Mes Lectures

Syngué sabour, d’Atiq Rahimi

26325159_5560566

Résumé

Syngué sabour [sége sabur] n.f. (du perse syngue « pierre », et sabour « patiente »). Pierre de patience. Dans la mythologie perse, il s’agit d’une pierre magique que l’on pose devant soi pour déverser sur elle ses malheurs, ses souffrances, ses douleurs, ses misères… On lui confie tout ce que l’on n’ose pas révéler aux autres… Et la pierre écoute, absorbe comme une éponge tous les mots, tous les secrets jusqu’à ce qu’un beau jour elle éclate… Et ce jour-là on est délivré.

Mon avis…

Ce livre parle d’une femme, en Afghanistan (ou ailleurs), qui veille son mari blessé et plongé dans le coma, alors que la guerre encercle leur maison. Cette femme, seule et effrayée, commence à parler à son mari… Au début quelques mots qui lui échappent, puis quelques phrases murmurées et plus le temps passe, plus la femme se confie et se révèle. Révèle sa personnalité, ses souvenirs, sa vision de la vie, ses révoltes et ses secrets.

Ce livre est très court mais assez lourd dans son genre, dans les sujets abordés: la religion musulmane et le rapport à Dieu de manière générale, les relations hommes/femmes et mari/épouse, la complexité des rapports humains, les non-dits et les souffrances muettes, les jugements de la société… et j’en passe. Moi qui pensais lire ce livre assez vite, « d’une traite » me disais-je,  j’ai parfois dû m’arrêter dans ma lecture et faire des pauses, le temps de réfléchir, d’encaisser certains passages.

C’est très bien écrit, des phrases courtes mais qui pourtant pèsent leur poids. Il y a un côté poétique-tragique dans cette écriture qui se lit bien mais pas à la légère. Je ne saurais dire si j’ai aimé car… j’ai trouvé ça dur, injuste. Et moi l’injustice me fait mal, que ce soit contre moi ou de manière générale. Pendant cette lecture, j’ai « souffert » pour cette femme (dont on n’apprend jamais le nom d’ailleurs), cette femme intelligente qui a subi beaucoup de choses sans broncher pendant si longtemps, résignée et presque reconnaissante dans sa résignation. Qui a grandi dans un monde où on lui inculque que ses souffrances n’en sont pas, que son destin est tel qu’il est et qu’elle doit l’accepter : en servant son mari et en rendant grâce à Dieu.

Je crois que ce livre m’a dérangée. Il aborde des questions difficiles, traite d’une culture qui m’est finalement inconnue, malgré tous les « préjugés » que la société actuelle peut véhiculer. Je me sens mal à l’aise car j’ai trouvé la « mentalité »…horrible… (d’ailleurs je me sens mal à l’aise d’employer cet adjectif que j’ai hésité à écrire) mais d’un autre côté je ne voudrais pas juger hâtivement…

Bref pas une lecture facile. Intéressante d’un point de vue autant psychologique que culturel… mais « lourde ».

Si vous l’avez lu, je serais très curieuse d’avoir vos impressions. N’hésitez pas à me dire votre avis dans les commentaires ❤

Publicités

Un commentaire sur “Syngué sabour, d’Atiq Rahimi

  1. J’ai beaucoup aimé ce livre pour sa « dureté » justement ! Il décrit une réalité et il le fait de manière percutante, ce que j’ai apprécié car c’est le genre de livre qui tente de changer les choses ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s