles, des ados dans leur coeur et pourtant des adultes dans leur position et leurs actions. Et l’intrigue, bien que d’apparence « facile » semble finalement réserver quelques surprises. J’attends donc la suite de pied ferme! 😀

Un grand merci aux éditions des Moutons Électriques qui m’ont fait connaître cette nouvelle parution de la rentrée de la fantasy française, et bien sûr aux éditions Mnemos qui ont accepté de m’envoyer le livre!

frise

imaginaire

Publicités

11 commentaires sur “SP#64 – Le Royaume Rêvé, tome 1: Le Chant des Épines, d’Adrien Tomas

  1. Alors si t’as aimé celui-ci (qui, à mon sens, est loin d’être une réussite comparé à ce dont l’auteur m’avait habitué !!) faut que tu lises de lui son tout premier « La geste du sixième royaume » qui est un bijou, un chef d’oeuvre !! En lisant celui-là, tu comprendras à quel point le « Royaume rêvé » est ‘pâle’ en comparaison !!
    J’suis contente que t’ais trouvé cette lecture agréable tout de même, moi personnellement je ne lirais pas la suite 😦
    Bonne journée !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s