Les Yeux Jaunes des Crocodiles – Le film de Cecile Telerman

Les Yeux Jaunes des Croco

Je reviens tout juste du cinéma où je suis allée avec ma maman et mon homme. Comme moi, ma maman avait dévoré la trilogie – alors que l’homme m’a suivie plutôt par curiosité (non, je ne l’y ai pas traîné!). 

590303.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Alors je suis ravie d’avoir pu retrouver l’histoire de Katherine Pancol, puisque ma lecture remontait un peu dans le temps. J’avais un peu peur de devoir mettre des visages aussi connus que ceux de Julie Depardieu, Patrick Bruel ou Emmanuelle Béart sur des personnages que j’avais beaucoup aimés et imaginés d’une certaine façon. Finalement ça passe bien, surtout pour Julie Depardieu qui campe une Joséphine aussi gentille, maladroite et émouvante que dans les livres.

049682.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

En revanche, j’ai un peu moins accroché avec Emmanuelle Béart en Iris. Alors certes, elle correspond bien à la femme belle et riche, pimbêche superficielle à la vie dorée mais fragile et vulnérable malgré tout. Mais elle ne m’a pas touchée comme m’avait touchée l’Iris des livres. Dans le roman, malgré son côté superficiel, on finit par s’attacher à elle, par comprendre qu’elle est un peu une victime elle aussi – alors qu’Emmanuelle Béart ne m’a pas vraiment fait cet effet. C’est peut-être aussi parce que je n’apprécie pas des masses l’actrice.

046244.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Hortense, elle, est parfaite – la vraie tête-à-claque odieuse qu’on attendait (qui n’a pas volé la fameuse gifle qu’elle finit par recevoir!).

042494.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pour ce qui concerne Philippe, j’ai trouvé que Patrick Bruel était plus vieux que le Philippe que j’imaginais. En fait, Patrick Bruel avec quelques années de moins (un peu plus beau gosse) aurait été pile poil – mais on ne peut pas vraiment lui en vouloir de ne pouvoir remonter le temps, n’est-ce pas? Et en parlant de Philippe, j’ai trouvé légèrement maladroit la façon dont est mise en scène le petit baiser avec Jo à la fin du film. Ca fait un peu tombé de nulle part, on ne comprend pas vraiment comment leur relation a évolué pour en arriver là. Pour le coup j’étais contente d’avoir lu le roman dans lequel c’était quand même mieux fait.

Alors je viens d’y penser: Lucas ne m’a pas du tout convaincue. Je le voyais quand même plus charmant que ça… Mais comme son rôle reste secondaire ce n’est pas si dérangeant. Je n’ai pas non plus apprécié la façon dont Iris prononçait sur le surnom de « Jo » à l’anglaise (prononcé « djo ») alors que Joséphine est quand même un prénom français… 

Mais pour revenir aux points positifs (parce qu’il y en a hein!), j’ai trouvé que le film marchait bien, que le tout rendait bien! J’ai été surprise par la scène où Antoine s’avance parmi les crocodiles car dans le livre, même si on comprend que l’ « accident » n’était peut-être pas si accidentel, le suicide est seulement suggéré… Alors que là, on voit Antoine au milieu des crocos, c’est flippant! J’ai aussi été très contente de voir la scène de la presque-noyade de Jo et sa soeur quand elles étaient petites. Je trouve que cette scène explique beaucoup de choses dans la vie des soeurs, leur façon dont elles se perçoivent mutuellement, dont elle ont abordé la vie adulte… Autre point positif, la relation Gary-Hortense est bien introduite, subtilement. J’ai bien aimé le triangle Henriette(alias le Cure-Dents)-Marcel-Josiane. Déjà, il faut dire que dans le livre, ce triangle apporte beaucoup de pep’s à l’histoire. Marcel était moins attachant que dans le livre (dans le livre je l’adorais!) mais Josiane était vraiment chouette – et le Cure-Dents extra! Bien fait pour elle, ha ha!

Bref, j’étais ravie de retrouver l’histoire bourrée de charme que j’avais dévoré dans les livres de Katherine Pancol. Malgré quelques différences par rapport à ce que j’avais imaginé, le film rend bien et me donne presque envie de relire toute la trilogie. Enfin…Sauf si le chéri me devance et me pique les livres, ce qu’il a l’air sur le point de faire 🙂

Publicités

5 réflexions sur “Les Yeux Jaunes des Crocodiles – Le film de Cecile Telerman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s