Mes Lectures·Services de presse

SP#13 – La fin de l’histoire, de Jean-Marc Segati

IMG_20150331_174042

Aujourd’hui je fête avec vous une grande victoire personnelle. J’ai enfin fini le service de presse qui me ralentit dans mes lectures depuis des semaines! Vous n’imaginez pas depuis combien de temps je me traîne dans cette lecture… tout en m’empêchant de commencer d’autres livres qui me plairaient plus. Je parle du roman « La fin de l’histoire » de Jean-Marc Segati. Il s’agit du premier roman de l’auteur qui, avant d’être écrivain, est d’abord publicitaire. Je l’ai reçu en avant-première, en épreuves non-corrigées, de la part des éditions Persée il y a de ça un moment déjà et je les remercie pour cet envoi.

Le résumé
L’Union Européenne est un échec. Le nord a abandonné le sud, délabré, ruiné. En Italie, le gouvernement nationaliste brade le patrimoine. Un milliardaire chinois transforme le centre historique de Rome en parc d’attractions. La gestion d’un des magasins du parc est confiée à Leilah, modeste employée communale, dont toute l’énergie passe dans ce projet. Matteo revient à Rome pour la première fois depuis dix ans. Il a accepté à contrecoeur un reportage sur la star qui clôturera la cérémonie. Rien ne lui plaît dans cette ville. Sauf Leilah, qu’il a aimée et qu’il espère revoir. L’atmosphère est très tendue : les attentats se multiplient. Les services de sécurité sont sur les nerfs et craignent le pire pour la cérémonie d’inauguration. D’ailleurs, le jour J, le parc est subitement privé d’électricité. Tout bascule.
.
Mon avis
.
Quand les éditions Persée m’ont proposé ce livre parmi une petite sélection de leurs parutions, j’ai, en réalité, été intriguée. Le résumé me parlait bien et le roman était présenté comme un coup de coeur de la maison d’édition. Pour être franche, j’avais hâte de le lire.
.
Malheureusement, je n’ai pas du tout accroché. A vrai dire, j’ai apprécié l’histoire en elle-même, qui, sans être spectaculaire, avait son intérêt et son originalité. J’ai bien aimé le contexte, les enjeux et les histoires parallèles des différents personnages. Ma difficulté n’a donc pas été l’intrigue mais plutôt le style. Encore une fois, je souhaite nuancer mon opinion: le style n’est pas mauvais du tout, même assez fluide, et les phrases ne sont ni trop courtes ni trop longues, jamais lourdes. Non le problème n’est pas là non plus! Mon vrai problème a été le rythme de l’histoire
J’ai trouvé que les choses mettaient beaucoup trop de temps à se mettre en place. D’autant que l’auteur se perd parfois dans les descriptions de détails qui, bien qu’intéressantes en elles-mêmes, ne font jamais avancer le schmilblick. Du fait de ce rythme très posé, pour ne pas dire lent, j’ai eu beaucoup de mal à poursuivre ma lecture.
Je vous avoue que j’ai failli abandonner ma lecture plein de fois, mais à chaque fois je m’accrochais. D’une part, je m’étais engagée à le lire auprès des éditions Persée, d’autre part, le fait que ce roman soit le premier de son auteur me donnait des scrupules à l’abandonner. Un premier roman est toujours quelque chose de très important pour un auteur et j’avais envie de donner sa chance à cet auteur. J’ai donc poursuivi, tant bien que mal, et j’ai même dû m’astreindre à un programme de lecture et un nombre de chapitres par jour à lire pour en venir à bout. Et ça y est! Je l’ai enfin fini!!
Mais laissons ma joie de l’avoir fini de côté pour vous exprimer un autre sentiment tout aussi vrai: je regrette de ne pas avoir accroché. Je regrette d’autant plus que l’histoire ne m’a pas déplue! En fait, je pense que j’aurais adoré ce roman s’il avait été écrit comme un thriller, avec du vrai suspens et un rythme plus enlevé. Les idées de l’auteur étaient excellentes mais, à mes yeux, ils ne les a pas exploitées de la meilleure façon. C’est dommage!
.
Pour résumer… Ce livre – malgré de très bons éléments comme le contexte futuriste-politique-économique, l’intrigue elle-même et les personnages bien brossés – n’a pas réussi à m’accrocher. Le rythme trop lent m’a rapidement ennuyée et j’ai eu beaucoup de mal à aller jusqu’au bout de ma lecture. Et c’est peu dire! Par conséquent, ce livre est une déception pour moi mais je souligne une dernière fois que l’auteur avait de bonnes idées. Peut-être qu’il s’en sortirait mieux dans un second roman…? 🙂
gysmo
.
Je rajoute ce livre au 2015 Reading Challenge de Popsugar dans la catégorie suivante:
✔ A book set somewhere you've always wanted to visit
.
10906451_613545512106612_7981170696396259077_n
Publicités

5 commentaires sur “SP#13 – La fin de l’histoire, de Jean-Marc Segati

  1. Bravo pour être allée jusqu’au bout, pour avoir plusieurs fois dans le passé fait de même, ce n’est pas toujours chose facile ! Ceci dit, il ne faut pas toujours se culpabiliser, on ne peut pas tout aimer et adhérer à tout non plus 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s