Le Vent de Feu #1 : Les Secrets d’Aramanth, de William Nicholson

9782070612512

Dans la cité d’Aramanth, chacun, homme, femme ou enfant, ne vit que pour les périodiques examens qui garantissent à l’individu bien-être matériel et promotion sociale en cas de réussite – ou le condamnent à la pauvreté et au mépris général en cas d’échec. Le jour où Kestrel se rebelle contre ce système, c’est toute sa famille qui est châtiée et humiliée… La jeune fille et son frère jumeau, Bowman, sont obligés de fuir Aramanth, à la recherche de la clef du mystérieux Chanteur de Vent, dont seule la voix pourrait restaurer le bonheur et l’harmonie dans la ville. Pour cela, il leur faudra affronter le pouvoir du terrible Morah…

Il y a de ça quelques temps, un bon moment en fait, je découvrais l’avis de Books & Socks sur la trilogie du Vent de Feu, de William Nicholson. Et j’étais surprise de découvrir pour la première fois cette saga dont je n’avais jamais entendu parler. Books & Socks ne tarissant pas d’éloges, j’avais été on ne peut plus intriguée d’être passée à côté pendant mon adolescence. Aussi quand je suis tombée sur la trilogie complète au vide-bibliothèque de ma ville, je n’ai pas hésité.

J’avais très envie de me lancer, et sur une impulsion (comme pour la plupart de mes choix de lecture) j’ai entamé le tome 1 la semaine dernière. Maintenant que j’ai tourné la dernière page de ce premier tome, je dois dire que je suis un peu sceptique.

D’une part j’ai beaucoup aimé l’univers. C’est assez étonnant de voir le genre d’idées développées dans ce livre, des idées qu’on retrouvera plus tard dans Divergente ou Hunger Games. Alors que personne n’a vu passer les Secrets d’Aramanth, tout le monde a acclamé Hunger Games et Divergente alors qu’à l’évidence aucun des deux n’avait écrit quelque chose d’inédit. Mais je dis ça je dis rien. Et puis il faut bien que je reconnaisse avoir adoré ces deux sagas dystopiques. Mais revenons à nos moutons.

Le Vent de Feu nous introduit dans un univers dystopique original pour l’époque, riche d’un imaginaire foisonnant, avec de belles idées défendues par nos personnages principaux, Kestrel et Bowman. Je pense clairement que le public visé par l’auteur était plus jeune que celui de Hunger Games ou Divergente. Alors que HG et Divergente s’adresse selon moi aux 15 ans et plus, le Vent de Feu semble plus s’adresser aux 10-15 ans. Cela étant, je trouve judicieux la façon dont l’auteur amène des thèmes tels que la liberté de penser, l’amour, la compassion, l’humilité ou la générosité. D’ailleurs puisqu’on parle de compassion et de génrosité, j’ai été très touchée par le personnage de Mumpo et par le regard que lui portent les jumeaux, un regard qui va évoluer et prouver qu’il ne faut jamais juger les gens avant de les connaître.

D’autre part j’ai globalement bien apprécié les aventures vécues par les jumeaux. Le schéma est très classique : la quête d’un objet magique sensé délivrer le peuple d’Aramanth… Mais les aventures sont sympathiques. Certaines m’ont plus plues que d’autres bien sûr (le peuple de la boue, les noix de gadoue, les Vieux Enfants…) mais l’ensemble reste agréable.

Toutefois, ce qui me rend sceptique est la façon dont la fin nous apporte très peu de réponses ! Je suis assez frustrée de ne pas en avoir appris plus. Déjà, qu’est-ce que le Morah ? Quel type de puissance est-ce ? D’où vient-il et pourquoi voulait-il tenir le peuple d’Aramanth en laisse ? Et qu’est-ce que le Chanteur de Vent ? Pourquoi a-t-il été mis là ? Et cet Empereur ? Depuis quand était-il enfermé ? D’ailleurs, pourquoi était-il enfermé ?

En bref, j’ai bien aimé ce premier tome et l’univers développé : les éléments dystopiques, les aventures vécues par les jumeaux, les valeurs soulignées par l’auteur… Toutefois je suis déçue de ne pas avoir eu d’explications quant aux grands éléments de cette histoire : le Morah, la Chanteur de Vent, l’Empereur. Je réserve donc mon avis jusqu’au tome suivant car j’ai besoin de savoir si mes questions trouveront un jour leurs réponses !

Publicités

16 réflexions sur “Le Vent de Feu #1 : Les Secrets d’Aramanth, de William Nicholson

  1. Une excellente saga qui m’a tenue en haleine jusqu’au bout, avec une plume très belle si je me souviens bien. NB : non, non, ni HG ni Divergente ne sont effectivement très originaux… (moi aussi jai bien aimé HG) si la dystopie connaît ces jours-ci une espèce de renouveau, c’est effectivement un genre qui a déjà eu ses beaux jours, y compris en « jeunesse » ! 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Je te souhaite de trouver ce que tu souhaites dans les tomes suivants ! La trilogie du Vent de Feu est une de mes séries préférée de mon enfance, et une des rares que j’ai pris le temps de relire ou de parcourir plusieurs fois. J’espère qu’elle te fera passer aussi un bon moment !

    J'aime

  3. Ohlala que de souvenirs !! J’ai lu cette saga quand j’étais en primaire, je devais avoir 11-12 ans et j’avais beaucoup aimé, même si mon préféré reste le premier tome !
    J’avais adoré les personnages de Mumpo et de Bo, beaucoup moins Kestrel que je trouve très égoïste (surtout dans les tomes suivants).
    Évidemment cela fait des années, mais je pense que tu trouveras certaines réponses à tes questions dans les tomes suivants.
    Tu m’as donné envie de les relire ^^

    J'aime

  4. Pingback: Juin 2016 – Bilan lectures | Les étagères de Pitiponks

  5. Pingback: Séries en cours / Fin de séries | Les étagères de Pitiponks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s