SP#61 – La Trêve, de Saïdeh Pakravan

9782714474285

On se retrouve aujourd’hui pour parler d’un roman que j’ai eu la chance de lire en avant-première, en épreuves non-corrigées grâce aux éditions Belfond.

Je ne connaissais pas l’auteur mais à la lecture de la quatrième couverture j’ai tout de suite été interpellée. En effet, avec son titre évocateur, le dernier roman de Saïdeh Pakravan repose sur l’idée incroyable d’une trêve dans la vie quotidienne des Etats-Unis : un beau jour l’Amérique se réveille dans la paix – plus de violences, plus de crimes, plus d’accidents ou de décès. Depuis 00h01 rien à déclarer de négatif. Les urgences des hôpitaux sont vides et les policiers forcés de prendre un jour de congé faute de travail. Et tout en bénissant cette trêve improbable, les Américains s’interrogent ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi eux et pas le reste du monde ? Cela va-t-il durer ? A-t-on affaire à une suite extraordinaire de coïncidences ou à une intervention divine ? Ou même une sorte de complot…. ?

J’ai tout de suite trouvé l’idée de base excellente. Cependant j’ai été déçue de constater qu’aucune réponse n’est finalement apportée à cette suite de questions. On est sensés suivre un policier et une journaliste qui se posent plus de questions que d’autres… Mais ces derniers s’avèrent finalement n’être pas plus que des personnages secondaires. En effet, à chaque chapitre on découvre une nouvelle petite histoire, avec de nouveaux personnages qui s’apprêtent à commettre un crime (ou à avoir un accident) et qui finalement décident que non, ça n’en vaut pas la peine. Bien sûr le policier et la journaliste sont les seuls qu’on retrouve à 2 ou 3 reprises dans le roman… Mais ils sont loin de « mener » l’histoire comme on pourrait s’y attendre. Et le principe des histoires individuelles à chaque chapitre était bien pensé… jusqu’à ce que je réalise que ça allait être comme ça jusqu’à la fin, sans pour autant nous mener ou que ce soit. On se pose des questions avec les personnages…et on s’en pose jusqu’au bout, sans obtenir une seule piste de réflexion et encore moins une seule réponse.

Au final, je ne saurais pas vraiment dire ce que l’auteur a voulu créer comme réaction chez ses lecteurs. Sans doute a-t-elle voulu privilégier la réflexion personnelle de chaque lecteur sans avoir à l’influencer ou l’orienter… Mais je regrette un peu ce manque d’intrigue si je puis dire. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un roman où la situation initiale reste une situation inchangée et rigoureusement identique tout au long du livre. Il n’y a pas vraiment d’histoire pour ainsi dire. Après le premier tiers du livre j’attendais une sorte d’élément perturbateur, une piste, un premier indice qui pourrait nous amener à des réponses… et cet indice n’est juste jamais arrivé.

Même en prenant du recul, je ne sais pas ce qu’il faut penser de ce roman. L’idée d’une trêve est juste folle. Une idée qui résonne d’autant plus après les derniers événements. J’imagine qu’on est sensé se demander comment nous, on interpréterait un tel événement si ça devait vraiment arriver. Serait-on blasé comme le policier, à guetter la rechute ? Se mettrait-on à croire en un pardon divin ? Et si la trêve se finissait à la fin de la journée, qu’en déduirait-on ? 24h de sursis, de pause…mais pourquoi ? Dans quel but ? Pourquoi une trêve si le lendemain doit revenir avec son lot de crimes et de violences  comme si rien ne s’était passé?

En vérité, je ne sais pas que penser de ce roman qui m’a frustrée par son absence de vraies pistes de réflexion mais qui a l’avantage d’aborder un thème on ne peut plus présent dans nos cœurs ces dernières années: un ras-le-bol des violences perpétrées de par le monde, de morts toujours plus nombreux, de familles brisées et de drames. Une trêve miraculeuse, il y aurait vraiment de quoi pleurer de joie… En attendant, je vous invite quand même à découvrir ce roman quand il sortira le 25 août et à venir en débattre avec moi. Je serais contente de pouvoir en parler avec d’autres lecteurs. Rdv dans vos librairies fin août !

frise

Score: 2/23

summerPAL

Publicités

5 réflexions sur “SP#61 – La Trêve, de Saïdeh Pakravan

  1. Pingback: Juillet 2016 – Bilan lectures (et autres…) | Les étagères de Pitiponks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s